IRAN : la résurrection de la lumière viendra de la nuit (les murs ont la parole …)

Depuis le 12 janvier 2021, des coupures de courant prolongées, affectent de nombreuses régions d’Iran : Téhéran, Guilan, Karadj, Arak, Ispahan, Khouzistan, Semnan, Qom, Ardebil, affligeant la population d’énormes souffrances pendant les jours les plus froids de l’année.

Le gouvernement de la République Islamique d’Iran justifie avoir ordonné ces coupures en invoquant « la pénurie de combustible pour alimenter les centrales électriques ». Un comble pour un pays qui repose sur un océan de pétrole et de gaz !

Ce scandale met en évidence la politique prédatrice et corrompue du régime clérical des mollahs.

Bien entendu, les officiels ont blamé la population l’accusant de gaspillage ! le quotidien officiel Sharq a relayé le message du gouvernement « invitant la population est invitée à réduire la température des habitations et des lieux de travail d’au moins un ou deux degrés« , alors que c’est la saison la plus froide de l’année !!!

Le mécontentement ne cesse de grandir, et sur les réseaux sociaux de nombreuses personnes considèrent le manque d’électricité (#قطعی_برق) comme une opportunité de protester, appelant à des manifestation, protestations, l’écriture de slogans sur les murs … La résurection de la lumière viendra de la nuit (شبتیرهراباقیامروشنمیکنیم)

Les compagnons anarchistes en Iran aussi ne manquent pas l’occasion de lutter contre le système dictatorial de la République Islamique. Ils utilisent l’obscurité imposée ces jours-ci pour s’exprimer sur les murs …

PS : Une pensée aussi pour notre compagnon Soheil Arabi, en prison depuis 2013 pour sa liberté de pensée, et qui depuis subit une répression féroce car il dénoncer les conditions horribles de détention dans les prisons iraniennes.

عکس های شعار نویسی آنارشیست ها در ایران امروز یکشنبه ٢٨ دی ١٣٩٩

18 ژانویه

آنارشیست ها هیچ فرصتی را برای مبارزه علیه سیستم از دست نمیدهند. آنها از تاریکی های تحمیل شده این روزها استفاده میکنند تا به حکومت دیکتاتور نشان دهند که سنگر خیابان را هرگز از دست نخواهند داد، شعار نویسی و دیوارنویسی رفقای آنارشیست در ایران، امشب یکشنبه ۲۸ دیماه۱۳۹۹

https://asranarshism.com/1399/10/29/anarchism-220/

#آنارشیست

#شبتیرهراباقیامروشنمیکنیم

(la résurection de la lumière viendra de la nuit)

#قطعی_برق

STEF MONTBARTIER EN GREVE : CONSOMMATEURS SOLIDAIRES !

Les travailleurs de l’entrepôt STEF de Montauban (Montbartier) dont en grève depuis le 17 décembre 2020 pour les conditions salariales. La Direction leur « offre » 15 euros d’augmentation par mois ! Ils ont organisé un filtrage de la plateforme logistique, que la justice de classe leur a ordonner de lever. Depuis ils continuent la lutte, organisant des actions pour sensibiliser la population à leur situation. STEF est le principal opérateur logistique d’Intermarché, et le premier transporteur frigo alimentaire d’Europe. Consommateurs, quand nous achetons des produits en magasin, ilest toujours passé entre les mains d’un travailleur de STEF. Un grope de consommateurs solidaires a rédigé un texte de soutien, pour diffuser aux portes des magasins, marchés, etc …

Depuis un an, nous vivons une période exceptionnelle du fait de la crise COVID 19. Dans cette gestion sanitaire chaotique, nous avons tout de même pu continuer de survivre, grâce à l’implication et au dévouement des travailleurs des secteurs essentiels, qui ont tout fait pour que les chaines d’approvisionnement puisse continuer de fonctionner. Ceci est tout particulièrement vrai dans le secteur alimentaire où la logistique (transport frigo, préparation des commandes, entrepôts frigorifiques) a permis que nous tous, consommateurs, nous puissions être approvisionnés sans pénurie.

L’entreprise STEF est le leader européen du transport et de la logistique sous température contrôlée. Une part significative des produits alimentaires consommés en France transitent sous forme brute ou transformée par le réseau Stef. Avec plus de 10 000 clients et plus de 100 000 livraisons par jour en phase normale d’activité, cette société européenne est bien évidemment au cœur de la chaîne alimentaire depuis le début de la pandémie de Covid. Le patron de STEF lui-même, Marc Vettard, a reconnu, dans une interview au journal professionnel de référence LSA, l’implication de tous les salariés alors qu’au début toutes les conditions de sécurités n’étaient pas réunies : «Je voudrais d’abord souligner la forte mobilisation de tous nos collaborateurs dans un contexte sanitaire très particulier et très précaire. Ils ont été remarquables et ont assuré leurs missions avec un vrai sens des responsabilités et de la solidarité. Personne n’a renoncé malgré le défaut d’équipements, de masques ou de gel hydroalcoolique auquel nous avons dû faire face. »

La STEF dispose d’un site logistique à Montbartier. Les salariés de la STEF, qui travaillent dans le froid parfois à -20°C, avec parfois des horaires décalées tard le soir ou tôt le matin, pensaient que leur dévouement serait reconnu par le patron, par une revalorisation de leurs salaires qui ne sont pas ceux des flambeurs de la bourse. Mais face à la surdité de la direction, ils ont décidé de se mettre en grève le 17 décembre dernier pour obtenir le respect de leur dignité ! Depuis, ils organisent des piquets et des actions pour se faire entendre, et en premier de nous, les consommateurs.

Derrière chaque produit alimentaire que nous achetons, il y a un travailleur de la STEF. Nous leur devons une fière chandelle. Leur combat, c’est aussi le nôtre, car si les travailleurs essentiels ne réussissent pas à se faire respecter et reconnaitre leur dignité, alors tous les autres, les travailleurs qui sont jugés non essentiels, seront traités encore moins bien qu’ils ne le sont actuellement.

On nous a promis que le monde d’après renouerait avec les jours heureux. Mais on voit qu’en fait c’est toujours la même logique d’une économie au service du profit, une économie où les humains – travailleurs comme consommateurs – ne sont que des variables d’ajustement. Il est temps d’en finir avec ce système injuste  et que l’économie redevienne utile à toutes et tous !

Pour cela, nous ne pouvons que compter sur notre solidarité entre travailleurs, et entre travailleurs et consommateurs, et nous méfier de tous les politiciens qui nous trahirons tous, demain comme hier, qu’ils aient été au pouvoir, ou pas encore.

Pendant le premier confinement, certains exprimaient leur solidarité avec les travailleurs essentiels en applaudissant aux balcons. C’est sympathique, mais ça ne suffit pas. C’est pourquoi nous vous invitions, en tant que consommateurs solidaires, en tant que travailleurs concernés, à exprimer concrètement votre solidarité avec les grévistes de STEF en lutte, en soutenant leurs actions et en contribuant à la caisse de solidarité avec les grévistes.

Des consommateurs solidaires des grévistes de STEF

Cagnotte en ligne : https://www.leetchi.com/c/stef-montbartier-logistique

Ukraine: Pflegepersonal fordert bessere Arbeitsbedingungen

Die Gesundheitsarbeiter*innen der französischen CNT-IAA haben einen Bericht von Anarchist*innen aus der Ukraine zum Arbeitskampf im Gesundheitswesen veröffentlicht:

In der Ukraine, wie in Frankreich:
Ein würdiges Einkommen für das Gesundheitspersonal!

Auch in der Ukraine hat die Politik der Privatisierung des Gesundheitswesens große Schäden angerichtet. Das Gesundheitspersonal hat kürzlich eine Bewegung gestartet, um gegen die Finanzierungspolitik und für menschenwürdige Löhne zu kämpfen. Den kämpfenden Gesundheitsarbeiter*innen, wo immer sie sich auf der Welt befinden, möchten wir unsere volle internationalistische Solidarität versichern!

„Im Jahr 2020 mussten alle ukrainischen Ärzt*innen und das Gesundheitspersonal an einer neuen Front kämpfen, um die Pandemie einzudämmen. Und es überrascht nicht, dass der größte Feind der Nachkommen des Hippokrates nicht das Virus war, sondern unsere eigene ukrainische Regierung. Die Beamt*innen und Oligarch*innen im Gesundheitswesen, welche die Arbeit ihrer Vorgänger*innen fortsetzen, zerstören weiterhin die öffentliche Versorgung zugunsten der privaten Medizin. Sie tun dies mit solchem Zynismus, dass es bald keine qualifizierten Krankenpfleger*innen und Ärzt*innen in der Ukraine mehr geben wird und dass ihre Arbeit keine Wertschätzung mehr erfährt.

Die Gehälter der Ärzt*innen stehen nach wie vor in keinem Verhältnis zu den Risiken. Und es ist kaum zu glauben, aber das durchschnittliche Einkommen von Ärzt*innen in der Ukraine liegt unterhalb des Durchschnittslohns! Nach Angaben des Gesundheitsministeriums, beträgt das Monatsgehalt einer Ärzt*in im Schnitt etwa 9.000 Griwna (260 Euro) und 7.000 Griwna (203 Euro) für erwerbstätige Krankenschwestern, sowie 5.000 Griwna (144 Euro) für Berufsanfänger*innen.

Deshalb dürfen wir Anarchist*innen heute nicht abseits stehen und wir unterstützen den Kampf derer, die uns alle verteidigen und unsere Solidarität benötigen! Die Aktivist*innen von ‚Black Flag‘ [Чорний Стяг] und ‘Aktion des Volkes‘ [Народна Дія] haben sich den Krankenpfleger*innen angeschlossen, um gegen die gesellschaftliche Unterdrückung des öffentlichen Gesundheitswesens durch die neoliberale Regierung zu demonstrieren.

Foto: Demonstration in Lviv am 16.12.2020


Bei ihrer Aktion [am 16.12.2020 in Lviv] haben die Krankenpfleger*innen folgende Forderungen gestellt:

1. Finanzierung des Gesundheitswesens mit mindestens 7% des Bruttoinlandsproduktes

2. Erhöhung der Gehälter ab 01.01.2021 für medizinisches Personal auf das Niveau von 23.000 Griwna [644 Euro] für Ärzt*innen, 17.000 Griwna [491 Griwna] für Krankenpfleger*innen und 12.000 Griwna [346 euro] für medizinisches Personal im Anerkennungsjahr

3. Garantierte Ansprüche auf Versicherungsleistungen bei Berufskrankheiten für das an COVID-19 erkrankte Gesundheitspersonal (bei Verdacht auf einen Zusammenhang zwischen Krankheit und Berufstätigkeit)

4. Offenlegung der Ausgaben, Einnahmen und Budgets von medizinischen Einrichtungen (transparente Buchhaltung), sowie ein Recht, die Leitung medizinischer Einrichtungen kollektiv zu wählen

5. Einführung eines staatlichen Programms zur Bereitstellung von Wohnraum für medizinisches Personal“

Quelle: http://cnt-ait.info/2021/01/07/lviv-sante/
Übersetzung: Anarcho-Syndikalistisches Netzwerk – ASN Köln (CC:BY-NC)

https://anarchosyndikalismus.blackblogs.org/2021/01/08/ukraine-pflegepersonal-fordert-bessere-arbeitsbedingungen/

Kontakt zu Black Flag Ukraine:
https://www.facebook.com/blackflagua/,
https://t.me/s/blackflag_ukraine,
https://www.instagram.com/black_flag_ua/,
https://twitter.com/black_flag_ua

QUAND DES MIGRANTS ET DES PARIAS TENAIENT LE MAQUIS DANS LE CANTAL

Anarchistes, pas républicains … des anarchistes espagnols en Résistance, tome 2

Table des matières

Introduction

Le Barrage de l’Aigle, creuset de la réorganisation de la CNT-AIT espagnolE

Les espagnols du Chantier de l’Aigle ne partiront pas à l’organisation TODT

La réorganisation de la Confédération commence dans un village du Cantal

COMMISSION LOCALE DU BARRAGE DE L ‘AIGLE – CIRCULAIRE N ° 2

La police française et la Gestapo bernés par des ouvriers et des parias.

Les relations avec les communistes.

Les relations avec la Résistance Française.

La Résistance, une culture avant d’être un engagement.

Après le débarquement, le temps de l’action.

Le journal Exilio, un lien pour la reconstruction de la CNT-AIT.

QUELQUES PORTRAITS D’ANARCHISTES ESPAGNOLS DU BARRAGE DE L’AIGLE

Juan MONTOLIU DEL CAMPO.

Miguel (ou Manuel) BARBOSA GIRO.

José ASENS VALERA.

Alberto GERMAN GONZALEZ.

José SANTIAGO PAVON, dit « Antonio ORDOÑEZ MUÑEZ ».

Ramon SERRAROLS CAROL.

Paquita et Felipe MARTINEZ CAYUELA.

Luisa et Mateo GARCIA GASCON.

Miguel CAZADOR CASTELLA.

Francisco MONTERO VAQUERO.

Encarnacion et Florentino BARONA CASTRO.

Manuel JODAR SORIANO.

Cristobal DIAZ DIAZ.

Santiago « El CHISPA » BURGUETE TRIAN.

Muzio TOSI, un italien dans la compagnie Espagnole.

José PUJOL CASASUS.

Ricardo et Antonio ROMAN CUERVA

Francisco VALENTIN BLASIO.

Agustin GALERA GONZALEZ.

Jaime VIZCARRO FIBLA.

Baltasar ROMEA ALADEN.

José de LUNA ALBERT et Manuela OLEAGA.

Salvador FERNANDEZ FERNANDEZ et Juanita Oleaga.

José et Paquita GERMAN GONZALEZ.

Antonio LOPEZ ESPEJO et Alfonso LOPEZ ASTURIANO.

Pedro QUILES.

Antonio HEREDIA VICO et Maria FANNE.

José « El CARTAGENA » MARTINEZ REBOLLO.

Juan RODRIGUEZ CAPARROS.

Pedro Garcia Garrigo.

Ginés HERNANDEZ PAGAN.

José HERNANDEZ PEREZ.

Juan « Alcantara » ESCORIZA MARTINEZ.

Gregorio USON ARA.

Antonio GONZALEZ GONZALEZ.

Manuel « Arturo RUSINOL MAURI » RODRIGUEZ URENA.

Autres militants de la CNT-AIT du Barrage de l’Aigle.

Inocente ABAD GARCIA.

José, Blas ASENS GIOL.

D. BARBOA.

Francisco BERGA ORTAL.

José BERRUEZO SILVENTE « CLARIN ».

Ramon CAMI.

Florencio EDO.

Dositeo FERNANDEZ.

José GARCIA.

Sebastian GOMEZ SILVENTE.

LAHOZ.

Manuel MAREY.

José MARQUES CABALLERO.

Bernardo « NARDO » MERINO PERIS.

Manuel « Manolo » MOREY BLANCH.

José OLIVER CALLE.

Miguel RICO.

Tomas SAMITIER URUEN.

Victoriano GOMEZ MARCO.

Version papier disponible contre 3 euros (port compris) à CNT AIT, 7 rue St Rémésy 31000 TOULOUSE

ANARCHISTES, PAS REPUBLICAINS … DES ANARCHISTES ESPAGNOLS EN RESISTANCE (intro)

Introduction de la brochure « ANARCHISTES, PAS REPUBLICAINS … DES ANARCHISTES ESPAGNOLS EN RESISTANCE (tome 1) « 


De tout temps, pour faire face aux crises internes comme externes qui le menace, l’Etat a eu recourt aux exhortations à l’Union Nationale, pour que la Nation fasse corps autour de ses dirigeants. Pour ce faire, l’Etat a besoin de mobiliser des symboles puissants, capable d’incarner son discours idéologique. On assiste donc régulièrement à une instrumentalisation des faits historiques, selon les besoins circonstanciels de ceux qui sont au Pouvoir … ou qui y aspirent

La République française n’échappe pas à ce mouvement, et la Résistance au Nazisme est une pièce de choix dans son dispositif idéologique. L’Histoire de la Résistance a connu plusieurs versions, selon les nécessités du moment du Pouvoir : dans l’après-guerre, les Gaullistes ont écrit la fable d’une résistance massive et générale des français qui se libérèrent eux-mêmes de l’envahisseur honnis. De leur côté les Communistes se sont érigés comme le Parti des Fusillés, résistants de la première heure et plus patriotes que les patriotes.

Pourtant, il faut bien le reconnaître : jusqu’’à ce que la victoire Alliée ne fasse plus de doute en 1944, la Résistance est surtout le fait de « marginaux », souvent étrangers. Comme l’a dit si bien l’humoriste et véritable résistant Pierre Dac « pendant plus de 4 ans, les français ont surtout résisté … à l’envie de résister » Le rôle des réfugiés espagnols dans la Résistance, et encore plus des anarchistes espagnols, fut donc ignoré car ne cadrant pas dans le dispositif idéologique que servait le récit gaullisto-communiste de la France Résistante.

Si aujourd’hui l’Union Nationale est toujours à l’ordre du jour du programme de tous les hommes ou femmes de pouvoir, le consensus social se construit autour de nouvelles figures identitaires. Le discours idéologique dominant actuel proclame que la République, bonne fille, est capable d’accueillir tous ses enfants, dans le respect de leurs différences, dès lors qu’ils se rangent derrière son drapeau pour la défendre. Ainsi, la mémoire des Espagnols de la Résistance est-elle désormais convoquées dans les manuels d’histoire, les noms de rues et lors des commémorations officiels … mais à la condition qu’on les baptise « républicains espagnols » et qu’on « omette » que nombre d’entre eux étaient des anarchistes qui n’avaient qu’un amour très modéré pour la République. Opération de réécriture de l’Histoire d’autant plus facile que les protagonistes sont désormais tous morts. Pas de risque qu’ils viennent contredire le discours officiel d’un Macron évoquant « les camps espagnols » lors de la commémoration du 6 juin 44, en lui rappelant que ces camps de concentration étaient français et bien républicains, car bâtis par la République Française, pour y parquer en février 39 dans des conditions pire que des bêtes ceux qui avaient fui les fascistes franquistes après leur avoir tenus têtes – seuls – pendant 3 ans…

Dans le même mouvement idéologique de réécriture de l’histoire, un Ministre de l’intérieur, le sinistre Castaner l’éborgneur, peut dire sans honte que la Police française fut globalement Résistante. Heureusement, des témoignages écrits, tels celui d’Arthur Koestler – qui gouta les délices de cet internement Républicain au camp du Vernet – permettent de remettre les pendules de l’Histoire à l’heure : « [en 1939] Les flics lisaient les journaux du matin, et ce matin justement, les journaux publiaient un communiqué officiel expliquant que la foule des étrangers qui venaient d’être arrêtés ces jours derniers par « notre vigilante police » représentait les éléments les plus dangereux du Paris interlope, la véritable lie de la terre. »[1] La mémoire aussi est acte de Résistance. Nous n’oublions pas ce que fit la police française.

La mémoire, en même temps qu’elle s’estompe avec les générations, est devenue un enjeu politique. Les enfants et les petits-enfants de « républicains espagnols » deviennent des enjeux électoraux, qu’il s’agit de flatter dans le sens de la mémoire, en espérant capter quelques voix, surtout quand les élections se jouent désormais dans des mouchoirs de poche … Les « gestes symboliques de reconnaissance» envers les descendants se multiplient, en même temps que le potentiel subversif de cette mémoire est désamorcé. Ainsi Hidalgo peut-elle inaugurer à Paris, sous le regard ému des associations de fils et fille de réfugiés espagnol « et en même temps » de la ministre de la Justice du Royaume d’Espagne, un square « Federica Montseny » mais en faisant suivre son nom du qualificatif réducteur et pacifié d’« écrivain libertaire »…

Cette brochure a donc une ambition idéologique et non commémorative. Notre objectif n’est pas de verser une larme nostalgique sur de glorieux ancêtres, mais de partager des faits et arguments pour réfuter le bourrage de crâne et l’enrôlement des anarchistes d’aujourd’hui sous le drapeau républicain.

Nous avons voulu rassembler ici des textes d’analyses, des témoignages, des biographies pour essayer de saisir les trajectoires (dans leur succès comme dans leurs échecs, mais sans jamais renoncer) et les motivations de ces anarchistes espagnols qui, bien que vaincus et exilés dans un pays dont les institutions républicaines les traitaient en parias[2], avaient continuité la lutte pour ce qui fait la Dignité Humaine : la Liberté, la Solidarité, l’Egalité.

Ce qui frappe en lisant le récit de leurs vies, c’est d’une part le fait qu’il s’agit essentiellement de gens simples, des « petites gens », ébénistes, mineurs, ouvriers, paysans, éboueurs même, sans aucune prétention d’héroïsme ni recherche de gloire aucune  ; et d’autre part l’existence d’un principe commun qui les guida en toute circonstances, la conscience de la Dignité et l’esprit de Résistance, c’est-à-dire le refus des capitulations et du conformisme ambiant.

Cette brochure comporte un texte inédit à notre connaissance, le rapport de la Police de Vichy sur les anarchistes espagnols, et la réponse du Directeur du camp de concentration du Vernet au sujet de ses pensionnaires les plus surveillés. Au-delà du caractère historique du document, cela permet de voir en creux l’intelligence tactique et opérationnelle de ces militants qui – malgré leur internement et la surveillance serrée dont ils faisaient l’objet, réussissaient à maintenir un réseau anarchosyndicaliste opérationnel.

Tel le coq qui chante dans la nuit (pour reprendre le titre d’une nouvelle de l’anarchiste Chinois Pa Jin, qui a la même époque résistait avec ses moyens contre le fascisme impérial japonais), ces exemples sont autant d’hymnes au courage et à la liberté et nous donnent malgré-tout des raisons d’espérer.

Pour paraphraser un résistant célèbre, quoiqu’il arrive, la flamme de la Résistance anarchiste ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas …


[1] Arthur Koestler, La Lie de la terre, Paris, Calmann-Lévy, 2013, 302 p., p. 76

[2] Même si heureusement des « français moyens », individus lambda, n’avaient pas oublié ce que le mot Fraternité voulait dire.

Version papier disponible contre 3 euros (port compris) à CNT AIT, 7 rue St Rémésy 31000 TOULOUSE

ANARCHISTES, PAS REPUBLICAINS … DES ANARCHISTES ESPAGNOLS EN RESISTANCE (tome 1)

Tome 1 : des camps républicains du mépris aux maquis de la Liberté…

Télécharger la brochure au format PDF Télécharger

Longtemps, la mythologie de la Libération, entretenue par le Pouvoir (tant
Gaulliste que communiste) voulut que les français se soient engagés
massivement dans la Résistance et que la France se soit quasiment libérée ellemême.
Or la Résistance fut avant tout le fait de « marginaux », dont de
nombreux étrangers réfugiés. Leur rôle dans la libération de la France passa aux
oubliettes de la mémoire.

Depuis quelques années, on redécouvre que près de 30 000 espagnols prirent
part, d’une façon ou d’une autre aux combats contre l’occupant nazi. Mais de
nouveau, l’Histoire est prise en otage de considérations politiques et partisanes : ces espagnols sont décrits comme « républicains », alors qu’en fait nombre
d’entre eux étaient anarchistes et révolutionnaires.

Cette brochure essaie de remettre les pendules à l’heure, en rappelant qui
furent ces femmes et ces hommes, anarchistes de conviction et d’action, et dont
la vie fut placée sous le signe de la Résistance dès 1936 avec la Révolution
espagnole et se prolongea bien après la Libération de la France avec la lutte
contre le Franquisme.


Table des matières

INTRODUCTION

Mythologie Française et Républicaine de la « libération »

Les français, libérés malgré eux
Les anarchistes espagnols : enterrés en 1944, déterrés en 2004
Sommes-nous libres ?


PARIS : Inauguration du jardin Federica montseny et exorcisme
républicain

A propos des « Camps espagnols », camps de concentration français et républicains

Les camps espagnols
1939 – 1945 : Les camps dont on parle et ceux dont on ne parle pas
CAMPS D’ARGELES-SUR-MER

A propos des maquis anarchistes en Ariège

Les Anarchistes espagnols dans la résistance au Nazisme

Un mouvement qui s’organise tant bien que mal
La présence des anarchistes
L’UNE, l’hégémonie dans le sang

Etat Français – Ministère de l’Intérieur Très secret : le « Mouvement Libertaire » Espagnol en France (1942)

BREVE CHRONOLOGIE DE L’EXIL ANARCHISTE ESPAGNOL EN France (1939 – 1961)

L’esprit de résistance guida leur vie, quelques portraits d’anarchosyndicalistes
espagnols

María Vázquez BLANCO
Elisa Garrido Gracia “La Mañica”, qui détruisit une usine d’obus
allemands
Alfonsa Bueno Vela, martyre de la déportation
José ESTER BORRAS, ardent défenseur de la cause des déportés
Vicente Moriones BELZUNEGUI, une vie de Résistance
José ALBALAT RIPOLLÉS, ébéniste et passeur
Josep Lladós TARRAGO, l’idéal chevillé au corps
Casto BALLESTA, pionnier de la résistance en Limousin
Juan MONTOLIU DEL CAMPO, éboueur et chef guérillero
José BERRUEZO SILVENTE « CLARIN »
MOREY BLANCH, Manuel « Manolo »
José SANTIAGO PAVON, dit « Antonio ORDOÑEZ MUÑEZ »
José GERMAN GONZALEZ
Antonio SANZ, l’instructeur du Vercors
Manuel JOYA MARTINEZ
Francisco ORTIZ PEREZ
Paulino MALSAND BLANCO
A la mémoire de Tecle HAGOS et des éthiopiens qui partagèrent le sort des anarchistes espagnols
Floréal BARBERA : un siècle de lutte anarchosyndicaliste et antifasciste
Mai 1944 : le sauvetage périlleux de 60 membres de l’Organisation Juive de
Combat

Emile Travé : de la Colonne Durruti à la CNT-AIT Française EN
PASSANT PAR LE BATAILLON LIBERTAD
Ángel et Maria “dynamite” MONBIOLA : l’Amour et l’Anarchie, POUR
LA VIE
Trois compagnons tombés sous des balles fascistes

Argelès sur mer, 1939, l’accueil de la répulique française aux soldats de la Liberté …

TOME 2 : QUAND DES MIGRANTS ET DES PARIAS TENAIENT LE MAQUIS DANS LE CANTAL

ANARCHISTES, PAS REPUBLICAINS … DES ANARCHISTES ESPAGNOLS EN RESISTANCE (tome 1)

Tome 1 : des camps républicains du mépris aux maquis de la Liberté…

Longtemps, la mythologie de la Libération, entretenue par le Pouvoir (tant
Gaulliste que communiste) voulut que les français se soient engagés
massivement dans la Résistance et que la France se soit quasiment libérée ellemême.
Or la Résistance fut avant tout le fait de « marginaux », dont de
nombreux étrangers réfugiés. Leur rôle dans la libération de la France passa aux
oubliettes de la mémoire.

Depuis quelques années, on redécouvre que près de 30 000 espagnols prirent
part, d’une façon ou d’une autre aux combats contre l’occupant nazi. Mais de
nouveau, l’Histoire est prise en otage de considérations politiques et partisanes : ces espagnols sont décrits comme « républicains », alors qu’en fait nombre
d’entre eux étaient anarchistes et révolutionnaires.

Cette brochure essaie de remettre les pendules à l’heure, en rappelant qui
furent ces femmes et ces hommes, anarchistes de conviction et d’action, et dont
la vie fut placée sous le signe de la Résistance dès 1936 avec la Révolution
espagnole et se prolongea bien après la Libération de la France avec la lutte
contre le Franquisme.


Table des matières

INTRODUCTION

Mythologie Française et Républicaine de la « libération »

Les français, libérés malgré eux
Les anarchistes espagnols : enterrés en 1944, déterrés en 2004
Sommes-nous libres ?


PARIS : Inauguration du jardin Federica montseny et exorcisme
républicain

A propos des « Camps espagnols », camps de concentration français et républicains

Les camps espagnols
1939 – 1945 : Les camps dont on parle et ceux dont on ne parle pas
CAMPS D’ARGELES-SUR-MER

A propos des maquis anarchistes en Ariège

Les Anarchistes espagnols dans la résistance au Nazisme

Un mouvement qui s’organise tant bien que mal
La présence des anarchistes
L’UNE, l’hégémonie dans le sang

Etat Français – Ministère de l’Intérieur Très secret : le « Mouvement Libertaire » Espagnol en France (1942)

BREVE CHRONOLOGIE DE L’EXIL ANARCHISTE ESPAGNOL EN France (1939 – 1961)

L’esprit de résistance guida leur vie, quelques portraits d’anarchosyndicalistes
espagnols

María Vázquez BLANCO
Elisa Garrido Gracia “La Mañica”, qui détruisit une usine d’obus
allemands
Alfonsa Bueno Vela, martyre de la déportation
José ESTER BORRAS, ardent défenseur de la cause des déportés
Vicente Moriones BELZUNEGUI, une vie de Résistance
José ALBALAT RIPOLLÉS, ébéniste et passeur
Josep Lladós TARRAGO, l’idéal chevillé au corps
Casto BALLESTA, pionnier de la résistance en Limousin
Juan MONTOLIU DEL CAMPO, éboueur et chef guérillero
José BERRUEZO SILVENTE « CLARIN »
MOREY BLANCH, Manuel « Manolo »
José SANTIAGO PAVON, dit « Antonio ORDOÑEZ MUÑEZ »
José GERMAN GONZALEZ
Antonio SANZ, l’instructeur du Vercors
Manuel JOYA MARTINEZ
Francisco ORTIZ PEREZ
Paulino MALSAND BLANCO
A la mémoire de Tecle HAGOS et des éthiopiens qui partagèrent le sort des anarchistes espagnols
Floréal BARBERA : un siècle de lutte anarchosyndicaliste et antifasciste
Mai 1944 : le sauvetage périlleux de 60 membres de l’Organisation Juive de
Combat

Emile Travé : de la Colonne Durruti à la CNT-AIT Française EN
PASSANT PAR LE BATAILLON LIBERTAD
Ángel et Maria “dynamite” MONBIOLA : l’Amour et l’Anarchie, POUR
LA VIE
Trois compagnons tombés sous des balles fascistes

Argelès sur mer, 1939, l’accueil de la répulique française aux soldats de la Liberté …

TOME 2 : QUAND DES MIGRANTS ET DES PARIAS TENAIENT LE MAQUIS DANS LE CANTAL

France – CNT-AIT : chúng tôi là ai ?

CNT-AIT [Liên đoàn lao động quốc gia- Đệ nhất quốc tế] là một tổ chức cách mạng (anarchist) được thành lập năm 1946.


Chúng tôi tiếp tục con đường của cộng sản vô chính phủ và phong trào công nhân chống chuyên quyền có từ Đệ nhất quốc tế. Có nghĩa là theo một chính sách dựa vào hành động trực tiếp của các giai cấp và tập đoàn xã hội bị thống trị, với mục tiêu là cách mạng, chống tư bản, và tự quản trị.Yêu sách của chúng tôi là kinh nghiệm của các nhà cách mạng trong bối cảnh chính trị của thời đại đã cùng chia sẻ những lo lắng.

-  Bakounine và những người theo ông ta trong Đệ nhất quốc tế ;-  Những đoàn viên của công đoàn cách mạng thuộc Liên đoàn CGT (Tổng liên đoàn lao động) pháp trước 1914 ;
-  Đoàn quân của Makhno (1917-1921) ;
-  Những người vô chính phủ và các phong trào cách mạng ở châu Á năm 1900-1930;
-  Những kinh nghiệm của cách mạng tại Mexico (Zapata)
-  Phong trào công đoàn tây ban nha vô chính phủ, kinh nghiệm cách mạng xã hội năm 1936;
-  Tháng 5 năm 1968

Tuy dưới nhiều góc độ khác nhau đã có những điều sai lầm không thể tránh, và tuy bị giới hạn, những kinh nghiệm đó đã trở thành những chặng đường quan trọng trong quá trình hình thành phong trào cộng sản vô chính phủ đương đại. . Hiện tại, CNT-AIT khai triển một chính sách : – xây dựng mặt trận những phong trào xã hội, để « phe tả ngoài đường » có thể hiện diện trên bình diện chính trị ; – xây dựng một luồng cộng sản vô chính phủ vừa nuôi dưỡng hoạt động của những phong trào xã hội vừa được chính những phong trào đó nuôi dưỡng.

Những người chiến sỹ của CNT-AIT thường dấn thân trong các cuộc đấu tranh trong xí nghiệp, trong công đoàn như CNT-AIT, trong các cuộc đấu tranh chống nạn thất nghiệp, dành quyền về nhà ở, về sinh thái, và trong các cuộc đấu tranh chống phụ quyền. CNT-AIT cố gắng chắp nối những cuộc đấu tranh này trong xã hội hiện tại với viễn cảnh ly khai với tư bản và Nhà nước.

Chúng tôi muốn bãi bỏ nhà nước và sự kiểm soát sản xuất bằng thị trường. Chúng tôi muốn công nhân và giới tiêu thụ dịch vụ nắm quyền kiểm soát một cách dân chủ tất cả các cơ sở làm việc của họ và trông thấy những người dân bình thường quản lý thế giới mà không cần đến tiền tệ và cơ quan quyền lực.

contact (at ) cnt-ait.info

إن الحق في الرفاهية

«إن الحق في الرفاهية يعني إمكانية العيش كبشر وتربية الأطفال بصفتهم أعضاء متساوين في مجتمع أفضل من مجتمعنا، في حين أن « الحق في العمل » يعني الحق في البقاء عبداً مأجوراً منذوراً للشقاء يحكمه بورجوازي الغد ويستغله. الحق في الرفاهية هو الثورة الاجتماعية بينما الحق في العمل ليس أكثر من طاحونة من النشاط الصناعي.لقد حان الوقت ليعلن العامل حقه في الميراث المشترك وحقه في الاستيلاء عليه».

الاستيلاء على الخبز
بيوتر كروبوتكين

 » Le droit au bien-être signifie la possibilité de vivre en tant qu’êtres humains et d’éduquer les enfants pour en faire les membres égaux d’une société meilleure que la nôtre, tandis que le ′′ droit au travail ′′ signifie le droit de rester toujours un esclave salarié qui est gouverné par un bourgeois aujourd’hui comme demain et exploité par un bourgeois.

Le droit au bien-être c’est la révolution sociale ; le droit au travail est tout au plus un bagne industriel.

Il est grand temps que le travailleur proclame son droit à l’héritage commun et qu’il en prenne possession. »

La conquête du Pain, Pierre Kropotkine

EN UKRAINE COMME EN FRANCE ! UN SALAIRE DIGNE POUR LES PERSONNELS DE SANTE !

En Ukraine aussi, la politique de privatisation de la santé fait des ravages. Les personnels de santé viennent de lancer un mouvement de lutte contre la politique budgétaire et pour des salaires dignes. Nous assurons les travailleurs de la santé en lutte où qu’ils soient dans le monde de notre entière solidarité internationaliste !

Des travailleurs de la santé de la CNT-AIT


« En 2020, un véritable front de la lutte contre la pandémie s’est ouvert pour tous les médecins et personnels de santé ukrainiens, et, sans surprise, le principal ennemi des descendants d’Hippocrate n’était pas le virus, mais notre propre gouvernement ukrainien. Les fonctionnaires et les oligarques de la médecine, poursuivant le travail de leurs prédécesseurs, détruisent la médecine publique au profit de la médecine privée. Ils le font si cyniquement qu’il n’y aura bientôt plus d’infirmières ou de médecins qualifiés, ni de respect pour leur travail en Ukraine.

Les salaires des médecins restent  disproportionnés par rapport aux risques. C’est difficile à imaginer, mais le salaire moyen des médecins n’atteint pas le salaire moyen en Ukraine ! Selon le ministère de la Santé, le salaire moyen d’un médecin est d’environ 9 000 hryvnia (environ 260 euros), 7 000 hryvnia (environ 203 euros) pour les infirmières confirmées et 5 000 hryvnia (144 euros) pour les infirmières débutantes.

C’est pourquoi, aujourd’hui, nous, anarchistes, ne pouvons pas rester à l’écart et nous soutenons la lutte de ceux qui nous défendent tous et qui ont besoin de notre solidarité! Des militants du « Drapeau Noir » et de « l’Action Populaire » se sont joints aux infirmières pour manifester contre l’oppression sociale perpétrée par le gouvernement néolibéral contre la santé publique.

Lors de l’action, les infirmières ont exprimé leurs revendications :

1. Financement de la médecine à hauteur d’au moins 7% du PIB.

2. Augmentation des salaires du 01.01.2021 pour les travailleurs médicaux au niveau de 23 mille hryvnia pour les médecins, 17 mille pour les infirmières et 12 milles pour le personnel médical junior.

3. Garantie de recevoir des prestations d’assurance contre les maladies professionnelles pour les personnels de santé atteints de COVID-19 (présomption de lien entre la maladie et l’activité professionnelle).

4. Publication des dépenses, des revenus et des budgets des établissements médicaux (comptabilité ouverte), droit collectif de choisir la gestion des établissements médicaux.

5. Lancement d’un programme d’État pour fournir des logements au personnel médical.

6. Arrêter la destruction des institutions des services de maladies contagieuses (tuberculose), de psychiatrie et d’épidémiologie.

7. Transfert des infirmières travaillant dans les établissements scolaires et préscolaires au personnel des établissements de soins de santé du Ministère de la santé.

La solidarité avant tout ! »

========================

La CNT-AIT est une organisation anarchosyndicaliste. Elle regroupe des travailleuses et des travailleurs, qui face à l’inaction de toutes les structures syndicale, ont décidé de s’auto-organiser. Nous ne pouvons que compter sur nous-mêmes. Organisons nous en collectif, appelons à des AG de luttes de tous les personnels, pour discuter et réfléchir collectivement sur la situation actuelle et ce que nous pouvons faire ensemble, de façon autonome de tout parti ou syndicat traditionnel. Pour tout contact : contact@cnt-ait.info

Liste de diffusion mail : http://liste.cnt-ait.info  

Facebook @chats.noirs.turbulents

twitter @CNTAIT

http://cnt-ait.info

медсестрам – гіднy зарплатy : un salaire digne pour les infirmières ! Lviv, 16 décembre 2020