Surpasser le chaos du capital / Trump le chaos du Capital (1)

Brève déclaration de l’Alliance de solidarité des travailleurs (WSA), amis de l’AIT aux USA

Le mercredi 6 janvier 2021, une attaque a été organisée par une foule d’extrême droite contre le Capitole des États-Unis alors que le Congrès se réunissait pour certifier les résultats de l’élection présidentielle.

Ils ont été encouragés par le président sortant, autoritaire et dérangé, des États-Unis, Donald Trump, et se sont fortement concentrés sur son son ego corrompu et gonflé d’escroc.

Même si l’événement était anticipé et presque annoncé publiquement, la police a d’abord semblé traiter la foule avec des « gants blancs », surtout si on compare à la façon dont cete même police a traité les manifestations de Black Lives atter et d’autres cette année, ce que même les médias grand public ont relevé.

La prise de contrôle du bâtiment du Capitole est en cours depuis longtemps. L’ère Nixon (début années 70) a initié l’ascension phénoménale des évangéliques chrétiens autoritaires blancs d’extrême droite. La montée en puissance de la droite sous Reagan (années 80) a envoyé le premier «clin d’œil » d’encouragement des éléments de l’establishment politique aux éléments d’extrême droite, les groupes dits «patriotes».

Beaucoup d’entre eux prétendent qu’ils ont le droit de porter des armes en groupes, utilisant ce pretexte comme une couverture pour atteindre, armer et former militairement des jeunes hommes et femmes.

Parallèlement au basculement vers la droite dure dominante, il y a eu une lente croissante d’uncourant pro-nazi et nationaliste blanc Le «Tea Party» (mouvement politique ultra conservateur et identitaire  qui a émergé après la crise de 2008) au sein de l’établissement a contribué à inspirer l’autoritarisme et à ouvrir les vannes. Trump et ses alliés n’étaient que l’expression finale d’une descente de 40 ans dans le désir d’une personnalité ouvertement suprémaciste et raciste qui puisse aider à manifester ces « opinions », ou du moins par leur acceptation ouverte à les encourager, et ainsi créer un espace pour un autoritarisme américain.

Les lois utilisées contre la «droite» aujourd’hui sont les mêmes que celles utilisées hier contre la gauche et les mouvements ouvriers. Il faut combattre les idées d’autoritarisme quotidiennement, parce que les lois que vous applaudissez aujourd’hui peuvent être utilisées contre vous demain.

La bataille contre les idées autoritaires (religieuses, politiques, raciales) au sein de la classe ouvrière fait partie de la lutte de classe. La bataille contre l’État, contre les marchands de pouvoir religieux de droite et contre les petits patrons manipulant les gens de la classe ouvrière est une lutte de classe.

La lutte contre la haine et la bigoterie religieuse, manipulées par ceux qui sont au pouvoir ou qui veulent être au pouvoir, tout en traversant les lignes de classe, devra finalement être gagnée au sein de la classe ouvrière.

Contre ceux qui au sein de la classe sont alléchés par l’odeur de l’argent ou du pouvoir (ou les deux) et cherchent un endroit pour dominer, une organisation et une éducation patientes sur ces questions est un devoir . Afin de renverser le plus grand ennemi, nous devons le vaincre [idéologiquement] dans nos propres rangs pour commencer. Ces deux luttes seront toujours parallèles.

Trump n’est pas le problème. Le système est le problème.

Organisez-vous, éduquez-vous, renversez-le.

Alliance de solidarité des travailleurs (WSA)

https://workersolidarity.org/

(1) le titre en anglais « Trumps Chaos capital » est un jeu de mot à plusieurs sens, Trump signifiant aussi « surpasser, prendre le dessus sur quelque chose », et capital signifiant à la fois le Capital et le capitale d’un pays

Quico Sabaté: Anarkistang Gerilya

Quico Sabaté: Anarkistang Gerilya

A short biography of anarchist guerrilla Quico Sabaté in Tagalog and English by Peter Gelderloos.

Sinulat ni Peter Gelderloos sa Ingles sa Twitter at inisalin ni Simoun Magsalin. Original text in English available after the Tagalog text. Pinasalamatan ni Simoun Magsalin sina Malaginoo, Lahumbuwan, at Butingaton sa kanilang komento sa dating draft nito.


Noong ika-lima ng Enero 1960, binaril ng mga pasista ang Katalanong na gerilyang anarkista si Quico Sabaté at sa wakas, siya’y namatay pagkatapos ng tatlumpung taon ng pakikipag-laban sa kapitalismo. Noong binatilyo pa siya, sumali siya sa Confederación Nacional del Trabajo (CNT—ang anarkistang bukluran ng mga manggagawa) para i-organisa ang kanyang pinagtatrabahuan (nagtrabaho siya bilang mekaniko sa ilang mga pabrika), at kasama ang kanyang mga kapatid, bunuosiya ng isang grupo de afinidad (affinity group) sa loob ng Federación Anarquista Ibérica (FAI—Iberianong Anarkistang Pederasyon). Noong Enero ng 1933, nakilahok siya sa isang himagsikang iniayos ng CNT, at noong 1935 natupad ng kanyang grupo de afinidad ang kanilang unang pagkamkam (expropriation) upang makalikom ng pondo para sa mga bilanggo.

Nang magsimula ang giyera sibil sa Espanya, sinamahan niya ang isang milisya ng FAI papunta sa prontera (front) sa Aragón. Doon inakusahan siya ng pagpapatay sa isang komunistang komisaryo na pinipigilan ang pagdaloy ng mga armas tungo sa kulumnang anarkista, dahil walang armas ang mga anarkista, halos pinayagan ng komisaryong ito na sakupin ng mga pasista ang Teruel. Kinulongsi Quico sa akusasyon itongunit nakatakas at bumalik siya sa prontera upang ipagpatuloy ang pakikipaglaban sa mga pasista.

Tumakas siya papunta sa Pransya noong natalo ang mga anarkista sa giyera sibil noong 1939 at inilagay siya sa isang concentration camp ng mga Pranses kasama ang libo-libongiba pang mga nilisanang Espanya. Nakamit din niya ang kanyang kalayaan mula sa concentration camp sa pamamagitan ng pagtatrabaho sa pabrika nga mga paputok at bomba. Lumipat siya sa isang nayon sa kabundukan ng Pyrenees upang maghanda ng mga sikretong ruta sa hangganan ng Pransya at Espanya. Natapos niya ang kanyang unang paglalakbay sa Espanya (na pinamumunuan na ng pasistang diktador na si Francisco Franco) noong 1944. Sa gayon nagsimula ang kaniyang buhay bilang isang gerilya. (Mga maqui ang tawag ng mga gerilyang nagpatuloy ng laban sa ng mga pasistang hukbo ni Fransisco Franco.)

Isinasagawa ang mga anarkistang gerilya ang “armed agitation,” o pagkakamkam (expropriation), pagsasabotahe, at pagaatake upang suportahan ang mas malawak na pakikibakang antikapitalista imbes na subukan nilang maging protagonista o vanguard ng pakikibakang iyon. Nagnakaw sila ng pera para sa mga pondo ng welga at pamilya ng mga bilanggo. Sinalakay at pinagbantaan nila ang pinaka-abusero na amo sa harap ng kanilang manggagawa. Siniraan nila ang mga linya ng kuryente. Pinatay nila ang mga opisyal ng kapulisan at pinakawalan nila ang mga tao sa bilangguan (kabilang ang pagliligtasnila ng mga tao sa extermination camps ng mga pasista). Ibinahagi nila ang mga iligal na panitikan.Nagkatangka rin sila ng ilang beses na patayin ang pasistang diktador na si Francisco Franco. Isinagawa ang lahat ng ito bilang pambuo sa pag-oorganisa ng mga pinagtatrabahuan at kapitbahayan kaysa sa kapalit nito.

Namatay ang daan-daang anarkistang gerilya at ang kanilang mga tagasuporta sa pakikibaka ito (kasama na rito ang mga kapatid ni Quico) at marami-rami pang nakulong. Mayroong pakikibakang gerilyang maquis na komunista at anarkista sa Euskadi, Aragón, Galicia, Andalucía, at Madrid. Sa huli, binawi na rin ng CNT ang kanilang suporta sa kampanyang gerilya, ngunit ipinatuloy pa rin ng grupo ni Quico at ang kanyang mga kasama ang laban sa mga pasista.

Nang narinig niya na nakulong ang kanyang kasama sa katapusan ng 1959, inihanda niya ng kaniyang huling biyahe kasama ng grupo niya para susubukin nilang sagipin ang kanilang kasama.

Regular na ipinapasa ng kapulisan ng Pransya sa kanilang pasistang katuwang sa Espanya ang kanilang intelihensiya tungkol sa mga grupong anarkista. Ngunit naiwasan ng grupo ni Quico ang mga patrol sa magkabkailang panig ng hangganan ng Pransya at Espanya. Pero noong ika-apat ng Enero napalibutan ng higit sa isang daang Guardia Civil ang limang mga anarkista sa isang maliit na bahay-bukid sa mga kabundukan ng Mas Clarà.

Lubha’t matagal-tagalang inilusob na intensive fireng Guardia Civil ang grupo ni Quico at pinatay nila sina Antoni Miracle Guitart, Roger Madrigal Torres, Francisco Conesa Alcaraz at Martín Ruiz Montoya.

May tatlong sugat ng bala si Quico Sabaté, ngunit nakatakas siya sa ilalim ng takip ng kadiliman at nakasugat siya ang isang Guardia Civil at nakapatay rin siya ang isang tenyente.

Kahit sobrang nasugatan si Quico, bumiyahe pa rin siya ng ilan-ilang kilometro sa niyebeng bundok, tinawid niya ang ilog Ter, sumakay sa isan tren, tumalon at tumakas sa tren nang natagpuan siya, pero nakarating rin siya sa bayan ng Sant Celoni. Sa sandaling iyon, naimpeksyonna ang kanyang mga sugat at nahihilo na rin si Quico. Habang naghahanap siya ang isang doktor na taga-suporta ng pakikibaka, nahanap siya ng isang pasista at binaril hanggang siya’y napatay. Itinapon ang bangkay niya sa isang hukay na walang marka, at nang matagpuan ng mga kasama ay nagtayo rin sila ng memorial sa kanyang alaala.

Namatay ang pinaka-huling Katalanong maqui, si Ramon Vila Capdevila, tatlong taon pagkatapos ng kamatayan ni Quico. Ngunit ang alaala at pagsasagawa ng mga maqui ay nakabigay ng inspirasyon sa susunod na henerasyon ng mga antikapitalista na nagsimulang umaksiyon sa kalagitnaan ng dekada 60. (May parating na libro ukol sa pakikibaka nitong susunod na henerasyon mula sa AK Press: Salvador Puig Antich: Collected Writings on Repression and Resistance in Franco’s Spainna ini-edit ni Ricard de Vargas Golarons at isinalin ni Peter Gelderloos sa Ingles.)

Sinubukan ng iba’t-ibang sosyalista na limitahan ang pamana ng mga gerilyang ito sa pagiging antipasista lamang. Sinubukan din ng mga nasyonalistang Katalan na baguhin ang imahen ng mga gerilyang maquis bilang tagapagtanggol ng pulitikang maka-kasarinlan. Ngunit kailangan tandaan na ang pakikibaka ng mga gerilyang ito ay laban sa kapitalismo at estado, kahit anuman ang ng uri nito.

IRAN : la résurrection de la lumière viendra de la nuit (les murs ont la parole …)

Depuis le 12 janvier 2021, des coupures de courant prolongées, affectent de nombreuses régions d’Iran : Téhéran, Guilan, Karadj, Arak, Ispahan, Khouzistan, Semnan, Qom, Ardebil, affligeant la population d’énormes souffrances pendant les jours les plus froids de l’année.

Le gouvernement de la République Islamique d’Iran justifie avoir ordonné ces coupures en invoquant « la pénurie de combustible pour alimenter les centrales électriques ». Un comble pour un pays qui repose sur un océan de pétrole et de gaz !

Ce scandale met en évidence la politique prédatrice et corrompue du régime clérical des mollahs.

Bien entendu, les officiels ont blamé la population l’accusant de gaspillage ! le quotidien officiel Sharq a relayé le message du gouvernement « invitant la population est invitée à réduire la température des habitations et des lieux de travail d’au moins un ou deux degrés« , alors que c’est la saison la plus froide de l’année !!!

Le mécontentement ne cesse de grandir, et sur les réseaux sociaux de nombreuses personnes considèrent le manque d’électricité (#قطعی_برق) comme une opportunité de protester, appelant à des manifestation, protestations, l’écriture de slogans sur les murs … La résurection de la lumière viendra de la nuit (شبتیرهراباقیامروشنمیکنیم)

Les compagnons anarchistes en Iran aussi ne manquent pas l’occasion de lutter contre le système dictatorial de la République Islamique. Ils utilisent l’obscurité imposée ces jours-ci pour s’exprimer sur les murs …

PS : Une pensée aussi pour notre compagnon Soheil Arabi, en prison depuis 2013 pour sa liberté de pensée, et qui depuis subit une répression féroce car il dénoncer les conditions horribles de détention dans les prisons iraniennes.

عکس های شعار نویسی آنارشیست ها در ایران امروز یکشنبه ٢٨ دی ١٣٩٩

18 ژانویه

آنارشیست ها هیچ فرصتی را برای مبارزه علیه سیستم از دست نمیدهند. آنها از تاریکی های تحمیل شده این روزها استفاده میکنند تا به حکومت دیکتاتور نشان دهند که سنگر خیابان را هرگز از دست نخواهند داد، شعار نویسی و دیوارنویسی رفقای آنارشیست در ایران، امشب یکشنبه ۲۸ دیماه۱۳۹۹

https://asranarshism.com/1399/10/29/anarchism-220/

#آنارشیست

#شبتیرهراباقیامروشنمیکنیم

(la résurection de la lumière viendra de la nuit)

#قطعی_برق

STEF MONTBARTIER EN GREVE : CONSOMMATEURS SOLIDAIRES !

Les travailleurs de l’entrepôt STEF de Montauban (Montbartier) dont en grève depuis le 17 décembre 2020 pour les conditions salariales. La Direction leur « offre » 15 euros d’augmentation par mois ! Ils ont organisé un filtrage de la plateforme logistique, que la justice de classe leur a ordonner de lever. Depuis ils continuent la lutte, organisant des actions pour sensibiliser la population à leur situation. STEF est le principal opérateur logistique d’Intermarché, et le premier transporteur frigo alimentaire d’Europe. Consommateurs, quand nous achetons des produits en magasin, ilest toujours passé entre les mains d’un travailleur de STEF. Un grope de consommateurs solidaires a rédigé un texte de soutien, pour diffuser aux portes des magasins, marchés, etc …

Depuis un an, nous vivons une période exceptionnelle du fait de la crise COVID 19. Dans cette gestion sanitaire chaotique, nous avons tout de même pu continuer de survivre, grâce à l’implication et au dévouement des travailleurs des secteurs essentiels, qui ont tout fait pour que les chaines d’approvisionnement puisse continuer de fonctionner. Ceci est tout particulièrement vrai dans le secteur alimentaire où la logistique (transport frigo, préparation des commandes, entrepôts frigorifiques) a permis que nous tous, consommateurs, nous puissions être approvisionnés sans pénurie.

L’entreprise STEF est le leader européen du transport et de la logistique sous température contrôlée. Une part significative des produits alimentaires consommés en France transitent sous forme brute ou transformée par le réseau Stef. Avec plus de 10 000 clients et plus de 100 000 livraisons par jour en phase normale d’activité, cette société européenne est bien évidemment au cœur de la chaîne alimentaire depuis le début de la pandémie de Covid. Le patron de STEF lui-même, Marc Vettard, a reconnu, dans une interview au journal professionnel de référence LSA, l’implication de tous les salariés alors qu’au début toutes les conditions de sécurités n’étaient pas réunies : «Je voudrais d’abord souligner la forte mobilisation de tous nos collaborateurs dans un contexte sanitaire très particulier et très précaire. Ils ont été remarquables et ont assuré leurs missions avec un vrai sens des responsabilités et de la solidarité. Personne n’a renoncé malgré le défaut d’équipements, de masques ou de gel hydroalcoolique auquel nous avons dû faire face. »

La STEF dispose d’un site logistique à Montbartier. Les salariés de la STEF, qui travaillent dans le froid parfois à -20°C, avec parfois des horaires décalées tard le soir ou tôt le matin, pensaient que leur dévouement serait reconnu par le patron, par une revalorisation de leurs salaires qui ne sont pas ceux des flambeurs de la bourse. Mais face à la surdité de la direction, ils ont décidé de se mettre en grève le 17 décembre dernier pour obtenir le respect de leur dignité ! Depuis, ils organisent des piquets et des actions pour se faire entendre, et en premier de nous, les consommateurs.

Derrière chaque produit alimentaire que nous achetons, il y a un travailleur de la STEF. Nous leur devons une fière chandelle. Leur combat, c’est aussi le nôtre, car si les travailleurs essentiels ne réussissent pas à se faire respecter et reconnaitre leur dignité, alors tous les autres, les travailleurs qui sont jugés non essentiels, seront traités encore moins bien qu’ils ne le sont actuellement.

On nous a promis que le monde d’après renouerait avec les jours heureux. Mais on voit qu’en fait c’est toujours la même logique d’une économie au service du profit, une économie où les humains – travailleurs comme consommateurs – ne sont que des variables d’ajustement. Il est temps d’en finir avec ce système injuste  et que l’économie redevienne utile à toutes et tous !

Pour cela, nous ne pouvons que compter sur notre solidarité entre travailleurs, et entre travailleurs et consommateurs, et nous méfier de tous les politiciens qui nous trahirons tous, demain comme hier, qu’ils aient été au pouvoir, ou pas encore.

Pendant le premier confinement, certains exprimaient leur solidarité avec les travailleurs essentiels en applaudissant aux balcons. C’est sympathique, mais ça ne suffit pas. C’est pourquoi nous vous invitions, en tant que consommateurs solidaires, en tant que travailleurs concernés, à exprimer concrètement votre solidarité avec les grévistes de STEF en lutte, en soutenant leurs actions et en contribuant à la caisse de solidarité avec les grévistes.

Des consommateurs solidaires des grévistes de STEF

Cagnotte en ligne : https://www.leetchi.com/c/stef-montbartier-logistique

Ukraine: Pflegepersonal fordert bessere Arbeitsbedingungen

Die Gesundheitsarbeiter*innen der französischen CNT-IAA haben einen Bericht von Anarchist*innen aus der Ukraine zum Arbeitskampf im Gesundheitswesen veröffentlicht:

In der Ukraine, wie in Frankreich:
Ein würdiges Einkommen für das Gesundheitspersonal!

Auch in der Ukraine hat die Politik der Privatisierung des Gesundheitswesens große Schäden angerichtet. Das Gesundheitspersonal hat kürzlich eine Bewegung gestartet, um gegen die Finanzierungspolitik und für menschenwürdige Löhne zu kämpfen. Den kämpfenden Gesundheitsarbeiter*innen, wo immer sie sich auf der Welt befinden, möchten wir unsere volle internationalistische Solidarität versichern!

„Im Jahr 2020 mussten alle ukrainischen Ärzt*innen und das Gesundheitspersonal an einer neuen Front kämpfen, um die Pandemie einzudämmen. Und es überrascht nicht, dass der größte Feind der Nachkommen des Hippokrates nicht das Virus war, sondern unsere eigene ukrainische Regierung. Die Beamt*innen und Oligarch*innen im Gesundheitswesen, welche die Arbeit ihrer Vorgänger*innen fortsetzen, zerstören weiterhin die öffentliche Versorgung zugunsten der privaten Medizin. Sie tun dies mit solchem Zynismus, dass es bald keine qualifizierten Krankenpfleger*innen und Ärzt*innen in der Ukraine mehr geben wird und dass ihre Arbeit keine Wertschätzung mehr erfährt.

Die Gehälter der Ärzt*innen stehen nach wie vor in keinem Verhältnis zu den Risiken. Und es ist kaum zu glauben, aber das durchschnittliche Einkommen von Ärzt*innen in der Ukraine liegt unterhalb des Durchschnittslohns! Nach Angaben des Gesundheitsministeriums, beträgt das Monatsgehalt einer Ärzt*in im Schnitt etwa 9.000 Griwna (260 Euro) und 7.000 Griwna (203 Euro) für erwerbstätige Krankenschwestern, sowie 5.000 Griwna (144 Euro) für Berufsanfänger*innen.

Deshalb dürfen wir Anarchist*innen heute nicht abseits stehen und wir unterstützen den Kampf derer, die uns alle verteidigen und unsere Solidarität benötigen! Die Aktivist*innen von ‚Black Flag‘ [Чорний Стяг] und ‘Aktion des Volkes‘ [Народна Дія] haben sich den Krankenpfleger*innen angeschlossen, um gegen die gesellschaftliche Unterdrückung des öffentlichen Gesundheitswesens durch die neoliberale Regierung zu demonstrieren.

Foto: Demonstration in Lviv am 16.12.2020


Bei ihrer Aktion [am 16.12.2020 in Lviv] haben die Krankenpfleger*innen folgende Forderungen gestellt:

1. Finanzierung des Gesundheitswesens mit mindestens 7% des Bruttoinlandsproduktes

2. Erhöhung der Gehälter ab 01.01.2021 für medizinisches Personal auf das Niveau von 23.000 Griwna [644 Euro] für Ärzt*innen, 17.000 Griwna [491 Griwna] für Krankenpfleger*innen und 12.000 Griwna [346 euro] für medizinisches Personal im Anerkennungsjahr

3. Garantierte Ansprüche auf Versicherungsleistungen bei Berufskrankheiten für das an COVID-19 erkrankte Gesundheitspersonal (bei Verdacht auf einen Zusammenhang zwischen Krankheit und Berufstätigkeit)

4. Offenlegung der Ausgaben, Einnahmen und Budgets von medizinischen Einrichtungen (transparente Buchhaltung), sowie ein Recht, die Leitung medizinischer Einrichtungen kollektiv zu wählen

5. Einführung eines staatlichen Programms zur Bereitstellung von Wohnraum für medizinisches Personal“

Quelle: http://cnt-ait.info/2021/01/07/lviv-sante/
Übersetzung: Anarcho-Syndikalistisches Netzwerk – ASN Köln (CC:BY-NC)

https://anarchosyndikalismus.blackblogs.org/2021/01/08/ukraine-pflegepersonal-fordert-bessere-arbeitsbedingungen/

Kontakt zu Black Flag Ukraine:
https://www.facebook.com/blackflagua/,
https://t.me/s/blackflag_ukraine,
https://www.instagram.com/black_flag_ua/,
https://twitter.com/black_flag_ua

QUAND DES MIGRANTS ET DES PARIAS TENAIENT LE MAQUIS DANS LE CANTAL

Anarchistes, pas républicains … des anarchistes espagnols en Résistance, tome 2

Table des matières

Introduction

Le Barrage de l’Aigle, creuset de la réorganisation de la CNT-AIT espagnolE

Les espagnols du Chantier de l’Aigle ne partiront pas à l’organisation TODT

La réorganisation de la Confédération commence dans un village du Cantal

COMMISSION LOCALE DU BARRAGE DE L ‘AIGLE – CIRCULAIRE N ° 2

La police française et la Gestapo bernés par des ouvriers et des parias.

Les relations avec les communistes.

Les relations avec la Résistance Française.

La Résistance, une culture avant d’être un engagement.

Après le débarquement, le temps de l’action.

Le journal Exilio, un lien pour la reconstruction de la CNT-AIT.

QUELQUES PORTRAITS D’ANARCHISTES ESPAGNOLS DU BARRAGE DE L’AIGLE

Juan MONTOLIU DEL CAMPO.

Miguel (ou Manuel) BARBOSA GIRO.

José ASENS VALERA.

Alberto GERMAN GONZALEZ.

José SANTIAGO PAVON, dit « Antonio ORDOÑEZ MUÑEZ ».

Ramon SERRAROLS CAROL.

Paquita et Felipe MARTINEZ CAYUELA.

Luisa et Mateo GARCIA GASCON.

Miguel CAZADOR CASTELLA.

Francisco MONTERO VAQUERO.

Encarnacion et Florentino BARONA CASTRO.

Manuel JODAR SORIANO.

Cristobal DIAZ DIAZ.

Santiago « El CHISPA » BURGUETE TRIAN.

Muzio TOSI, un italien dans la compagnie Espagnole.

José PUJOL CASASUS.

Ricardo et Antonio ROMAN CUERVA

Francisco VALENTIN BLASIO.

Agustin GALERA GONZALEZ.

Jaime VIZCARRO FIBLA.

Baltasar ROMEA ALADEN.

José de LUNA ALBERT et Manuela OLEAGA.

Salvador FERNANDEZ FERNANDEZ et Juanita Oleaga.

José et Paquita GERMAN GONZALEZ.

Antonio LOPEZ ESPEJO et Alfonso LOPEZ ASTURIANO.

Pedro QUILES.

Antonio HEREDIA VICO et Maria FANNE.

José « El CARTAGENA » MARTINEZ REBOLLO.

Juan RODRIGUEZ CAPARROS.

Pedro Garcia Garrigo.

Ginés HERNANDEZ PAGAN.

José HERNANDEZ PEREZ.

Juan « Alcantara » ESCORIZA MARTINEZ.

Gregorio USON ARA.

Antonio GONZALEZ GONZALEZ.

Manuel « Arturo RUSINOL MAURI » RODRIGUEZ URENA.

Autres militants de la CNT-AIT du Barrage de l’Aigle.

Inocente ABAD GARCIA.

José, Blas ASENS GIOL.

D. BARBOA.

Francisco BERGA ORTAL.

José BERRUEZO SILVENTE « CLARIN ».

Ramon CAMI.

Florencio EDO.

Dositeo FERNANDEZ.

José GARCIA.

Sebastian GOMEZ SILVENTE.

LAHOZ.

Manuel MAREY.

José MARQUES CABALLERO.

Bernardo « NARDO » MERINO PERIS.

Manuel « Manolo » MOREY BLANCH.

José OLIVER CALLE.

Miguel RICO.

Tomas SAMITIER URUEN.

Victoriano GOMEZ MARCO.

Version papier disponible contre 3 euros (port compris) à CNT AIT, 7 rue St Rémésy 31000 TOULOUSE

ANARCHISTES, PAS REPUBLICAINS … DES ANARCHISTES ESPAGNOLS EN RESISTANCE (intro)

Introduction de la brochure « ANARCHISTES, PAS REPUBLICAINS … DES ANARCHISTES ESPAGNOLS EN RESISTANCE (tome 1) « 


De tout temps, pour faire face aux crises internes comme externes qui le menace, l’Etat a eu recourt aux exhortations à l’Union Nationale, pour que la Nation fasse corps autour de ses dirigeants. Pour ce faire, l’Etat a besoin de mobiliser des symboles puissants, capable d’incarner son discours idéologique. On assiste donc régulièrement à une instrumentalisation des faits historiques, selon les besoins circonstanciels de ceux qui sont au Pouvoir … ou qui y aspirent

La République française n’échappe pas à ce mouvement, et la Résistance au Nazisme est une pièce de choix dans son dispositif idéologique. L’Histoire de la Résistance a connu plusieurs versions, selon les nécessités du moment du Pouvoir : dans l’après-guerre, les Gaullistes ont écrit la fable d’une résistance massive et générale des français qui se libérèrent eux-mêmes de l’envahisseur honnis. De leur côté les Communistes se sont érigés comme le Parti des Fusillés, résistants de la première heure et plus patriotes que les patriotes.

Pourtant, il faut bien le reconnaître : jusqu’’à ce que la victoire Alliée ne fasse plus de doute en 1944, la Résistance est surtout le fait de « marginaux », souvent étrangers. Comme l’a dit si bien l’humoriste et véritable résistant Pierre Dac « pendant plus de 4 ans, les français ont surtout résisté … à l’envie de résister » Le rôle des réfugiés espagnols dans la Résistance, et encore plus des anarchistes espagnols, fut donc ignoré car ne cadrant pas dans le dispositif idéologique que servait le récit gaullisto-communiste de la France Résistante.

Si aujourd’hui l’Union Nationale est toujours à l’ordre du jour du programme de tous les hommes ou femmes de pouvoir, le consensus social se construit autour de nouvelles figures identitaires. Le discours idéologique dominant actuel proclame que la République, bonne fille, est capable d’accueillir tous ses enfants, dans le respect de leurs différences, dès lors qu’ils se rangent derrière son drapeau pour la défendre. Ainsi, la mémoire des Espagnols de la Résistance est-elle désormais convoquées dans les manuels d’histoire, les noms de rues et lors des commémorations officiels … mais à la condition qu’on les baptise « républicains espagnols » et qu’on « omette » que nombre d’entre eux étaient des anarchistes qui n’avaient qu’un amour très modéré pour la République. Opération de réécriture de l’Histoire d’autant plus facile que les protagonistes sont désormais tous morts. Pas de risque qu’ils viennent contredire le discours officiel d’un Macron évoquant « les camps espagnols » lors de la commémoration du 6 juin 44, en lui rappelant que ces camps de concentration étaient français et bien républicains, car bâtis par la République Française, pour y parquer en février 39 dans des conditions pire que des bêtes ceux qui avaient fui les fascistes franquistes après leur avoir tenus têtes – seuls – pendant 3 ans…

Dans le même mouvement idéologique de réécriture de l’histoire, un Ministre de l’intérieur, le sinistre Castaner l’éborgneur, peut dire sans honte que la Police française fut globalement Résistante. Heureusement, des témoignages écrits, tels celui d’Arthur Koestler – qui gouta les délices de cet internement Républicain au camp du Vernet – permettent de remettre les pendules de l’Histoire à l’heure : « [en 1939] Les flics lisaient les journaux du matin, et ce matin justement, les journaux publiaient un communiqué officiel expliquant que la foule des étrangers qui venaient d’être arrêtés ces jours derniers par « notre vigilante police » représentait les éléments les plus dangereux du Paris interlope, la véritable lie de la terre. »[1] La mémoire aussi est acte de Résistance. Nous n’oublions pas ce que fit la police française.

La mémoire, en même temps qu’elle s’estompe avec les générations, est devenue un enjeu politique. Les enfants et les petits-enfants de « républicains espagnols » deviennent des enjeux électoraux, qu’il s’agit de flatter dans le sens de la mémoire, en espérant capter quelques voix, surtout quand les élections se jouent désormais dans des mouchoirs de poche … Les « gestes symboliques de reconnaissance» envers les descendants se multiplient, en même temps que le potentiel subversif de cette mémoire est désamorcé. Ainsi Hidalgo peut-elle inaugurer à Paris, sous le regard ému des associations de fils et fille de réfugiés espagnol « et en même temps » de la ministre de la Justice du Royaume d’Espagne, un square « Federica Montseny » mais en faisant suivre son nom du qualificatif réducteur et pacifié d’« écrivain libertaire »…

Cette brochure a donc une ambition idéologique et non commémorative. Notre objectif n’est pas de verser une larme nostalgique sur de glorieux ancêtres, mais de partager des faits et arguments pour réfuter le bourrage de crâne et l’enrôlement des anarchistes d’aujourd’hui sous le drapeau républicain.

Nous avons voulu rassembler ici des textes d’analyses, des témoignages, des biographies pour essayer de saisir les trajectoires (dans leur succès comme dans leurs échecs, mais sans jamais renoncer) et les motivations de ces anarchistes espagnols qui, bien que vaincus et exilés dans un pays dont les institutions républicaines les traitaient en parias[2], avaient continuité la lutte pour ce qui fait la Dignité Humaine : la Liberté, la Solidarité, l’Egalité.

Ce qui frappe en lisant le récit de leurs vies, c’est d’une part le fait qu’il s’agit essentiellement de gens simples, des « petites gens », ébénistes, mineurs, ouvriers, paysans, éboueurs même, sans aucune prétention d’héroïsme ni recherche de gloire aucune  ; et d’autre part l’existence d’un principe commun qui les guida en toute circonstances, la conscience de la Dignité et l’esprit de Résistance, c’est-à-dire le refus des capitulations et du conformisme ambiant.

Cette brochure comporte un texte inédit à notre connaissance, le rapport de la Police de Vichy sur les anarchistes espagnols, et la réponse du Directeur du camp de concentration du Vernet au sujet de ses pensionnaires les plus surveillés. Au-delà du caractère historique du document, cela permet de voir en creux l’intelligence tactique et opérationnelle de ces militants qui – malgré leur internement et la surveillance serrée dont ils faisaient l’objet, réussissaient à maintenir un réseau anarchosyndicaliste opérationnel.

Tel le coq qui chante dans la nuit (pour reprendre le titre d’une nouvelle de l’anarchiste Chinois Pa Jin, qui a la même époque résistait avec ses moyens contre le fascisme impérial japonais), ces exemples sont autant d’hymnes au courage et à la liberté et nous donnent malgré-tout des raisons d’espérer.

Pour paraphraser un résistant célèbre, quoiqu’il arrive, la flamme de la Résistance anarchiste ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas …


[1] Arthur Koestler, La Lie de la terre, Paris, Calmann-Lévy, 2013, 302 p., p. 76

[2] Même si heureusement des « français moyens », individus lambda, n’avaient pas oublié ce que le mot Fraternité voulait dire.

Version papier disponible contre 3 euros (port compris) à CNT AIT, 7 rue St Rémésy 31000 TOULOUSE

ANARCHISTES, PAS REPUBLICAINS … DES ANARCHISTES ESPAGNOLS EN RESISTANCE (tome 1)

Tome 1 : des camps républicains du mépris aux maquis de la Liberté…

Télécharger la brochure au format PDF Télécharger

Longtemps, la mythologie de la Libération, entretenue par le Pouvoir (tant
Gaulliste que communiste) voulut que les français se soient engagés
massivement dans la Résistance et que la France se soit quasiment libérée ellemême.
Or la Résistance fut avant tout le fait de « marginaux », dont de
nombreux étrangers réfugiés. Leur rôle dans la libération de la France passa aux
oubliettes de la mémoire.

Depuis quelques années, on redécouvre que près de 30 000 espagnols prirent
part, d’une façon ou d’une autre aux combats contre l’occupant nazi. Mais de
nouveau, l’Histoire est prise en otage de considérations politiques et partisanes : ces espagnols sont décrits comme « républicains », alors qu’en fait nombre
d’entre eux étaient anarchistes et révolutionnaires.

Cette brochure essaie de remettre les pendules à l’heure, en rappelant qui
furent ces femmes et ces hommes, anarchistes de conviction et d’action, et dont
la vie fut placée sous le signe de la Résistance dès 1936 avec la Révolution
espagnole et se prolongea bien après la Libération de la France avec la lutte
contre le Franquisme.


Table des matières

INTRODUCTION

Mythologie Française et Républicaine de la « libération »

Les français, libérés malgré eux
Les anarchistes espagnols : enterrés en 1944, déterrés en 2004
Sommes-nous libres ?


PARIS : Inauguration du jardin Federica montseny et exorcisme
républicain

A propos des « Camps espagnols », camps de concentration français et républicains

Les camps espagnols
1939 – 1945 : Les camps dont on parle et ceux dont on ne parle pas
CAMPS D’ARGELES-SUR-MER

A propos des maquis anarchistes en Ariège

Les Anarchistes espagnols dans la résistance au Nazisme

Un mouvement qui s’organise tant bien que mal
La présence des anarchistes
L’UNE, l’hégémonie dans le sang

Etat Français – Ministère de l’Intérieur Très secret : le « Mouvement Libertaire » Espagnol en France (1942)

BREVE CHRONOLOGIE DE L’EXIL ANARCHISTE ESPAGNOL EN France (1939 – 1961)

L’esprit de résistance guida leur vie, quelques portraits d’anarchosyndicalistes
espagnols

María Vázquez BLANCO
Elisa Garrido Gracia “La Mañica”, qui détruisit une usine d’obus
allemands
Alfonsa Bueno Vela, martyre de la déportation
José ESTER BORRAS, ardent défenseur de la cause des déportés
Vicente Moriones BELZUNEGUI, une vie de Résistance
José ALBALAT RIPOLLÉS, ébéniste et passeur
Josep Lladós TARRAGO, l’idéal chevillé au corps
Casto BALLESTA, pionnier de la résistance en Limousin
Juan MONTOLIU DEL CAMPO, éboueur et chef guérillero
José BERRUEZO SILVENTE « CLARIN »
MOREY BLANCH, Manuel « Manolo »
José SANTIAGO PAVON, dit « Antonio ORDOÑEZ MUÑEZ »
José GERMAN GONZALEZ
Antonio SANZ, l’instructeur du Vercors
Manuel JOYA MARTINEZ
Francisco ORTIZ PEREZ
Paulino MALSAND BLANCO
A la mémoire de Tecle HAGOS et des éthiopiens qui partagèrent le sort des anarchistes espagnols
Floréal BARBERA : un siècle de lutte anarchosyndicaliste et antifasciste
Mai 1944 : le sauvetage périlleux de 60 membres de l’Organisation Juive de
Combat

Emile Travé : de la Colonne Durruti à la CNT-AIT Française EN
PASSANT PAR LE BATAILLON LIBERTAD
Ángel et Maria “dynamite” MONBIOLA : l’Amour et l’Anarchie, POUR
LA VIE
Trois compagnons tombés sous des balles fascistes

Argelès sur mer, 1939, l’accueil de la répulique française aux soldats de la Liberté …

TOME 2 : QUAND DES MIGRANTS ET DES PARIAS TENAIENT LE MAQUIS DANS LE CANTAL

ANARCHISTES, PAS REPUBLICAINS … DES ANARCHISTES ESPAGNOLS EN RESISTANCE (tome 1)

Tome 1 : des camps républicains du mépris aux maquis de la Liberté…

Longtemps, la mythologie de la Libération, entretenue par le Pouvoir (tant
Gaulliste que communiste) voulut que les français se soient engagés
massivement dans la Résistance et que la France se soit quasiment libérée ellemême.
Or la Résistance fut avant tout le fait de « marginaux », dont de
nombreux étrangers réfugiés. Leur rôle dans la libération de la France passa aux
oubliettes de la mémoire.

Depuis quelques années, on redécouvre que près de 30 000 espagnols prirent
part, d’une façon ou d’une autre aux combats contre l’occupant nazi. Mais de
nouveau, l’Histoire est prise en otage de considérations politiques et partisanes : ces espagnols sont décrits comme « républicains », alors qu’en fait nombre
d’entre eux étaient anarchistes et révolutionnaires.

Cette brochure essaie de remettre les pendules à l’heure, en rappelant qui
furent ces femmes et ces hommes, anarchistes de conviction et d’action, et dont
la vie fut placée sous le signe de la Résistance dès 1936 avec la Révolution
espagnole et se prolongea bien après la Libération de la France avec la lutte
contre le Franquisme.


Table des matières

INTRODUCTION

Mythologie Française et Républicaine de la « libération »

Les français, libérés malgré eux
Les anarchistes espagnols : enterrés en 1944, déterrés en 2004
Sommes-nous libres ?


PARIS : Inauguration du jardin Federica montseny et exorcisme
républicain

A propos des « Camps espagnols », camps de concentration français et républicains

Les camps espagnols
1939 – 1945 : Les camps dont on parle et ceux dont on ne parle pas
CAMPS D’ARGELES-SUR-MER

A propos des maquis anarchistes en Ariège

Les Anarchistes espagnols dans la résistance au Nazisme

Un mouvement qui s’organise tant bien que mal
La présence des anarchistes
L’UNE, l’hégémonie dans le sang

Etat Français – Ministère de l’Intérieur Très secret : le « Mouvement Libertaire » Espagnol en France (1942)

BREVE CHRONOLOGIE DE L’EXIL ANARCHISTE ESPAGNOL EN France (1939 – 1961)

L’esprit de résistance guida leur vie, quelques portraits d’anarchosyndicalistes
espagnols

María Vázquez BLANCO
Elisa Garrido Gracia “La Mañica”, qui détruisit une usine d’obus
allemands
Alfonsa Bueno Vela, martyre de la déportation
José ESTER BORRAS, ardent défenseur de la cause des déportés
Vicente Moriones BELZUNEGUI, une vie de Résistance
José ALBALAT RIPOLLÉS, ébéniste et passeur
Josep Lladós TARRAGO, l’idéal chevillé au corps
Casto BALLESTA, pionnier de la résistance en Limousin
Juan MONTOLIU DEL CAMPO, éboueur et chef guérillero
José BERRUEZO SILVENTE « CLARIN »
MOREY BLANCH, Manuel « Manolo »
José SANTIAGO PAVON, dit « Antonio ORDOÑEZ MUÑEZ »
José GERMAN GONZALEZ
Antonio SANZ, l’instructeur du Vercors
Manuel JOYA MARTINEZ
Francisco ORTIZ PEREZ
Paulino MALSAND BLANCO
A la mémoire de Tecle HAGOS et des éthiopiens qui partagèrent le sort des anarchistes espagnols
Floréal BARBERA : un siècle de lutte anarchosyndicaliste et antifasciste
Mai 1944 : le sauvetage périlleux de 60 membres de l’Organisation Juive de
Combat

Emile Travé : de la Colonne Durruti à la CNT-AIT Française EN
PASSANT PAR LE BATAILLON LIBERTAD
Ángel et Maria “dynamite” MONBIOLA : l’Amour et l’Anarchie, POUR
LA VIE
Trois compagnons tombés sous des balles fascistes

Argelès sur mer, 1939, l’accueil de la répulique française aux soldats de la Liberté …

TOME 2 : QUAND DES MIGRANTS ET DES PARIAS TENAIENT LE MAQUIS DANS LE CANTAL

France – CNT-AIT : chúng tôi là ai ?

CNT-AIT [Liên đoàn lao động quốc gia- Đệ nhất quốc tế] là một tổ chức cách mạng (anarchist) được thành lập năm 1946.


Chúng tôi tiếp tục con đường của cộng sản vô chính phủ và phong trào công nhân chống chuyên quyền có từ Đệ nhất quốc tế. Có nghĩa là theo một chính sách dựa vào hành động trực tiếp của các giai cấp và tập đoàn xã hội bị thống trị, với mục tiêu là cách mạng, chống tư bản, và tự quản trị.Yêu sách của chúng tôi là kinh nghiệm của các nhà cách mạng trong bối cảnh chính trị của thời đại đã cùng chia sẻ những lo lắng.

-  Bakounine và những người theo ông ta trong Đệ nhất quốc tế ;-  Những đoàn viên của công đoàn cách mạng thuộc Liên đoàn CGT (Tổng liên đoàn lao động) pháp trước 1914 ;
-  Đoàn quân của Makhno (1917-1921) ;
-  Những người vô chính phủ và các phong trào cách mạng ở châu Á năm 1900-1930;
-  Những kinh nghiệm của cách mạng tại Mexico (Zapata)
-  Phong trào công đoàn tây ban nha vô chính phủ, kinh nghiệm cách mạng xã hội năm 1936;
-  Tháng 5 năm 1968

Tuy dưới nhiều góc độ khác nhau đã có những điều sai lầm không thể tránh, và tuy bị giới hạn, những kinh nghiệm đó đã trở thành những chặng đường quan trọng trong quá trình hình thành phong trào cộng sản vô chính phủ đương đại. . Hiện tại, CNT-AIT khai triển một chính sách : – xây dựng mặt trận những phong trào xã hội, để « phe tả ngoài đường » có thể hiện diện trên bình diện chính trị ; – xây dựng một luồng cộng sản vô chính phủ vừa nuôi dưỡng hoạt động của những phong trào xã hội vừa được chính những phong trào đó nuôi dưỡng.

Những người chiến sỹ của CNT-AIT thường dấn thân trong các cuộc đấu tranh trong xí nghiệp, trong công đoàn như CNT-AIT, trong các cuộc đấu tranh chống nạn thất nghiệp, dành quyền về nhà ở, về sinh thái, và trong các cuộc đấu tranh chống phụ quyền. CNT-AIT cố gắng chắp nối những cuộc đấu tranh này trong xã hội hiện tại với viễn cảnh ly khai với tư bản và Nhà nước.

Chúng tôi muốn bãi bỏ nhà nước và sự kiểm soát sản xuất bằng thị trường. Chúng tôi muốn công nhân và giới tiêu thụ dịch vụ nắm quyền kiểm soát một cách dân chủ tất cả các cơ sở làm việc của họ và trông thấy những người dân bình thường quản lý thế giới mà không cần đến tiền tệ và cơ quan quyền lực.

contact (at ) cnt-ait.info