ANARCHISTES, PAS REPUBLICAINS … DES ANARCHISTES ESPAGNOLS EN RESISTANCE (tome 1)

Tome 1 : des camps républicains du mépris aux maquis de la Liberté…

Télécharger la brochure au format PDF Télécharger

Longtemps, la mythologie de la Libération, entretenue par le Pouvoir (tant
Gaulliste que communiste) voulut que les français se soient engagés
massivement dans la Résistance et que la France se soit quasiment libérée ellemême.
Or la Résistance fut avant tout le fait de « marginaux », dont de
nombreux étrangers réfugiés. Leur rôle dans la libération de la France passa aux
oubliettes de la mémoire.

Depuis quelques années, on redécouvre que près de 30 000 espagnols prirent
part, d’une façon ou d’une autre aux combats contre l’occupant nazi. Mais de
nouveau, l’Histoire est prise en otage de considérations politiques et partisanes : ces espagnols sont décrits comme « républicains », alors qu’en fait nombre
d’entre eux étaient anarchistes et révolutionnaires.

Cette brochure essaie de remettre les pendules à l’heure, en rappelant qui
furent ces femmes et ces hommes, anarchistes de conviction et d’action, et dont
la vie fut placée sous le signe de la Résistance dès 1936 avec la Révolution
espagnole et se prolongea bien après la Libération de la France avec la lutte
contre le Franquisme.


Table des matières

INTRODUCTION

Mythologie Française et Républicaine de la « libération »

Les français, libérés malgré eux
Les anarchistes espagnols : enterrés en 1944, déterrés en 2004
Sommes-nous libres ?


PARIS : Inauguration du jardin Federica montseny et exorcisme
républicain

A propos des « Camps espagnols », camps de concentration français et républicains

Les camps espagnols
1939 – 1945 : Les camps dont on parle et ceux dont on ne parle pas
CAMPS D’ARGELES-SUR-MER

A propos des maquis anarchistes en Ariège

Les Anarchistes espagnols dans la résistance au Nazisme

Un mouvement qui s’organise tant bien que mal
La présence des anarchistes
L’UNE, l’hégémonie dans le sang

Etat Français – Ministère de l’Intérieur Très secret : le « Mouvement Libertaire » Espagnol en France (1942)

BREVE CHRONOLOGIE DE L’EXIL ANARCHISTE ESPAGNOL EN France (1939 – 1961)

L’esprit de résistance guida leur vie, quelques portraits d’anarchosyndicalistes
espagnols

María Vázquez BLANCO
Elisa Garrido Gracia “La Mañica”, qui détruisit une usine d’obus
allemands
Alfonsa Bueno Vela, martyre de la déportation
José ESTER BORRAS, ardent défenseur de la cause des déportés
Vicente Moriones BELZUNEGUI, une vie de Résistance
José ALBALAT RIPOLLÉS, ébéniste et passeur
Josep Lladós TARRAGO, l’idéal chevillé au corps
Casto BALLESTA, pionnier de la résistance en Limousin
Juan MONTOLIU DEL CAMPO, éboueur et chef guérillero
José BERRUEZO SILVENTE « CLARIN »
MOREY BLANCH, Manuel « Manolo »
José SANTIAGO PAVON, dit « Antonio ORDOÑEZ MUÑEZ »
José GERMAN GONZALEZ
Antonio SANZ, l’instructeur du Vercors
Manuel JOYA MARTINEZ
Francisco ORTIZ PEREZ
Paulino MALSAND BLANCO
A la mémoire de Tecle HAGOS et des éthiopiens qui partagèrent le sort des anarchistes espagnols
Floréal BARBERA : un siècle de lutte anarchosyndicaliste et antifasciste
Mai 1944 : le sauvetage périlleux de 60 membres de l’Organisation Juive de
Combat

Emile Travé : de la Colonne Durruti à la CNT-AIT Française EN
PASSANT PAR LE BATAILLON LIBERTAD
Ángel et Maria “dynamite” MONBIOLA : l’Amour et l’Anarchie, POUR
LA VIE
Trois compagnons tombés sous des balles fascistes

Argelès sur mer, 1939, l’accueil de la répulique française aux soldats de la Liberté …

TOME 2 : QUAND DES MIGRANTS ET DES PARIAS TENAIENT LE MAQUIS DANS LE CANTAL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *