Nous voulons le croissant, pas les miettes ! Puissant rassemblement contre le patron de la Boulangerie Le Firin

Traduction de l’article de nos compagnons du WAS, section de l’AIT en Autriche, à propose d’une lutte contre le patron de la boulangerie Le Firin, qui refuse de payer ses ex-salariés (pour le contexte voir l’article Cafés viennois et piquets de grèves : le WAS dans l’action)

Reportage sur le premier grand rassemblement du 29 mai 2022

Plus de 100 compagnons et amis se sont réunis dimanche midi devant la boulangerie « Le Firin » pour montrer à la direction de l’entreprise pendant l’heure de pointe que nous n’accepterons pas les conditions. Nos deux compagnons qui sont en lutte contre leur patron ont vécu ce que signifie ne plus être seuls et lutter ensemble contre les structures d’exploitation. La prise de conscience que nous ne sommes pas confrontés à un patron individuel et maléfique au hasard, mais à un système dont le nom est le capitalisme et qui conduit inévitablement à l’exploitation, mûrit chez de nombreuses personnes et vient de faire descendre dans la rue un nombre à trois chiffres dans la solidarité de classe avec nous.

D’autant plus que les femmes et les migrants sont encore plus touchés par les contraintes économiques. L’importance de telles manifestations ne doit pas être sous-estimée.

Cependant, Le Firin est aussi un cas particulier dans lequel de nombreux travailleurs concernés veulent désormais lutter contre le mépris structurel de nombreux droits du travail. En attendant, outre nos deux compagnons, il y a des contacts avec cinq autres anciens ouvriers du Firin qui ont vécu des expériences similaires et auraient déjà gagné des procès devant le conseil des prud’hommes. La chose prend de l’ampleur et est devenue un succès infaillible. Parce que nous ne nous attendions pas vraiment à vivre le plus grand rassemblement du WAS depuis notre création. Cela montre cependant que la question posée au Firin touche vraiment beaucoup de gens directement. C’était particulièrement agréable de voir que de nombreux travailleurs issus de l’immigration y ont participé. Les chants étaient en partie en allemand, en turc et en anglais. Et l’affiche de solidarité de notre anarcosyndicat frère en France, la CNT-AIT , qui avait spontannément envoyé un message de solidarité, était également là.

[…]

Incidemment, le directeur et le propriétaire étaient au sièges du Schanigarten avec des membres de la famille et des employés, qui ont ensuite dû écouter notre réunion pendant 2 heures et demi. Ils ont pu profiter de notre tract « Die Arbeiter von Wien » en turc et voir en direct combien de clients, après avoir reçu des informations de notre part,ont fait demi-tour et [ont déclaré qu’ils ] ne feront plus leurs achats au Firin pour le moment. Nos 300 tracts destinés aux passants étaient même trop peu nombreux et ont disparu avant la fin du rassemblement. Pour les prochaines actions, nous en imprimerons beaucoup plus !

Après le rassemblement, nous avons fait un débriefing impromptu et une réunion de réseautage à proximité. De nombreux nouveaux contacts ont été noués et nous avons pu montrer à plusieurs personnes comment fonctionnent les syndicats anacho-syndicalistes et où réside le pouvoir de l’auto-organisation par rapport aux institutions représentatives. Nous avons également expliqué que nous en tant que WAS continuerons le conflit jusqu’à ce que nos compagnons reçoivent tout leur argent, et cela a évidemment impressionné certaines personnes, d’autant plus qu’il n’y a pas de fonctions rémunérées dans les syndicats anarcho-syndicalistes et que tout se fait sur la base du volontariat.

Les patrons du Firin auront certainement besoin de quelques jours avant de commencer à faire des calculs commerciaux et à se demander si la nouvelle perte d’image est proportionnelle aux quelque 3000 euros d’écart que nous avons eu lors des négociations de jeudi. Tôt ou tard, tous les capitalistes se rendent compte qu’il vaut mieux donner les droits minimaux du travail bourgeois. Certains après une semaine, d’autres avec qui nous avons eu affaire, ont mis 1,5 ans à s’en rendre compte, mais ensuite ils ont quand même payé, …

Yaşasın sendikal mücadelemiz !

Vive notre lutte syndicale !

WSA-AIT, Vienne, le 29 mai 2022

1 commentaire sur Nous voulons le croissant, pas les miettes ! Puissant rassemblement contre le patron de la Boulangerie Le Firin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.