Trois compagnons tombés sous des balles fascistes

20 Août 1944 …

Stèle à la mémoire des 3 anarchistes
fusillés dans la forêt de Ondes

Trois anarchistes tués dans le maquis. Victimes de balles allemandes en France.

Trois vies fauchées en pleine jeunesse, alors que l’âge de la compréhension commençait à poindre. Car quand tu passes le cap des trente ans, tu commences à voir les choses et à les réaliser avec plus de jugement et quand tu exécute un acte tu sais alors pourquoi tu le fait.

Le plus âgé d’entre eux était Aguado, un homme qui avait appartenu au mouvement et à la spécifique [la FAI] depuis qu’il était enfant. Il était le véritable anarchiste. Il ne prenait que ce qu’il avait besoin pour faire sa journée, le reste était de trop. Et s’il avait quelque chose à manger, il devait être partagé avec quelqu’un qui n’en avait pas, il le faisait avec mille amours. Pour lui, il n’y avait pas de privations, sinon des besoins. Tristesse d’une vie fauchée !

L’autre compagnon était García. Un compagnon imprégné des idées et du Mouvement. Il avait été en Espagne le secrétariat des jeunes de la région de Valence. Cela supposait qu’il connaissait cette jeunesse libertaire de 31 à 39 ans qui luttait si durement pour la cause que le peuple en général avait fait sienne. Ce fut sa jeunesse.

Quant à Mombiola, le plus jeune d’entre eux, il était l’exemple du véritable autodidacte, de l’homme véritablement cultivé, doté d’une intelligence claire. L’homme de plume en même temps que de combat. Celui qui propageait les idées par l’exemple. Le vrai compagnon. Je me souviens que pendant la guerre, ils voulaient le nommer commandant d’un Bataillon de la Colonne Durruti. Il répondit : « Je ne veux commander personne, je veux être soldat et rien d’autre. »

Il ne le voulait vraiment pas. Puisqu’il était contre la militarisation. Il aimait être ce qu’il était: un milicien du mouvement révolutionnaire. Mouvement qui s’était tellement accru parmi le peuple espagnol, qui défendait  la cause des travailleurs eux-mêmes. Pas supérieur. Pas inférieur. Ni riche ni pauvre. De cette transformation sociale, Mombiola voulait être soldat. Mais pas d’une armée de militaires.

Et pour ne pas s’être militarisé, il fit partie d’un groupe de dynamiteurs. Et après la perte de l’Aragon, [il entra] dans le bataillon confédéral jusqu’à notre entrée en France en 1939. Où après mille calamités, il rejoint le maquis, où il laissa sa vie, comme les autres compagnons. Et tant d’autres qui la sacrifièrent, en France comme en Espagne.

En leur mémoire, j’écris ces lignes qui prouvent que ceux d’entre nous qui les connaissaient et les aimaient ne peuvent pas les oublier.

Maria MOMBIOLA

Espoir CNT-AIT, n ° 394, Aout 1969

Extrait de la brochure « Anarchistes, pas Républicains … DES ANARCHISTES ESPAGNOLS EN RESISTANCE » disponible contre 8 euros en chèque à l’ordre de CNT-AIT, adressé à CNT AIT 7 rue St remesy 31000 TOULOUSE

Une réflexion sur « Trois compagnons tombés sous des balles fascistes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *