A notre compagnon Sameh Saeed Aboud

أنا أزرع فسائل للحرية والمساواة لعلها تثمر يوما ويجد من يبحث عنها ما يشبعه

Je plante des semis de liberté et d’égalité, afin qu’elles portent un jour leurs fruits, et que ceux qui les recherchent trouveront pleine satisfaction (Profil du blog de Sameh)

Ce 23 juillet 2020, notre compagnon Sameh Aboud aurait eu 64 ans. Il est parti trop tôt le 18 janvier 2018, après une maladie fulgurante.

Sameh est un des pionniers de la résurgence de l’anarchisme dans la région arabophone. Militant de gauche dès les années 79 , dans des organisations marxistes-léninistes égyptiennes, l’échec du Socialisme réel et l’effondrement du bloc soviétique l’a amené non pas à jeter le bébé révolutionnaire avec l’eau du bain marxiste, comme l’ont fait nombre de « camarades » dans le monde entier, mais à mener une réflexion profonde sur la révolution, le socialisme, l’organisation etc … réflexion qui l’a amené à considérer positivement l’anarchisme comme moyen et fin de la lutte révolutionnaire. il fait partie des précurseurs du mouvement anarchiste égyptien, qui a éclot lors de la Révolution de 2011 de la place Tahrir.

Il a également participé à de nombreux collectifs, dont le Comité de solidarité populaire avec les peuples palestinien et libanais, et dernièrement le groupe égyptien contre la mondialisation.

https://dc606.4shared.com/img/FWlv1FZQce/s21/14ca27cf340/___online

Penseur radical et profond, o n lui doit la publication de nombreux textes de recherches sur le droit (il était Directeur de recherche au Centre Al-Mahrousa pour la publication, les services de presse et l’information) mais aussi sur l’anarchisme, les coopératives, les problème sociaux. Il fut à l’origine de la publication – souvent pour la première fois en arabe – de classiques de la littérature anarchiste. Il avait créé un maison d’édition pour essayer de rendre ces livres accessibles au plus grand nombre. Toujours dans ce même souci de diffusion maximale, il avait participé à la bibliothèque anarchiste arabe en ligne, la « black cat library ».

Nous avions entretenu une correspondance avec Sameh depuis le début des années 2000. nous avions traduits en français certains de ses textes et il en avait traduit en arabe un certain nombre des notre, notamment lors des émeutes des banlieues de 2005.

اللاسلطو ,سامح سعيد عبود

Pour que ne disparaisse pas dans le vide digital l’oeuvre de notre compagnon, nous avons repris le flambeau de la « black cat librairy ». Ces chers livres sont désormais de nouveaux accessibles en ligne les ouvrages, dont son propre ouvrage « اللاسلطوية » , l’anarchisme, qui est la première introduction aux principes anarchistes rédigés en arabe et pour un public arabophone.

Par ailleurs la meilleure façon d’honorer la mémoire de notre compagnon est d’enrichir cette bibliothèque virtuelle de nouveaux titres, ce que nous faisons chaque fois que possible.

La bibliothèque est en ligne à l’adresse suivante :

http://cnt-ait.info/category/inter/arabe/bcl/

des compagnons anarchosyndicalistes en France

Nous reproduisons ci-dessous un texte de nos compagnons anarchistes tunisiens pour honorer sa mémoire. Nous les remercions d’avoir accepté que nous le rediffusions.

L’image contient peut-être : 1 personne, lunettes et gros plan

اليوم يوافق عيد ميلاد الرفيق سامح و قد توفي يوم 18 جانفي 2018 و بهذه المناسبة اردت التعريف به و ببعض اعماله … كم نفتقد كتاباتك يا رفيق …
الاسم : سامح سعيد عبود
تاريخ الميلاد :23/7/1956
محل الميلاد : مدينة العمال ـ إمبابة ـ الجيزة ـ مصر
المؤهلات : خريج معهد البصريات بالقاهرة عام 1980 ، وحاصل على ليسانس حقوق جامعة القاهرة عام 1988
العمل:
مديرالبحوث بمركز المحروسة للخدمات الصحفية والأبحاث والنشر
من عام 1996 ،بعد فترة من العمل كمحامى حر من عام 1988 إلى 1996
التاريخ السياسى:
النضال السياسى عبر العديد من المنظمات اليسارية والماركسية اللينينية المصرية من عام 1979وحتى عام 1993، و المشاركة فى العديد من اللجان العامة التضامنية كلجان المناصرة للشعبين الفلسطينى واللبنانى ، و آخرهما اللجنة الشعبية المصرية لدعم انتفاضة الشعب الفلسطينى والمجموعة المصرية لمناهضة العولمة .
تم الانتقال تدريجيا بدأ من أوائل التسعينات من صفوف اليسار الماركسى اللينينى إلى اليسار اللاسلطوى عبر نقد الماركسية اللينينية .
المؤلفات:
1 ـ الجزء الأول من موجز تاريخ المادة و الوعى ـ صدرت الطبعة الأولى عن دار الثقافة الجديدة بالقاهرة عام 1991ـ باقى الأجزاء لم تنشر بعد
2 ـ العلم والأسطورة منهجان للتغيير الاجتماعى ـ صدرت الطبعة الأولى عن مركز المحروسة للخدمات الصحفية والأبحاث والنشر فى يناير 1998والطبعة الثانية فى يناير 1999
3 ـ انهيار عبادة الدولة ـ صدرت الطبعة الأولى عن مركز المحروسة للخدمات الصحفية والأبحاث والنشر فى يناير 1998
4 ـ مجموعة مقالات الفسائل المنشور بموقعى التحررية الجماعية و الحوار المتمدن , ومدونة الفسائل
5 ـ كتاب تاريخ الكون المنشور بموقعى التحررية الجماعية و الحوار المتمدن
6 ـ مجموعة من الأبحاث القانونية منها قانون الجمعيات الأهلية فى ظل القانون 32لسنة 1964 عن مركز المساعدة القانونية بالقاهرة عام 1997، قانون الجمعيات الأهلية والتدهور المستمر فى حالة حقوق الإنسان عن مركز الأرض بالقاهرة عام2002،والمشاركة فى بحث العنف ضد المرأة والتقرير العمالى عن مركز المحروسة للخدمات الصحفية والأبحاث والنشر فى عام
7ـ اعداد وتحرير كتاب غروب شمس الأنظمة العربيةعن مركز المحروسة للخدمات الصحفية والأبحاث والنشروله ترجمات عديدة وسلسلة من المقالات حول تاريخ اللاسلطوية والتعاونيات….
وله ترجمات عديدة وسلسلة من المقالات حول تاريخ اللاسلطوية والتعاونيات….

لروحك السلام و السكينة …

=======

اللاسلطوية

أفكار برودون، باكونين، وكروبوتكين قد أهملت من قبل التاريخ، خصوصا في المنطقة العربية. لكن اليوم هناك تنامي للاهتمام بتلك الأفكار التحررية خصوصا مع فشل الاشتراكية السلطوية. إن تاريخ اللاسلطوية هو تاريخ مقاوم ضد السلطة، ضد اضطهاد الدولة، وضد استغلال الرأسمالية. في هذا النص يغطي سامح سعيد عبود تاريخ اللاسلطوية، أهدافها وممارستها ويتحدث عن مستقبل هذه الحركة. هذا الكتاب الصغير هو أساسي في التعرف على اللاسلطوية.

Le « rêve d’anarchie » de la place Tahrir

Article du journal « Le Monde » de Claire talon, publié le 26 novembre 2011 à 13h25

Un par un, les hommes politiques de tous bords qui se sont aventurés, depuis le 19 novembre, sur le « coeur battant de la révolution égyptienne » s’en sont fait expulser sans concession.

Il est interdit de crier des slogans politiques. Il est interdit de monter une tribune. Il est interdit à tout parti politique d’entrer sur la place » : les révolutionnaires égyptiens ont érigé en lettres rouges les règles de « Tahrir » sur des bâches en plastiques amarrées au terre-plein central. Un par un, les hommes politiques de tous bords qui se sont aventurés, depuis le 19 novembre, sur le « coeur battant de la révolution égyptienne » s’en sont fait expulser sans concession.

Avec une détermination chaque jour plus forte, la place Tahrir cultive un tropisme politique qui subjugue les analystes. Les jeunes révolutionnaires qui l’animent refusent obstinément les règles du jeu politique tel qu’elles ont été établies par le Conseil supérieur des forces armées et les partis. Pour eux, la révolution ne fait que commencer. Il ne s’agit pas d’une « transition vers la démocratie », mais de la mise à plat d’un système. Battre les cartes et les redistribuer, inventer une nouvelle grammaire politique. Le poids des Frères musulmans au sein de la vie politique égyptienne en dépendra, ils en sont convaincus. Ils réclament le transfert immédiat du pouvoir du conseil militaire à un gouvernement civil de salut national.

Après quelques semaines d’une campagne largement improvisée, même ceux qui se sont aventurés dans l’arène politique le temps d’un tour de cirque médiatique sont de retour sur la place pour crier leur rejet du cadre politique dans lequel doivent se jouer les élections, prévues le 28 novembre.

Dispersés entre les partis, faisant campagne en solitaires ou refusant de jouer le jeu électoral, les révolutionnaires ne sont pas parvenus, en dix mois, à imposer un véritable leadership susceptible de contrer l’emprise croissante du Conseil supérieur des forces armées (CFSA) sur la vie politique égyptienne. Pas plus qu’ils n’ont été en mesure de renouveler les règles du jeu électoral.

Les mouvements de jeunesses formés sur Internet ont vu émerger des figures emblématiques sans véritable expérience politique. Le Mouvement du 6 avril, qui avait joué un rôle de déclencheur dans le lancement des premières manifestations, n’a pas développé de véritable agenda politique et ne s’est pas transformé en parti. La Coalition des jeunes de la révolution, symbole du mouvement auprès des médias, a perdu de sa crédibilité en se montrant incapable d’adopter une position politique claire. Venus d’horizons très divers, les cinquante candidats issus de ses rangs ont choisi de se lancer en politique à travers les différents partis (libéraux, de gauche ou islamistes) fondés après la révolution.

Mais intégrer un parti, même neuf, revient aux yeux de beaucoup de jeunes révolutionnaires à faire de la politique « à l’ancienne ». C’est souvent avec résignation qu’ils ont intégré des formations politiques et se sont prêtés au jeu d’un système électoral jugé insatisfaisant, en essayant de contrer l’état d’esprit clientéliste encore très présent au sein des gouvernorats.

« La campagne électorale en Egypte se mène à un niveau très basique, constate amèrement le célèbre blogueur Mahmoud Salem – alias Sandmonkey -, candidat du parti des Egyptiens libres (libéral) à Héliopolis. Des affiches, des flyers, des distributions de nourriture et d’argent, des subsides. Le Parlement a toujours été un substitut pour le gouvernement : les gens votent pour des services, ils ne sont pas habitués à ce qu’on leur parle politique, et ce n’est pas sûr qu’ils aiment ça… »

Certaines figures emblématiques de la révolution, symboles de la génération Facebook, ont tenté de tirer parti de leur célébrité pour se faire élire en indépendants. Mais leur difficulté à conclure des alliances les a menés souvent à se livrer une concurrence qui est apparue à beaucoup comme lamentable. A Héliopolis, trois célèbres révolutionnaires (Mahmoud Salem, Amr Hamzaoui et Asmaa Mahfouz) se présentent l’un contre l’autre face à une poignée d’anciens membres du Parti national démocratique d’Hosni Moubarak.

« Bloguer, c’est bien. Ça te donne une notoriété internationale. Les Américains et l’Union européenne t’arrosent de billets, ils t’invitent aux quatre coins du monde pour donner des conférences. Ils te paient des formations pour t’apprendre la démocratie. Mais, au final, tu n’as pas de véritable compétence politique, pas d’expérience de terrain. Tu ne sais pas mener des gens, ni ce que c’est qu’une campagne électorale », estime Mohammed Naim, membre du Parti social-démocrate.

Cette débandade politique semble donner raison à ceux qui, depuis des mois, jugent que, face aux abus de pouvoir du CSFA et à l’opportunisme des Frères musulmans, il n’y a qu’une carte à jouer : Tahrir. Au contraire de la dispersion des révolutionnaires en politique, la place est en effet un espace de cohésion inédit, où les leaders sont malvenus mais où il règne une véritable organisation spontanée. « Un rêve d’anarchie », soupire Fadi, qui y ête ses 33 ans. C’est la force de Tahrir, et son pouvoir d’attraction.

Quand la nuit tombe, les irréductibles se répètent le défi de Tahrir. « Cette fois-ci, les Frères ne sortiront pas indemnes de s’être désolidarisés de Tahrir. Ils en paieront les frais aux élections… quand il y aura de vraies élections », murmurent les ombres sur la place, emmitouflées dans leurs duvets.


coco.boer@yahoo.fr

Claire Talon

الثورة لمصر

خطاب لرفيق أناركي نقابي في مظاهرة احتجاجية أمام السفارة المصرية في بولندا

شاركت فروع جمعية العمال العالمية International Workers Association المنظمة الأناركية النقابية الأممية في مظاهرات التضامن مع ثورة الشعبين المصري و التونسي في كل مكان أمكنها ذلك . هنا خطاب أحد الرفاق الأناركيين من المنتسبين لتلك المنظمة الأممية أمام السفارة المصرية في بولندا .

الثورة لمصر

الرغبة المحلة في الحرية و الكرامة تضطرم اليوم في مصر . إننا ندعم هذه الرغبة في التغيير , في المزيد من الحرية و نحو فرصة لكي يرسم الإنسان حياته بنفسه . نحن فقط نطرح السؤال : ماذا بعد ؟

هل سيستبدل الشعب المصري قائدا سلطويا فوق العادة بآخر يبقى في السلطة لفترة أقصر ؟ أو أن السلطة ستنتقل فقط من مجموعة ضيقة من الحكام إلى مجموعة أوسع قليلا ؟ أم أن يمارس الشعب بنفسه سيطرة أكثر مباشرة على حياته , محددا ممارسات اتخاذ القرار في مكان السكن و العمل ؟

هل سيحقق الناس تغيير النظام ثم يعودوا ليصبحوا مجرد مراقبين سلبيين طوال الفترة المتبقية من حياتهم ؟

هل ستعني الحرية غياب المراقبة و السيطرة الحكومية و الدينية أم أنها ستكون مجرد إيماءة رمزية ؟

و هل ستعني التغييرات في الاقتصاد نفس الشيء : أي أن تبقى الملكية في أيدي الأغنياء , بينما الجماهير العريضة ستبقى تكدح في حالة من الفقر ؟ أو أنها ستعني الملكية الجماعية و التوزيع المتساوي ؟

يذكر الشعب في بولندا ذلك الوقت عندما كانت « الحرية » هي أحد أهم شعارات حركة ألهمت الجماهير لتفرض تغييرات في طبيعة النظام – و نجحت في ذلك .

لكن الذي حدث فيما بعد للكثير من مطالب الحركة يجب أن يكون تحذيرا للجميع . فبدلا من انتزاع المزيد من السيطرة في مكان العمل , حصلنا فقط على تمثيل رمزي . و بدلا من التحسن العام في ظروف الحياة للجميع , حصلنا على نخب ذات أحوال مزدهرة و فقر واسع الانتشار . و عوضا عن إعطاء الجيل القادم الأمل في حياة أفضل , جرى إرهاقه و إثقاله بالمنافسة و والمجهول و الظلم الطبقي . و عوضا عن العمل بكرامة كان علينا أن نستجدي كسرات الخبز من أرباب عملنا و أن نقبل كل أشكال الإذلال للبقاء على قيد الحياة في هذا الاقتصاد . و عوضا عن إقامة مجتمع أكثر عدالة حصلنا على مجتمع يتألف ممن يملك و من لا يملك مع تفاقم بؤس الفقراء .

سياسيا استبدلنا زمرة من الحكام السلطويين بعصابات من الرجال بقيت في السلطة لعقود , لقد استبدلنا الحرمان السياسي بالسلبية و الازدواجية السياسيين .

أمنيتنا للشعب المصري و لكل من سيتبعهم أن يقوموا بعمل أفضل في النضال و ألا يتنازلوا عن قوتهم الفعلية للزمرة التالية من القادة الذين يزعمون لكم أنهم يمتلكون الحلول ! نظموا أنفسكم : في لجان الأحياء , في اتحادات و مجالس أماكن العمل , في فيدراليات محلية , و حتى على المستوى الأممي . أبقوا السلطة أقرب ما يكون من الشارع – اتخذوا القرارات بديمقراطية مباشرة , في جمعيات مفتوحة أمام الجميع , و ليس باختيار القادة الذين لن يكونوا مسؤولين أمامكم ! إن أي ناس تختاروهم ليمثلوكم , يجب أن يكونوا مسؤولين مباشرة أمام الناس , عن القرارات التي يتخذونها فيم بينهم على أكثر مستوى قاعدي ممكن ! لا تسمحوا بأن تحكموا , لأنكم عندما تحكمون فإن هذا يعني أنكم ستفقدون حريتكم !

أيها الشعب المصري ! إن علامة التقدم الحقيقي هي الحركة نحو مساواة حقيقية : المادي و الاجتماعي . إن « الثورة » لا شيء ما لم تأخذ الجماهير العريضة من الفقراء المصريين بعيدا عن الفقر , الإذلال , و البؤس إلى وضعية مواطنين متساوين , ليس فقط بحقوق متساوية , بل أيضا بظروف حياة متساوية .

أيها الشعب المصري ! انهض , لكن ليس فقط ضد قيادتك السياسية الحالية ! تنظم ضد السادة الذين يستعبدونك و ضد النظام الذي يبقي الجماهير في حالة من الفقر و الحاجة .

لتحيا الحرية و الثورة – الثورة الحقيقية , ليس مجرد تغيير النظام ! الحرية الحقيقية – الديمقراطية المباشرة , دون سادة و حكام .

Discours d’un camarade anarcho-syndicaliste lors d’un rassemblement de protestation devant l’ambassade d’Égypte en Pologne

Les branches de l’Association internationale des travailleurs, l’organisation internationale anarcho-syndicale, ont participé aux manifestations de solidarité avec la révolution des peuples égyptien et tunisien partout où cela pouvait. Voici un discours d’un des camarades anarchistes affiliés à cette organisation internationale devant l’ambassade égyptienne en Pologne. La révolution pour l’Égypte Le désir irrésistible de liberté et de dignité fait rage aujourd’hui en Égypte. Nous soutenons cette volonté de changement, de plus de liberté et de possibilité pour une personne de dessiner sa propre vie. Nous posons simplement la question: Et ensuite? Le peuple égyptien remplacera-t-il un dirigeant extraordinairement autoritaire par un autre qui restera au pouvoir pendant une période plus courte? Ou le pouvoir sera-t-il transféré uniquement d’un groupe restreint de dirigeants à un groupe légèrement plus large? Ou les personnes elles-mêmes exercent-elles un contrôle plus direct sur leur vie, établissant des pratiques de prise de décision dans le lieu de résidence et de travail? Les gens parviendront-ils à changer de régime et deviendront-ils ensuite de simples observateurs passifs pour le reste de leur vie? La liberté signifiera-t-elle l’absence de surveillance et de contrôle gouvernementaux et religieux, ou s’agira-t-elle simplement d’un geste symbolique? Les changements dans l’économie signifieront-ils la même chose: que la propriété reste entre les mains des riches, tandis que les larges masses resteront peinées dans un état de pauvreté? Ou cela signifiera-t-il une propriété collective et une distribution égale? Les Polonais se souviennent d’une époque où la «liberté» était l’un des slogans les plus importants d’un mouvement qui a inspiré les masses à imposer des changements dans la nature du système – et cela a réussi. Mais ce qui est arrivé à la suite de nombreuses demandes du mouvement devrait être un avertissement pour tout le monde. Au lieu d’avoir plus de contrôle sur le lieu de travail, nous n’obtenons qu’une représentation symbolique. Au lieu d’une amélioration générale des conditions de vie de tous, nous avons des élites aux conditions prospères et à la pauvreté généralisée. Au lieu de donner à la prochaine génération l’espoir d’une vie meilleure, elle a été surchargée et accablée par la concurrence, l’inconnu et l’injustice de classe. Au lieu de travailler avec dignité, nous avons dû mendier des miettes de pain à nos employeurs et accepter toutes les formes d’humiliation pour survivre dans cette économie. Et au lieu de créer une société plus juste, nous avons une société composée des nantis et des démunis avec l’aggravation de la misère des pauvres. Sur le plan politique, nous avons remplacé un groupe de dirigeants autoritaires par des groupes d’hommes qui sont restés au pouvoir pendant des décennies. Nous avons remplacé la privation politique par la passivité et la duplicité politique. Notre souhait pour le peuple égyptien et pour tous ceux qui le suit est de faire un meilleur travail dans la lutte et de ne pas abandonner son pouvoir réel au prochain groupe de dirigeants qui prétendent avoir les solutions! Organisez-vous: dans les comités de quartier, dans les syndicats et les conseils d’entreprise, dans les fédérations locales, et même au niveau international. Gardez le pouvoir au plus près de la rue – prenez des décisions en démocratie directe, dans des associations ouvertes à tous, et non en choisissant des dirigeants qui ne seront pas responsables devant vous! Quelles que soient les personnes que vous choisissez pour vous représenter, elles doivent être directement responsables envers les personnes des décisions qu’elles prennent entre elles au niveau le plus élémentaire possible! Ne vous laissez pas gouverner, car lorsque vous jugez cela signifie que vous perdrez votre liberté! Ô peuple égyptien! Le signe d’un réel progrès est le mouvement vers une véritable égalité: matérielle et sociale. La «révolution» n’est rien à moins qu’elle ne prenne les larges masses d’Égyptiens pauvres de la pauvreté, de l’humiliation et de la misère au statut de citoyens égaux, non seulement avec des droits égaux, mais aussi des conditions de vie égales. Ô peuple égyptien! Levez-vous, mais pas seulement contre votre leadership politique actuel! Vous vous organisez contre les maîtres qui vous asservissent et contre le système qui maintient les masses dans un état de pauvreté et de besoin. Vive la liberté et la révolution – la vraie révolution, pas seulement un changement de régime! La vraie liberté – la démocratie directe, sans maîtres ni dirigeants.

مقابلة مع ناشط أناركي شيوعي في ساحة الحرية في القاهرة

An interview with an anarchist-communist activist at Freedom Square in Cairo

السبت 5 شباط (فبراير) 2011

هل يمكن أن تخبرنا ما هو اسمك و من أي حركة أنت ؟

أنا نضال تحرير , من مجموعة العلم الأسود , و هي مجموعة أناركية شيوعية صغيرة في مصر .

إن العالم يراقب مصر , و هو حتى يتحرك متضامنا . لكن بسبب انقطاع الانترنيت , من الصعب الحصول على المعلومات . هل يمكنك أن تخبرنا ما الذي حدث في مصر في الأسبوع الماضي ؟ كيف ترى ما حدث ؟

الوضع في مصر حرج جدا الآن . لقد بدأ بدعوة إلى يوم غضب ضد نظام مبارك في 25 يناير كانون الثاني . لم يتوقع أحد أن دعوة إلى يوم غضب من مجموعة فضفاضة , من مجموعة على الفيسبوك , غير منظمة فعليا , تسمى « كلنا خالد سعيد » ( خالد سعيد هو شاب مصري قتلته شرطة مبارك في الاسكندرية في الصيف الماضي ) . بدأ كل شيء في يوم الثلاثاء ذلك , كان الشرارة لكل هذه النار . كانت هناك مظاهرات كبرى يوم الثلاثاء في الشوارع في كل مدينة مصرية , يوم الأربعاء بدأت المجزرة . بدأت بمحاولة إنهاء الاعتصام في ساحة التحرير في وقت متأخر من ليل الثلاثاء , و تواصلت في الأيام التالية , خاصة في مدينة السويس . للسويس مكانة خاصة في قلب كل مصري . فقد كانت مركز المقاومة ضد الصهاينة في عامي 1956 و 1967 , في نفس المنطقة . و ردت قوات شارون في الحروب المصرية – الإسرائيلية . نفذت شرطة مبارك مجزرة – قتل هناك 4 أشخاص على الأقل و جرح مائة , و ألقت قنابل الغاز , و الرصاص المطاطي , قاذفات اللهب , و مادة صفراء غريبة على الناس , و ربما غاز الخردل . دعي يوم الجمعة ( التالي – المترجم ) بجمعة الغضب , إنه يوم عطلة وطنية في مصر , و في كثير من البلدان الإسلامية أيضا . إنه يوم مقدس في الإسلام بسبب الصلوات الكبرى في هذا اليوم التي تسمى بصلاة الجمعة . جرى التخطيط لانطلاق المظاهرات بعد الصلاة , عند الظهيرة , لكن الشرطة حاولت منع المظاهرات بكل ما تملك من قوة و عنف . كان هناك الكثير من المواجهات في القاهرة ( في قلب المدينة في المطرية شرق القاهرة ) , و في كل مصر , خاصة في السويس , الاسكندرية , المحلة ( في الدلتا , أحد مراكز الطبقة العاملة ) . من الظهر حتى الغروب اتجه الناس في القاهرة إلى قلب المدينة , لتعتصم في ساحة التحرير , حتى يرحل نظام مبارك , هاتفة بشعار واحد « الشعب يريد إسقاط النظام » . عند الغروب في الخامسة مساءا بتوقيت القاهرة أعلن مبارك حظر التجول و جاء بالجيش إلى داخل المدن المصرية . تلا إعلان حظر التجول هذا هروب مفاجئ مدبر للشرطة , و إطلاق المجرمين و السفاحين الذين يسمون بالبلطجية . خططت الشرطة لهروب واسع للمجرمين في كثير من السجن المصرية لتثير الخوف عند الشعب في مصر . بغياب الشرطة , لم تستطع قوات الجيش السيطرة على الشوارع , و أصيب الناس بالخوف فعلا . تلا ذلك فيض من الأنباء على قنوات التلفزيون المصري , و الراديو و الصحف , عن أعمال السلب في الكثير من المدن , عن لصوص يطلقون النار على الناس . نظم الناس « لجانا شعبية » ليحرسوا كل شارع . رحب النظام بهذا في محاولة ليثير المزيد من الرعب بين الناس فيما يتعلق بالاستقرار في البلد , لكنها أيضا نقطة يمكننا أن نبدأ منها لنبني مجالس عمالية .

في يوم الأربعاء كانت هناك مواجهات بين المعارضين و المؤيدين لمبارك . هل هذه هي الطريقة الصحيحة لوصف ذلك ؟ من هم « مؤيدو مبارك » ؟ كيف أثرت هذه المواجهات على موقف المصريين العاديين من أبناء الطبقة العاملة ؟

من الخطأ تماما أن نصفها بأنها مواجهات بين معارضي و مؤيدي مبارك . تألفت المظاهرات الموالية لمبارك في الأغلب من البلطجية و الشرطة السرية , لكي تهاجم المتظاهرين في ساحة التحرير . لقد بدأت فقط بعد خطاب مبارك بالأمس ( في ليلة الأربعاء – المترجم ) , و بعد خطاب أوباما أيضا . أعتقد شخصيا أن مبارك شعر كالثور المذبوح الذي يحاول أن يقذف دمه على قاتليه . شعر مثل نيرون و أراد أن يحرق مصر قبل أن يغادرها , محاولا أن يجعل الشعب يعتقد أنه مرادف للاستقرار , الأمان و الأمن . بهذه الطريقة حقق بعض التقدم بالفعل – فقد تشكل حلف وطني مقدس ضد الموجودين في ساحة التحرير و ضد « كومونة ساحة التحرير » . كثير من الناس , خاصة من الطبقة الوسطى , يقولون أنه يجب إنهاء المظاهرات لأن مصر تحترق , و المجاعة قد بدأت , لكن هذا غير صحيح على الإطلاق – هذا كان مجرد مبالغة . لكل ثورة صعوباتها و مبارك يستخدم الخوف و الإرهاب ليبقى فترة أطول . شخصيا , أقول أنه حتى لو كان المتظاهرون هم المسؤولون عن هذا الوضع , حتى لو , فيجب على مبارك أن يرحل . يجب أن يرحل بسبب عجزه عن التعامل مع الوضع الآن .

ما الذي ترى أنه سيحدث في الأسبوع القادم ؟ لأي حد سيؤثر موقف الحكومة الأمريكية الوضع هناك ؟

لا يمكن لأي شخص أن يتنبأ ما الذي سيحدث في الغد أو في الأسبوع القادم . مبارك شخص غبي و عنيد و الإعلام المصري يطلق أكبر حملة في تاريخه ليعيق الاحتجاجات المخطط لها في يوم الجمعة القادم الرابع من فبراير شباط ( نعرف الآن أن هذه الحملة فشلت فشلا ذريعا – المترجم ) . هناك نداءات لمظاهرة مليونية أخرى إلى ساحة التحرير , تسمى « جمعة الخلاص » . الموقف الذي تأخذه الحكومة الأمريكية يؤثر علينا أكثر من المظاهرات . إن مبارك كخائن , قادر على قتل كل الشعب , لكن لا يمكنه أن يقول لا لأسياده .

ما هي مشاركة الأناركيين المؤمنين بالصراع الطبقي ؟ و من هم حلفاؤهم ؟

ليست الأناركية في مصر تيارا كبيرا . يمكنك أن تجد بعض الأناركيين لكنه ليس تيارا كبيرا بعد . انخرط الأناركيون في مصر كلا من الاحتجاجات و اللجان الشعبية ليدافعوا عن الشوارع من القتلة . يضع الأناركيون في مصر شيئا من الأمل في هذه المجالس . حلفاء الأناركيين في مصر هم الماركسيون بالطبع . لسنا في مرحلة جدال إيديولوجي – إن كل اليسار يدعو إلى الوحدة و فيما بعد يمكن الجدال حول كل شيء . الأناركيون في مصر هم جزء من اليسار المصري .

ما هي أشكال التضامن التي قامت بين الثوريين في مصر و الثوريين في « الغرب » ؟ ما الذي يمكن عمله على الفور و ما الذي يجب علينا عمله على المدى البعيد ؟

العقبة الأكثر صعوبة التي تعترض الثوريين المصريين هي انقطاع الاتصالات . يجب على الثوريين الغربيين أن يمارسوا الضغط على حكوماتهم ليمنعوا النظام المصري من فعل هذا . هذا في الوقت الحاضر , لكن لا يمكن لأي كان أن يقول ما الذي سيحدث في المدى البعيد . إذا نجحت الثورة , يجب على الثوريين الغربيين أن يقيموا تضامنا مع رفاقهم المصريين ضد العدوان المتوقع من الولايات المتحدة و إسرائيل . إذا هزمت الثورة , ستكون هناك مجزرة لكل الثوريين المصريين .

ما ستكون المهمة الرئيسية , ما أن يرحل مبارك ؟ هل هناك الكثير من التخطيط لهذا على مستوى الشارع ؟ ما الذي اقترحه الثوريون المعادون للرأسمالية ؟

المهمة الرئيسية الآن , أتحدث عن مطالب الشارع , هي دستور جديد و حكومة مؤقتة , و بعد ذلك انتخابات جديدة . هناك الكثير من التخطيط بهذا الصدد من كثير من التيارات السياسية هنا , خاصة الإخوان المسلمين . ليست أعداد الثوريين المعادين للرأسمالية كثيرة جدا في القاهرة – الشيوعيون , اليسار الديمقراطي و التروتسكيون يدعون إلى نفس المطالب فيم يتعلق بالدستور و الانتخابات الجديدة , لكن ليس بالنسبة لنا نحن الأناركيون – المعادين لرأس المال و للدولة أيضا – إننا سنحاول أن نضمن أن هذه اللجان التي تشكلت لحماية الشوارع , أن تصبح أقوى و نحاول أن نحولها إلى مجالس حقيقية .

ما الذي تريد أن تقوله للثوريين في الخارج ؟.

أيها الرفاق الأعزاء في كل العالم , إننا نحتاج إلى التضامن , حملة تضامن كبرى و أن الثورة المصرية ستنتصر

EGYPTE : point de vue d’un compagnon anarchiste

samedi 5 février 2011

Pour information, nous vous transmettons cet interview d’un compagnon anarchiste égyptien, réalisé par d’autres compagnons du moyen orient, que nous avons traduit.

