SERBIE : Les employés des restaurants « McDonald’s » menacés de réduction de salaire jusqu’à 20%

Anarhosindikalistička inicijativa – ASI

Le groupe « Nicefood », dont le directeur est également propriétaire du restaurant « McDonald’s », et qui compte plus de 900 employés dans toute la Serbie, a décidé de réduire les salaires de tous les employés à partir du 1er juin 2020, en raison de l’épidémie de coronavirus.

Les travailleurs de cette entreprise sont obligés de signer une avenant sur la réduction de salaire ou alors ils seront licenciés. En plus de réduire les salaires, les employés subissent également une réduction du nombre important de points, qui sont la base des primes. Le processus pour gagner des points prend du temps et nécessite diverses formations et tests sur plusieurs mois, voire des années.

Les travailleurs de l’industrie de la restauration rapide ont de toute façon de bas salaires et dans les restaurants « McDonald’s », les employés ne reçoivent pas d’argent pour les heures supplémentaires, ce qui est quotidien, car l’entreprise cherche à embaucher le moins de travailleurs possible afin d’économiser. En conséquence, les employés sont constamment sous pression pour travailler plus longtemps, afin de répondre aux exigences inhumaines de l’entreprise. En conséquence, les blessures au travail (en particulier les brûlures) sont très courantes.

Cette attitude envers les employés est absolument inacceptable! Les travailleurs de ces restaurants sont harcelés tous les jours, et ils arrivent à peine à joindre les deux bouts et sans réduire leurs salaires, maintenant ils doivent faire face à cela, tous sous le chantage qu’ils seront licenciés s’ils se rebellent contre ce vol du patron!

De cette façon, notre initiative exprime sa solidarité avec les travailleurs de «McDonald’s» et les appelle à lutter contre la réduction des salaires et des points qu’ils ont gagnés grâce à leur travail! Si vous travaillez à « Meku » ou dans un autre restaurant de restauration rapide, vous pouvez nous contacter via la page Facebook ou par téléphone pour publier votre histoire et aider à organiser la lutte pour de meilleures conditions de travail.

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=3221718011182528&id=409935899027434

IN FAST-FOOD SERVICES, THAT’S THE WAY IT IS …

Each year since 1992, the second week of October, is organized the International day of solidarity with fast-Food workers.

Join the international movement against exploitation and injustice!

AIT-IWA (international workers association)   

https://iwa-ait.org/

Facebook : @iwa-ait   Twitter :@IWAAIT

SOLIDARITE AVEC LES TRAVAILLEURS EN LUTTE DE « BURGER-KING » ALBACETE (ESPAGNE)

SOLIDARITE AVEC LES TRAVAILLEURS EN LUTTE DE « BURGER-KING » ALBACETE (ESPAGNE)
Soutenus par la CNT AIT d’Albacete, les salariés des 4 restaurants franchisés « Burger-King » de cette ville espagnole sont en lutte pour exiger l’amélioration de leurs conditions de travail, le respect par la direction des contrats de travail, des conventions collectives et plus encore de leur dignité.

SOLIDARITE AVEC LES TRAVAILLEURS EN LUTTE DE « BURGER-KING » ALBACETE (ESPAGNE)

Soutenus par la CNT AIT d’Albacete, les salariés des 4 restaurants franchisés « Burger-King » de cette ville espagnole sont en lutte pour exiger l’amélioration de leurs conditions de travail, le respect par la direction des contrats de travail, des conventions collectives et plus encore de leur dignité.

Non paiement des heures supplémentaires, non respect des fiches de poste, contrats de travail illégaux (temps partiels), fraude à la sécurité sociale, sous effectifs, intimidations du personnel (par exemple obligation de se raser la barbe)  etc sont quelques unes des mesures dénoncées.

En fonctionnant en assemblée générale,  sans leader ni représentant, en mettant en pratique les méthodes de lutte anarcho-syndicalistes (démocratie directe, action directe) ces travailleurs ont rendu très difficile la répression contre leur mouvement et leur direction a d’ores et déjà été contrainte d’accepter nombre de leurs revendications. La lutte continue.

Partout dans le monde les travailleurs de « fast food »  sont de plus en plus précarisés, ubérisés,  exploités, méprisés.  Partout, des hommes et de femmes se révoltent contre ce système indigne.

Les employés de « Burger King » Albacete montrent que cette situation n’est pas inéluctable, que la lutte paye.


Travailleurs organisés sans leader ni représentants, patrons emmerdés

La force des travailleurs, c’est la solidarité sans frontières

Burger King le roi de la précarité

CNT AIT Toulouse
http://cntaittoulouse.lautre.net

An example of anarchosyndicalist struggle: CNT-AIT versus BURGER KING

The “Amalgameted Workers CNT-AIT Union” in the city of Albacete (Spain), informed the whole staff of the Burger King’s restaurants in this city of the dispute they initiated against the management of the company, for their systematic violation of the rights of workers and unions.

The CNT-AIT union is made up of Burger King workers and other workers in An example of anarchosyndicalist struggle: CNT-AIT Albacete(SPAIN) against BURGER KING

The “Amalgameted Workers CNT-AIT Union” in the city of Albacete (Spain), informed the whole staff of the Burger King’s restaurants in this city of the dispute they initiated against the management of the company, for their systematic violation of the rights of workers and unions.

The CNT-AIT union is made up of Burger King workers and other workers in An example of anarchosyndicalist struggle: CNT-AIT Albacete(SPAIN) against BURGER KING

The “Amalgameted Workers CNT-AIT Union” in the city of Albacete (Spain), informed the whole staff of the Burger King’s restaurants in this city of the dispute they initiated against the management of the company, for their systematic violation of the rights of workers and unions.

The CNT-AIT union is made up of Burger King workers and other workers in solidarit. The CNT-AIT union does not stand for union elections, does not participate in the works council and has no permanent staff. It is organized as an assembly of workers who decide for themselves their demands and their strategy, without political or religious external influence.

The CNT-AIT union has written to the management of 4 franchised restaurants in Albacete (Tejares, Imaginalia, Albacenter and Autovía 31) the list of workers’ demands that the company must respect immediately.

The staff of these Burger King restaurants suffer from poor working conditions :

– non-compliance with employment contracts by the company,
– work contracts that do not comply with legal requirements,
– non-compliance with job descriptions
– non-compliance with collective agreements, particularly on hiring and working hours,
– social security fraud,
– understaffing, especially for cleaning, etc …

The Works Council (in which the CNT-AIT does not participate by ethical principle) also denounced this situation, in parallel with our direct denunciation.

The company thad began to partially respond to our demands, by providing work clothes and returning within the framework of the collective agreement, particularly on the respect of employment contracts. But to go further in the satisfaction of all claims, it is clear that this will depend on the effort, unity and commitment of all the workers.

The obligation to give a set of work’s clothes to any worker is a compulsory part of the employment contract. But the management had not been fulfilled for a long time. The obligation for the boss is to give each employee a cap, a belt, an ID badge, two polo-shirts and two pants. Although the company’s management gave us only one polo-shirt and one pair of trousers, he says he attaches great importance to personal hygiene. We are forced to work with only one work uniform but this is only one of the most visible problems for all workers. The lies of the management go as far as the signing of illegal labor contracts.

The most important problem is certainly that the company force us to sign part-time contracts that are systematically illegal, simply because it serves bests the exclusive interest of the company.

Some of the irregularities include hiring conditions, lack of staff, non-compliance with the legal working hours and, in particular, non-compliance with the 12-hour break between two days of work. The schedules are never rated, so the workers work according to the good will of the management, without being paid for overtime. As a result, there is a general feeling of awkwardness amongst all the employees.

Among the most controversial measures, the Regional Labor Inspectorate declared unconstitutional the obligation imposed by the company on employees to shave their beards. Our union is radically opposed to this corporate action because it is used by management as a means of intimidating workers on a disciplinary basis.

The company policy, which only seeks to increase its profit at all costs to the detriment of hygiene, has only resulted in the closure of a restaurant in August by the Services of Hygiene inspection … This paradoxically has caused the company to lose thousands and thousands of euros.

In the face of all these attacks, the company must know that Burger King workers will not quietly sit idly by.

We know that the company is very concerned about the intervention of the CNT-AIT in this dispute. Management has been researching who are the people behind the CNT-AIT. (As the CNT-AIT does not participate in elections nor to Works Council, nor it has any public representative, management can not identify who are the « leaders » … For the good reason that the CNT-AIT unions operating in assembly so there is no « leader » that the Directorate could buy or intimidate …)

That is why CNT-AIT addressed all Burger King staff to encourage them to promote a permanent assembly of workers. An assembly where everyone can participate and get involved in the fight, until its ultimate conclusion which will be the end once and for all of the precariousness in this enterprise.

Organized workers, boss intimidated !


The strength of the workers is solidarity.


Burger King, the king of precariousness.

FAST FOOD EXPLOITATION ET HAMBURGREVE : CA SE PASSE COMME CA …

Chaque année depuis 1992, pendant la seconde semaine d’Octobre
est organisée la journée internationale de solidarité
avec les travailleurs des Fast-foods

Rejoignez le mouvement international contre l’exploitation et l’injustice !
CNT-AIT (Association Internationale des Travailleurs)
contact@cnt-ait.info   http://cnt-ait.info Facebook : @iwa-ait   Twitter :@IWAAIT

Un exemple de lutte anarchosyndicaliste : CNT-AIT Albacete contre BURGER KING

Le Syndicat Interco de la CNT-AIT de Albacete, ont informé l’ensemble du personnel de Burger King d’Albacete du conflit syndical qu’ils ont initié contre la direction de l’entreprise, pour leur violation systématique des droits des travailleurs et des syndicats.

Le syndicat de la CNT-AIT est composé de travailleurs de Burger King et d’autres travailleurs solidaires. Il ne se présente pas aux élections syndicales, ne participe pas au comité d’entreprise et n’a pas de permanent. Il est organisé sous la forme d’une assemblée des travailleurs qui décident par eux même de leurs revendications et de leur stratégie, sans influence politique ni religieuse extérieure.

Le Syndicat Interco de la CNT-AIT de Albacete, ont informé l’ensemble du personnel de Burger King d’Albacete du conflit syndical qu’ils ont initié contre la direction de l’entreprise, pour leur violation systématique des droits des travailleurs et des syndicats.

Le syndicat de la CNT-AIT est composé de travailleurs de Burger King et d’autres travailleurs solidaires. Il ne se présente pas aux élections syndicales, ne participe pas au comité d’entreprise et n’a pas de permanent. Il est organisé sous la forme d’une assemblée des travailleurs qui décident par eux même de leurs revendications et de leur stratégie, sans influence politique ni religieuse extérieure.

Le syndicat de la CNT-AIT a adressé un écrit à la direction des 4 franchises à Albacete (Tejares, Imaginalia, Albacenter et Autovía 31) la liste des revendications que l’entreprise doit respecter immédiatement.
Le personnel de ces restaurants Burger King dont souffre de mauvaises conditions de travail :

  • non respect des contrats de travail par l’entreprise,
  • contrats de travails qui ne respectent pas les conditions légales,
  • non-respect des fiches de postes
  • non respect des conventions collectives, notamment sur les embauches et les horaires de travail,
  • fraude à la sécurité sociale,
  • sous effectifs, notamment pour le nettoyage, etc …

Le Comité d’entreprise (auquel la CNT-AIT ne participe pas par principe) a également dénoncé cette situation, en parallèle de notre dénonciation directe. L’entreprise a alors commencé à répondre partiellement à nos revendications, en mettant à disposition des vétêments de travail et en revenant dans le cadre de la convention collective, notamment sur le respect des contrats de travail. Mais pour aller plus loin dans la satisfaction de toutes les revendications, il est clair que cela dépendra de l’effort, de l’unité et de l’engagement de l’ensemble des salariés.

L’obligation de donner un « pack » de vêtements de travail à tous les travailleurs, qui fait partie du contrat de travail, n’a pas été remplie pendant longtemps. L’obligation pour le patron consistait à remettre à chaque salarié une casquette, une ceinture, un badge d’identité, deux polos et deux pantalons. Bien que la direction de l’entreprise ne nous ait donné qu’un seul polo et un seul pantalon, elle dit accorder beaucoup d’importance à l’hygiène du personnel. Nous sommes obligés de travailler avec un seul uniforme de travail mais ce n’est qu’un des problèmes les plus visibles pour l’ensemble des travailleurs. Les mensonges de la direction vont jusqu’à la signature de contrats de travail illégaux.

Le problème le plus important est certainement que l’entreprise fait signer des Contrats à Temps Partiel qui sont systématiquement illégaux tout simplement parce que c’est dans l’intérêt exclusif de l’entreprise.

Parmi les irrégularités on peut citer les embauches, le manque de personnel, le non respect de la durée légale du travail et notamment le non-respect de la pause de 12 heures entre deux journées de travail. Les horaires ne sont jamais noté, les travailleurs travaillent donc selon le bon-vouloir de la direction, sans être payés pour les heures supplémentaires. En conséquence, il y a un mal-être généralisé des salariés.

Parmi les mesures plus polémiques, l’Inspection du travail de Barcelone a déclaré anticonstitutionnelle l’obligation édictée par l’entreprise aux salariés de raser leur barbe. Notre syndicat est radicalement opposé à cette mesure dictée par l’entreprise, car elle est utilisée par la direction comme un moyen d’intimidation des travailleurs sur une base disciplinaire.

L’entreprise, qui ne cherche qu’a augmenter à tout prix son bénéfice[ y compris au détriment de l’hygiène et du personnel], n’a aboutit qu’à la fermeture d’un restaurant au mois d’Août par les Services de l’inspection d’Hygiène … Ce qui paradoxalement a du leur faire perdre des milliers et des milliers d’euros.

Face à toutes ces attaques, l’entreprise doit savoir que les travailleurs et les travailleuses de Burger King ne resteront pas les bras croisés.

Nous savons que l’entreprise est très préoccupée par l’intervention de la CNT-AIT dans ce conflit syndical. La direction a fait des recherches pour savoir qui étaient les personnes derrière le sigle CNT-AIT. (Comme la CNT-AIT ne participe pas aux élections ni au Comité d’Entreprise, qu’elle n’a aucun représentant, la direction ne peut pas identifier qui sont les « meneurs » … Pour la bonne raison que le syndicat fonctionnant en assemblée il n’y a pas de « leader » que la Direction pourrait acheter ou intimider …)

C’est pourquoi la CNT-AIT s’est adressée à l’ensemble du personnel de Burger King, pour les encourager à promouvoir une assemblée permanente de travailleuses et travailleurs. Une assemblée où chacune et chacun peuvent participer et s’impliquer dans la lutte, jusqu’à sa conclusion ultime qui sera la fin une fois pour toute de la précarité dans cette entreprise.

Travailleurs organisés, patron emmerdé

La force des travailleurs c’est la solidarité.

Burger King, le roi de la précarité.

La restauration rapide : Un symbole de l’exploitation moderne

Samedi 19 octobre 2019 : Journée internationale de solidarité avec les travailleurs de la restauration rapide

Samedi 19 octobre 2019 : Journée internationale de solidarité avec les travailleurs de la restauration rapide

La restauration rapide : Un symbole de l’exploitation moderne

En octobre 1995, plus de 30 ex-employés de Mac Donalds du monde entier ont témoigné sur leurs salaires et leurs conditions de travail et ont rendu public comment Mac’Do exploite ses employés et manifeste son hostilité à toute forme d’organisation autonome des travailleurs. Un groupe de soutien aux travailleurs de Mac’Do appella le 12 octobre 96 à une journée internationale de solidarité. Le 12 octobre est la date de la mort par électrocution de Marc Hopkins, un travailleur du  McDo de Manchester. Depuis lors, régulièrement la CNT-AIT a organisé des tournées des Mac Do, élargie à l’ensemble des fast-foods pour dénoncer les conditions de travail dans la restauration rapide. En effet, la chaîne américaine de fast-food n’a pas le monopole de la flexibilité, de la précarité et des bas salaires. Nous sommes ainsi intervenus ponctuellement à la demande de salariés, dans des Pizza Hut, des Quick, des Domino’s Pizza et autre Bureger King.

Ces dernières années, d’autres luttes dans plusieurs restaurants de la région parisienne, marseillaise, etc …  ont éclaté contre la logique patronale dans la restauration rapide, logique des plus banales et que nous connaissons bien, puisqu’elle est la logique du profit capitaliste sur le dos des travailleurs et des consommateurs.

NE PAS SE TROMPER DE LUTTE

McDo n’est donc qu’un exemple international de cette logique parce que la firme est présente dans le monde entier et que les « innovations » introduites dans la gestion de ses employés préfigurent les nouveaux modes de management qui se sont généralisés dans les entreprises. Certains ont fait de McDo un thème sociétal proche de la science fiction. En 1998, une plaquette intitulée « Résistance à la Mac’domination, agir pour un monde sans fast-food » mélange la réalité sociale avec une autre plus subjective : la dénonciation d’une bouffe sous-culturelle. Or, ce qui est révoltant, pour les hommes et la planète, ce n’est pas le fast-food en soi. La suite nous a montré qu’il convenait d’être clair.

Le 12 août 1999, des militants de la Confédération paysanne, qui préfèrent le Roquefort, pour protester contre la taxation de leur fromage, démontaient le Mac’Do de Millau sous les yeux débonnaires des gendarmes. Nous sommes loin de la défense des salariés et de la dénonciation de la flexibilité et de la précarité. Pire encore, le 19 avril 2000 un attentat imbécile, commis dans un Mac’Do de Quévert (Côtes d’Armor) tuait une employée. La confusion possible entre la cause et ses effets n’a pas échoppé à l’extrême droite, jamais en reste de débilités : « Ni Mac’Do ni mosquées » peut-on lire sur un autocollant du groupe identitaire d’extrême droite GUD-Unité Radicale, lequel, par ailleurs, se déclare « antimondialiste », fervent défenseur des « richesses culturelles de la France » et de la « diversité » raciale (c’est à dire de la ségrégation et de l’apartheid !)

AGIR POUR UN MONDE SANS CAPITALISME

Qu’on ne s’y trompe pas, la CNT-AIT est solidaire des salariés de la restauration rapide, et plus largement, de tous les exploités, quel que soit leur mode de vie et le régime alimentaire dominant dans l’endroit où ils sont exploités. Cette solidarité de classe est le premier pas pour supprimer le capitalisme et ses conséquences (l’exploitation de la vie et la destruction de la planète) et pour agir contre ses avatars, les nationalismes, les régionalismes et les intégrismes.

Que faire : regroupez vous avec des amis, téléchargez et photocopiez le tract/ BD, et distribuez le aux travailleurs des fast-food le plus proche de chez vous !