Ses positions ne reflètent pas nécessairement celles de la CNT-AIT, mais cela nous parait important de partager ce point de vue

Par ailleurs nous réaffirmons notre totale et entière solidarité avec les compagnons qui se battent partout pour la justice sociale, la liberté, la dignité, dans une perspective communiste libertaire.

CNT-AIT Paris (SIPN)

1) Peux tu nous dire de quel mouvement tu viens ?

Je suis du Black Flag, un petit groupe anarcho-communiste en Egypte.

2) Le monde regarde l’Egypte, et même bouge en solidarité. Toutefois, du fait qu’internet a été coupé, l’information était difficile à trouver. Peux tu nous dire ce qui s’est passé en Egypte la semaine dernière ? A quoi cela te fait il penser suivant ta perspective ? (…)

C’est ce mardi que tout a commencé, ça a été l’étincelle qui a allumé le feu, mardi de grandes manifestations étaient dans les rues dans toutes les villes égyptiennes, le mercredi a commencé le massacre, ils ont commencés par essayer de terminer le sit-in sur la place Tahrir le mardi tard dans la nuit, et ont continués dans les jours suivants, en particulier dans la ville de Suez.

Suez a une valeur particulière dans tous les cœurs égyptiens, c’était le centre de la résistance aux sionistes en 1956 et en 1967, dans le même district, dans lequel combattait les troupes de Sharon de retour dans les guerres israélo-égyptiennes. La police de Moubarak y a fait un massacre, au moins 4 personnes ont été tuées, 100 blessés, des bombe à gaz, des balles en caoutchouc, des armes à feu, une étrange substance jaune jeté au-dessus des gens, peut être du gaz moutarde.

Le vendredi 28 a été appelé le Jumu’ah de la Colère (Jumu’ah est le terme arabe pour désigner le vendredi. Vendredi [et samedi] sont les jours de week-end en Egypte, comme dans de nombreux pays musulmans. C’est le jour sacré dans l’Islam, parce que les prières se font en ce jour, appelé la prière du vendredi)

Il a été prévu, après cette prière, d’aller marcher en manifestation, vers midi. La police a tenté d’empêcher les marches avec toute sa puissance et sa violence, il y a eu de nombreux affrontements au Caire, (au centre-ville, dans Mattareyah (Est du Caire)). Dans toute l’Egypte, en particulier dans les villes de Suez, Alexandrie, Mahalla (dans le delta du Nil, l’un des centres de la classe ouvrière), à partir de midi jusqu’au coucher du soleil des gens ont défilé. Au Caire, dans le centre-ville, cela s’est terminé par un sit-in sur la place Tahrir [Libération en arabe] [qu’il a été décidé de maintenir] jusqu’à la suppression du régime de Moubarak. Les gens chantaient un seul mot d’ordre « le peuple demande le retrait du régime ».

Au coucher du soleil, à 17 heures(heure locale), Moubarak a déclaré le couvre-feu et l’armée a été envoyée dans les villes égyptiennes. Ce couvre-feu a été suivi d’évasions planifiées par la police, qui a laissé des criminels et des voyous appelé Baltagayyah [sénfuir de prison]. Ce plan de la police d’une grande évasion de criminels dans de nombreuses prisons égyptiennes [était destiné à] effrayer les gens en Egypte. Aucune police ;peu de soldats de l’armée pour contrôler la rue, les gens étaient effrayés. Il s’en est suivi un matraquage médiatique sur les chaînes de télévision égyptienne, les radios, les journaux, sur des pillages dans de nombreuses villes, sur des voleurs qui tiraient des coups de feu sur les gens. [Mais en réponse] les gens se sont organisés en « comités populaires » pour sécuriser chaque rue. D »un coté cela a été salué par le régime pour effrayer encore plus les gens sur l’instabilité dans le pays, mais d’un autre c’est aussi à partir de ce point que nous pourrions [nous appuyer pour ] commencer à construire des conseils ouvriers.

3) En date de mercredi (26 janvier), il y a des affrontements entre les pro et anti Moubarak. Est-ce la bonne façon de le décrire ? Qui sont les « supporters de Moubarak » ? Comment ces affrontements ont affectés l’attitude générale de la classe ouvrières Egyptienne ?

Il est absolument faux de dire qu’il s’agissait de [simples] « échaufourrés » entre anti et pro-Moubarak.

[il fait ici référence à la presse égyptienne qui a présenté les
évènements comme de simples bagarres]

La manifestation pro-Moubarak était composé de beaucoup de ces Baltagayyah [voyoux mercenaires de la police, indicateurs, …] et de membres de la police secrète qui ont attaqués les manifestants sur la place Tahrir. Cela a débuté seulement après le discours de Moubarak hier, après le discours d’Obama aussi. Personnellement Je pense que Moubarak se sent comme le boeuf que l’on égorge et qui tente d’asperger de son sang ses sacrificateurs. Il se sent comme Neron [qui a brûlé Rome], il veut réduire en cendre l’Egypte avant son expulsion, en essayant de faire croire aux gens qu’il est un synonyme de stabilité, de sécurité et de tranquilité. Dans ce sens, il a vraiment fait quelques progrès : une sainte alliance nationale a maintenant été formé contre les Tahrirites (manifestants Tahrir) et contre la Commune de Tahrir. Beaucoup de gens disent, en particulier dans la classe moyenne, que les manifestations doivent se terminer parce que l’Egypte a été brûlée, que la famine a commencé [l’alimentation des plus pauvres en produits de base -et notamment le pain dont les egyptiens sont les plus gros consommateurs mondiaux – est totalement sous contrôle de l’Etat. Il détient l’arme alimentaire …]]. Mais ce n’est pas totalement vrai, ce n’est que de l’exagération. Toute révolution a ses difficultés, et Moubarak en utilisant la peur et la terreur veut rester plus longtemps.

Personnellement, je veux dire que même si les manifestants étaient les responsables de cette situation, même si, Moubarak doit partir, il doit s’en aller, en raison de son incapacité à faire face à la situation actuelle.

4) Que penses tu qu’il se passera la semaine prochaine ? Comment la position prise par le gouvernement américain peut-elle affecter la situation là-bas ?

Personne ne peut deviner ce qui se passera demain ou la semaine prochaine,. Moubarak est un idiot tenace, et les médias égyptiens font la plus grosse campagne médiatique de leur histoire pour retenir les protestations de vendredi prochain, le 4 Février. Il y a un appel pour une autre marche du million [de personne] sur Tahrir, appelée « le vendredi du salut ». La position prise par le gouvernement des États-Unis nous affecte plus que cette manifestation, Moubarak est un tel traître qu’il pourrait tuer tout le peuple, mais ne pourrait pas dire non à ses maîtres.

5) Quelle a été la participation des anarchistes de lutte de classe ? Qui sont leurs alliés ? (Évidemment maintenir la sécurité à l’esprit)

L’anarchisme en Egypte n’est pas une grande force, vous pourrez trouver quelques anarchistes, mais pas encore une grande force. Les anarchistes en Egypte ont rejoint à la fois les manifestations et les comités populaires pour défendre les rues contre les voyous : les anarchistes en Egypte mettent un peu d’espoir sur ces conseils. Les alliés des anarchistes en Egypte sont les marxistes, bien sûr, nous ne sommes pas aujourd’hui dans le moment du débat idéologique. Toute la gauche appelle à l’unité puis se chamaille sur tout et n’importe quoi. Les anarchistes en Egypte font partie de la gauche égyptienne.

6) Quelles formes de solidarité peuvent être construites entre les révolutionnaires en Egypte et ceux de l’ »Ouest » ? Qu’est-ce qui peut être fait immédiatement et que devrions-nous faire dans le long terme ?

l’obstacle le plus difficile que les révolutionnaires égyptiens peuvent confronter est la coupure des communications [téléphone, mobile, internet]. Les révolutionnaires de l’Ouest doivent faire pression sur leur gouvernement pour empêcher le régime égyptien de faire cela. Ca s’est ce pour le moment, mais personne ne peut dire ce qui se passera dans le long terme. Si la révolution gagne, alors les révolutionnaires de l’Ouest doivent renforcer la solidarité avec leurs compagnons égyptiens en cas d’agression des Etats-Unis et d’Israël. Si la révolution est défaite alors ce sera le massacre de tous les révolutionnaires égyptiens.

7) Quelles seront les tâches principales quand Moubarak sera parti ? Est ce que cela a été beaucoup prévu au niveau de la rue ? Qu’est-ce que les révolutionnaires anti-capitalistes proposent ?

la tâche principale aujourd’hui, en parlant des exigences exprimées par la rue, est celle d’une nouvelle constitution et d’un gouvernement provisoire, puis de nouvelles élections. Il y a beaucoup de plans échaffaudés à ce sujet par de nombreuses tendances politiques ici et en particulier les frères musulmans. Les anti-capitalistes révolutionnaires ne sont pas très nombreux au Caire, les communistes, la gauche démocratique, les trotskistes demandant les mêmes exigences sur les élections et une nouvelle constitution. Mais pour nous, anarchistes, anti-capitalistes mais anti-Étatistes également, nous allons essayer de faire que les comités, qui ont étés créés initialement pour protéger et sécuriser plus fortement les rues, soient plus forts et les transformer ensuite en rééls conseils [ouvriers].

8) Que voulez-vous dire aux révolutionnaires à l’étranger ?

Chers camarades du monde entier, nous avons besoin de solidarité, d’une grosse campagne de solidarité et la révolution égyptienne va gagner.

Cairo street, 4th of february, 2011

تعيش انتفاضة الشعب المصري

الثلاثاء 1 شباط (فبراير) 2011

ما يحدث هذه الأيام في مصر هو تعبير عن الظلم والاضطهاد الذي يعانيه الناس من الدولة والرأسمالية، ومن الدكتاتوريات التي تفرض أنظمة الطوارئ وتحارب حقوق وحريات الناس.

إننا لسنا متفاجئين من رد فعل الطبقة الحاكمة، في منطقتنا غالبا ما شاهدناه من ردة فعل الحكومة الإيرانية ضد الشباب وصولا إلى ردة الفعل ضد الانتفاضة التونسية. الدولة دائما تستخدم العنف ضد الناس المطالبين بالتغيير.

الانتفاضة المصرية بدأت ونظمت ذاتيا من قبل الشباب المصري بهدف إسقاط حسني مبارك ودكتاتورية الحزب الوطني، وبهدف الحرية والعدالة الاجتماعية.

إننا نأمل من مجموعات العمال والشباب تطوير عملهم بشكل مستقل ومنظم ذاتيا، لحماية الانتفاضة من السقوط تحت سيطرة الأحزاب السياسية والمنظمات الدينية.

فقط هذا ما يمكنه الوقوف في وجه بربرية نظام مبارك.

تعيش الشيوعية التحررية.

الفيدرالية التحررية اللبنانية الخميس

Vive le soulèvement du peuple égyptien ! تعيش انتفاضة الشعب المصري

mardi 1er février 2011

Ce qui se passe ces derniers jours en Egypte est l’expression de l’injustice et de l’oppression dont souffrent les gens sous le capitalisme et l’Etat, et des dictatures qui imposent des systèmes d’exception et combattent les libertés et les droits du peuple.

Nous ne sommes pas surpris de la réaction de la classe dirigeante, dans notre zone géographique nous voyons toujours la même chose depuis la réaction du gouvernement iranien contre la jeunesse jusqu’à la réaction contre le soulèvement Tunisien. L’Etat utilise toujours la violence contre le peuple qui demande le changement.

Le soulèvement Egyptien a été initié et auto organisé par la jeunesse d’Egypte, pour faire tomber Moubarak et la dictature de son parti National démocratique, dans le but d’obtenir la Liberté et la Justice Sociale.

Nous souhaitons aux groupes de travailleurs et de jeunes de développer leur propre activité de manière autonome et auto-organisée, et de protéger ce soulèvement pour qu’il ne tombe pas sous la domination des partis politiques et des organisations religieuses.

C’est la seule solution pour faire face à la barbarie de l’Ordre de Moubarak.

Vive le Communisme Libertaire !

Fedération Libertaire du Liban

Tunisie, Egypte, Yémen, et partout dans le monde : DEHORS LES CRIMINELS

Tunisie, Egypte, Yémen, et partout dans le monde : DEHORS LES CRIMINELS

Depuis tant d’années, qu’ils oppriment, depuis tant d’années qu’ils exploitent, depuis tant d’années qu’ils tuent par la torture, par des assassinats, par la faim… Depuis tant d’années que tout le monde le sait et que (presque) tout le monde fait semblant de l’ignorer… Tant d’années…que cela paraissait devoir durer toujours… Jusqu’à ce que les gens les plus simples, les plus méprisés, ceux qui sont supposés n’y rien comprendre parce que pas « politisés », pas « éduqués », pas de « l’élite » descendent en foule dans les rues de Tunis pour clamer à la face du monde : ceux qui nous dirigent ne sont qu’une bande de criminels !

L’EPOUVANTAIL DE L’ISLAMISME

Pour justifier leur terrorisme d’Etat, les criminels au pouvoir se présentent comme les remparts contre l’islamisme. Rien n’est plus faux. Tout comme en France la politique ultra-sécuritaire et répressive du gouvernement avec sa propagande sur « l’identité nationale » nourrit le discours de haine et fait monter les néo-fascistes ; les pratiques coupables des Etats maghrébins font monter l’islamisme. Au lieu d’être des remparts de la « démocratie », ils sont les fournisseurs du totalitarisme !

LES ELITES ONT TRAHI

Achetées, imprégnées de post-modernisme, faisant sous couvert de « respect de la différence » le jeu de la propagande la plus réactionnaire (nationalisme, régionalisme, religion,…), raillant les droits fondamentaux des travailleurs, méprisant le « petit peuple », niant même que l’oppression fondamentale provient du capitalisme et de l’état, ceux qui se prétendent « l’élite » (médias, universitaires,…) et qui en ont tous les avantages, ont été massivement les complices du système. Aucune confiance ne peut leur être faite.

LA CLASSE POLITIQUE FRANÇAISE COUPABLE

Quand la ministre française des affaires étrangères, la dame Alliot-Marie, propose au dictateur Ben Ali d’envoyer gracieusement sa police pour l’aider à réprimer le peuple, quand le ministre de la « culture », le sieur Mitterrand, trouve toutes les excuses pour justifier le maintien au pouvoir d’une bande corrompue, la classe politique française de droite montre son vrai visage : celui du cynisme, de la corruption, de la répression et de l’exploitation.

Quand l’Internationale socialiste compte parmi ses responsables des Ben Ali, des Gbagbo, mais aussi des Strauss-Kahn (président du FMI), des Lamy (président de l’OMC) alors que le FMI et l’OMC sont des armes de destruction massive tournées contre les populations du monde, elle montre également son vrai visage : c’est le même : cynisme, corruption, répression exploitation ! Droite, gauche, milieu… le peuple n’a qu’une chose à faire de tous les politiques : les renverser !

L’ESPOIR SE LEVE AU SUD

Par son courage, par sa détermination, par son intelligence, la classe exploitée tunisienne vient de donner à tous et à chacun une leçon d’espoir. Faisons tout ce qui est possible pour la soutenir dans une voie qui, écartant les politicards, les religieux, les capitalistes et autres manipulateurs conduise vers un autre futur

Télécharger Un Autre Futur – Février 2011 (PDF – 11.4 Mo)

Que vive la résistance populaire autonome en Tunisie !

En préambule à l’ouverture du Congrès national de la CNT section française de l’Association Intenationale des Travailleurs, les délégués ont adopté à l’unanimité la motion suivante :

Les délégués des syndicats de la CNT-AIT française réunis ce jour à Toulouse saluent le soulèvement populaire du 14 janvier 2011 en Tunisie. L’action de la population tunisienne est un signal fort dans la lutte mondiale contre le capitalisme et l’Etat ; elle nous montre que la résistance autonome des exploités peut faire tomber les pires dictatures.

Nous souhaitons que cette lutte pour la justice sociale et l’émancipation puisse se développer, que les travailleurs et la jeunesse tunisienne puissent développer leurs propres moyens de décisions, malgré toutes les tentatives de récupérations et de divisions politiciennes ou religieuses qui risquent d’avoir lieu.

Seule la résistance autonome des exploités unis dans une perspective de lutte de classe pourra s’opposer victorieusement à la barbarie du système.

Vive le communisme libertaire !
Vive l’Association Internationale des Travailleurs !

Toulouse, le 15 janvier 2011

Nous remercions les anonymes qui ont traduit notre communiqué et qui l’ont fait circuler dans tous les pays de langue arabe. Nous les assurons de toute notre sympathie et de tout notre soutien.

« INGERENCES ? », VOUS AVEZ DIT « INGERENCES » ?

Le 12 décembre dernier François Baroin a dit : « La Tunisie est un ancien protectorat français. Compte tenu de nos liens d’amitié et compte tenu de notre histoire commune, aller plus loin serait faire preuve d’une ingérence qui n’est pas du tout la ligne de (notre) diplomatie ». Mais j’ai du mal à comprendre pourquoi alors Sarkozy s’est mêlé des élections en Côte d’Ivoire. Ce pays est aussi une ancienne colonie et nous avons aussi une histoire commune. Pourquoi donc nos politiciens soutiennent Alassane Outarra ? C’est pourtant autant un dictateur que Laurent Gbagbo.

La réponse est que les politiciens sont des menteurs. La preuve ?

Cette déclaration de Michelle Alliot Marie(1) : « Nous proposons que le savoir-faire qui est reconnu dans le monde entier de nos forces de sécurité permette de régler des situations sécuritaires de ce type. C’est la raison pour laquelle nous proposons aux deux pays [Algérie et Tunisie, ndlr], dans le cadre de nos coopérations, d’agir en ce sens pour que le droit de manifester puisse se faire en même temps que l’assurance de la sécurité. ». Alors pourquoi dit-elle le contraire de son porte-parole ? Soit elle n’était pas au courant de la « ligne politique » de son gouvernement. Soit sont ami Baroin est un menteur…

Diego

(1) Amie personnelle de Ben Ali. Accessoirement ministre des affaires étrangères.

========

Les agences de notation financières ont baissé la note de la Tunisie et vont bientôt baisser celle de l’Egypte On se doute que la raison est simple, la révolte des habitants de ces pays qui réclament une vie plus digne. Il serait difficile de trouver meilleur exemple pour illustrer la devise : le capitalisme est incompatible avec la liberté.

======

LA PESTE OU LE CHOLERA

Comment ne pas se poser des questions sur le soutien sans faille que porte Nicolas Sarkozy au président « bien élu » de cote d’Ivoire Alassan Ouatarra ? L’ancien président Tunisien était lui aussi soutenu par l’Élysée, et Ben Ali était un dictateur…

Alassane Ouattara est présenté comme l’alternative « démocratique » a une situation politique très dégradé dans ce pays (1). Pourtant le « président », pour prendre la place de Gbagbo, s’est allié avec Henri Konan Bedié, celui-là même qui a utilisé le concept d’ivoirité(2) pour pouvoir diviser son pays et régner plus efficacement. Les reportages qui font de Ouatera un « honnête politicien » qui incarnerait l’espoir de voir la démocratie triompher en Côte d’Ivoire sont mensongers. Les journalistes qui acceptent de donner cette version sont des menteurs et des complices des horreurs passées et futures. La vérité est que chaque camp est corrompu jusqu’à la moelle, et que l’action politique locale ne se décide qu’en faveur des intérêts des grandes entreprises françaises comme Bolloré ou Bouygues.

Dans son numéro de janvier de « Billets d’Afrique » l’association Survie fait le bilan de dix ans de désastre politique en Côte d’Ivoire. Cette citation finira peut-être de convaincre les plus incrédules :

« Le 6 octobre 2002, cent-dix personnes, gendarmes et leurs enfants, sont extraits de leur caserne et emmenés dans une prison où ils sont immédiatement abattus par des combattants du MPCI, dont le secrétaire général est Guillaume Soro. Aucune suite ne sera jamais donnée à cette tuerie. »

Guillaume Soro est le chef de la rébellion anti- Gbagbbo. Il est dans le camp de Ouattara. On comprend donc que l’action « démocratique » est loin d’être l’option choisie par les opposants à Gbabbo. Non, Allassan Outarra n’a pas été démocratiquement élu. Les fraudes ont eu lieux dans les deux camps qui sont aussi corrompus l’un que l’autre. Non Allassan Ouattara n’est pas un inoffensif politicien qui désire servir les intérêts des Ivoiriens. C’est un dictateur en puissance, soutenu par les capitalistes qui hier soutenaient Gbagbo l’ignoble dictateur actuel.

1. – La France a introduit des divisions dans la population ivoirienne. Elle a poussé des rebelles proches de Ouattara à monter une partie de la population contre l’autre sur des bases religieuses (le nord musulman contre le sud chrétien) et ethniques
2.- L’ivoirité est un concept d’extrême-droite qui introduit une différence entre les « vrai » ivoiriens « qui sont là depuis toujours » et les « faux » qui seraient là depuis moins longtemps. C’est l’équivalent de « la France aux français ». Rappelons que c’est ce genre de concept qui a entraîné le génocide au Rwanda

LA PEUR CHANGE DE CAMP

Le tremblement de terre causé par le soulèvement populaire des habitants de Tunisie bouscule les Etats et les dictateurs arabes et leurs alliés. Les immolations qui ont eu lieu dans toute la région ne sont pas pour les rassurer.

Bouteflika, président-dictateur algérien, déploie ses forces répressives (formées par la France) et son matériel « de maintient de l’ordre » (fourni par la France). En même temps il fait baisser les prix des produits de premières nécessités et acheté un gros stock de blé et de farine. Il semble vouloir calmer les gens de peur de se faire virer comme son voisin tunisien. Pendant ce temps en Libye, Kadhafi, a lui aussi, dû baisser les prix. Un grand nombre d’habitants n’ayant pas de quoi se loger, a auto-réquisitionné des habitations. La police a dû laisser faire, qu’il s’agisse de logements publics ou même privés. Kadhafi n’a pas eu d’autre choix que d’approuver et même encourager ces initiatives, ce qui aurait été évidemment impossible il y a deux mois.

En Tunisie les habitants des quartiers de tout le pays se sont organisés spontanément pour assurer leur sécurité contre les flics-voyous que Ben Ali a laissé derrière lui pour effrayer les gens et provoquer le chaos. Mais cette stratégie ne fonctionne pas. Les travailleurs sont dans la rue et on a vu ceux de l’entreprise STAR (Société Tunisienne d’Assurances) virer leur PDG Abdelkarim Merdassi. Ce qui effraie le plus le pouvoir c’est que tout le monde se rende compte que, malgré la vacance de pouvoir, la vie continue.

Le gouvernement saoudien a été obligé d’annoncer que Ben Ali était en résidence surveillé et qu’il avait interdiction de fait quoi que ce soit qui nuise à son pays. Effet d’annonce ou pas, en tout cas force est de constater qu’ils sont obligé de montrer patte blanche face à une opinion internationale plus que favorable à la révolution tunisienne.

Le parti communiste chinois, lui-aussi, a peur de la contagion des révoltes arabes. Il a interdit tous les sites internet contenant le mot « Egypte »…

La peur change de camp, l’espérance aussi.

QU’ILS DÉGAGENT TOUS !

La presse Française qui couvre les événements en Tunisie est généralement conciliante avec l’ancien régime, et n’hésite pas à donner la parole aux personnes soit-disant modérées, et on a droit à des « Je suis contente que le mouvement s’apaise, je vais pouvoir revenir en cours » d’une étudiante, ou alors à des « On a besoin de ces ministres (NDR : les anciens de Ben Ali), pour pouvoir passer de la dictature à la démocratie » dit une femme en tailleur (source Yahoo actualité).On a l’impression qu’ils parlent d’une grève des services publics en France. En effet de là à dire « Ils prennent la population en otage ! » il n’y a qu’un pas !

En attendant en Tunisie, le couvre feu est toujours de rigueur. Même allégé, c’est toujours un couvre feu. Il faut donc en déduire qu’en Tunisie ils ont chassé un despote, mais que rien n’est encore gagné ! Souhaitons du courage aux révolutionnaires Tunisiens. Surtout ne vous faites pas embobiner ! Les « nouveaux politiciens » au gouvernement avec l’ancien premier ministre, ça sent vraiment trop l’escroquerie. Qu’ils dégagent tous !

Dédé

PAS DE QUARTIER SUR LES IDÉES PRÉCONÇUES !

Quand les médias parlent des banlieues, qu’importe la chaîne de télé, cela me hérisse les poils, je ne dirai pas où ça me hérisse, je risquerai d’être vulgaire. Quand on les écoute cela commence par « les zones de nondroit avec les trafics de drogues et d’armes qui circulent par l’économie souterraine », ça continue par « les étrangers qui refusent de s’intégrer à la communauté nationale », et ça finit par « le fanatisme religieux » … Moi, j’ai un problème avec ce discours. Les quartiers dont ils parlent, je les connais, j’y vis, les gens y travaillent, ils y ont des ami(e)s, de la famille, des relations sociales normales. Ce qu’ils disent eux, c’est tout simplement de la propagande d’un Etat qui est en train de se fasciser de plus en plus tous les jours, qui a produit cette misère sociale, et qu’importent les gouvernements de gauche ou de droite qui se sont succédés depuis plus de quarante ans. Pour ma part, j’appelle la population à ne pas se laisser le racisme, le machisme, l’homophobie, les religions et le communautarisme prospérer dans les quartiers. Cela à malheureusement touché une certaine partie d’entre nous ; les plus démunis qui ont été laissé tomber et qui n’ont pas trouver autre chose que ses saloperies pour exprimer leur colère. Oui je vous le dit, nous retisserons nos liens, nous serons solidaire les uns avec les autres face à l’épreuve de force qu’ils essayent de nous imposer, nous apprendrons à gérer nos quartiers par nos propres moyens. La misère qu’ils ont semée, on s’en débarrassera et eux avec elle !

UN AUTRE FUTUR !
supplément à ANARCHOSYNDICALISME !
7, rue St Rémésy,
31000 Toulouse.
Tel : 05 61 52 86 48

La CNT-AIT, c’est quoi ?

La CNT-AIT regroupe tous ceux qui, parmi les exploités, veulent combattre le capitalisme et l’État et instaurer une société libertaire. Sur les lieux de travail comme sur les lieux de vie, elle pratique l’anarchosyndicalisme : action collective directe, autogestion des luttes, solidarité de classe. Elle rejette toute compromission avec les patrons, les pouvoirs publics et les médias. Elle boycotte toutes les élections. Elle refuse de syndiquer les membres des forces répressives de l’État, considérées comme les ennemies des travailleurs.
Elle représente en France l’Association Internationale des Travailleurs (AIT, Première Internationale).

Un autre futur a été rédigé le 29 janvier 2011 par des militants anarchosyndicalistes, salariés ou chômeurs. Il ne reçoit aucune subvention.

TUNISIE, EGYPTE, YEMEN … LA PEUR CHANGE DE CAMP

lundi 31 janvier 2011

[Ce texte a été écrit dans la journée du 29 janvier …]

=====================================================

LA PEUR CHANGE DE CAMP

Le tremblement de terre causé par le soulèvement populaire des habitants de Tunisie bouscule les Etats et les dictateurs arabes et leurs alliés. Les immolations qui ont eu lieu dans toute la région ne sont pas pour les rassurer.

Bouteflika, président-dictateur algérien, déploie ses forces répressives (formées par la France) et son matériel « de maintient de l’ordre » (fourni par la France). En même temps il fait baisser les prix des produits de premières nécessités et acheté un gros stock de blé et de farine. Il semble vouloir calmer les gens de peur de se faire virer comme son voisin tunisien.

Pendant ce temps en Libye, Kadhafi, a lui aussi, dû baisser les prix. Un grand nombre d’habitants n’ayant pas de quoi se loger, a auto-réquisitionné des habitations. La police a dû laisser faire, qu’il s’agisse de logements publics ou même privés. Kadhafi n’a pas eu d’autre choix que d’approuver et même encourager ces initiatives, ce qui aurait été évidemment impossible il y a deux mois.

En Tunisie les habitants des quartiers de tout le pays se sont organisés spontanément pour assurer leur sécurité contre les flics-voyous que Ben Ali a laissé derrière lui pour effrayer les gens et provoquer le chaos. Mais cette stratégie ne fonctionne pas. Les travailleurs sont dans la rue et on a vu ceux de l’entreprise STAR (Société Tunisienne d’Assurances) virer leur PDG Abdelkarim Merdassi. Ce qui effraie le plus le pouvoir c’est que tout le monde se rende compte que, malgré la vacance de pouvoir, la vie continue.

Le gouvernement saoudien a été obligé d’annoncer que Ben Ali était en résidence surveillé et qu’il avait interdiction de fait quoi que ce soit qui nuise à son pays. Effet d’annonce ou pas, en tout cas force est de constater qu’ils sont obligé de montrer patte blanche face à une opinion internationale plus que favorable à la révolution tunisienne.

Le parti communiste chinois, lui-aussi, a peur de la contagion des révoltes arabes. Il a interdit tous les sites internet contenant le mot « Egypte »…

La peur change de camp, l’espérance aussi.

————-

Tunisie, Egypte, Yémen, et partout dans le monde : DEHORS LES CRIMINELS

CE SONT DES CRIMINELS

Depuis tant d’années, qu’ils oppriment, depuis tant d’années qu’ils exploitent, depuis tant d’années qu’ils tuent par la torture, par des assassinats, par la faim… Depuis tant d’années que tout le monde le sait et que (presque) tout le monde fait semblant de l’ignorer… Tant d’années…que cela paraissait devoir durer toujours…

Jusqu’à ce que les gens les plus simples, les plus méprisés, ceux qui sont supposés n’y rien comprendre parce que pas « politisés », pas « éduqués », pas de « l’élite » descendent en foule dans les rues de Tunis pour clamer à la face du monde : ceux qui nous dirigent ne sont qu’une bande de criminels !

L ’ EPOUVANTAIL DE L ’ ISLAMISME

Pour justifier leur terrorisme d’Etat, les criminels au pouvoir se présentent comme les remparts contre l’islamisme. Rien n’est plus faux. Tout comme en France la politique ultra-sécuritaire et répressive du gouvernement avec sa propagande sur « l’identité nationale » nourrit le discours de haine et fait monter les néo-fascistes ; les pratiques coupables des Etats maghrébins font monter l’islamisme.

Au lieu d’être des remparts de la « démocratie », ils sont les fournisseurs du totalitarisme !

LES ELITES ONT TRAHI

Achetées, imprégnées de post-modernisme, faisant sous couvert de « respect de la différence » le jeu de la propagande la plus réactionnaire (nationalisme, régionalisme, religion,…), raillant les droits fondamentaux des travailleurs, méprisant le « petit peuple », niant même que l’oppression fondamentale provient du capitalisme et de l’état, ceux qui se prétendent « l’élite » (médias, universitaires,…) et qui en ont tous les avantages, ont été massivement les complices du système. Aucune confiance ne peut leur être faite.

LA CLASSE POLITIQUE FRANÇAISE COUPABLE

Quand la ministre française des affaires étrangères, la dame Alliot-Marie, propose au dictateur Ben Ali d’envoyer gracieusement sa police pour l’aider à réprimer le peuple, quand le ministre de la « culture », le sieur Mitterrand, trouve toutes les excuses pour justifier le maintien au pouvoir d’une bande corrompue, la classe politique française de droite montre son vrai visage : celui du cynisme, de la corruption, de la répression et de l’exploitation.

Quand l’Internationale socialiste compte parmi ses responsables des Ben Ali, des Gbagbo, mais aussi des Straus-Khan (président du FMI), des Lamy (président de l’OMC) alors que le FMI et l’OMC sont des armes de destruction massive tournées contre les populations du monde, elle montre également son vrai visage : c’est le même : cynisme, corruption, répression exploitation !

Droite, gauche, milieu… le peuple n’a qu’une chose à faire de tous les politiques : les renverser !

L’ESPOIR SE LEVE AU SUD

Par son courage, par sa détermination, par son intelligence, la classe exploitée tunisienne vient de donner à tous et à chacun une leçon d’espoir. Cette leçon est en train d’être entendue en Egypte.

Faisons tout ce qui est possible pour la soutenir dans une voie qui, écartant les politicards, les religieux, les capitalistes et autres manipulateurs conduise vers un autre futur.

============================

Texte issu de « Un autre futur pour les quartiers », 4 pages de la CNT-AIT a télécharger et à diffuser sans modération dans votre voisinage :