Sortons du capitalisme

mercredi 31 octobre 2001

Tract distribué à la manif contre le nucléaire à Toulouse

Tchernobyl, Bhopal, Toulouse, La Hague, Seveso, Three miles island, Tokaï – Mura, Bures, ne sont pas des lieux de villégiature pour hommes d’affaires surmenés en mal d’horizons bucoliques ou d’émerveillement architecturaux, ce ne sont que les noms les plus médiatisés de tous ces coins de terre où le capitalisme vient déverser ses poubelles, construire ses usines à profit, et cacher ses industries de la mort. Ne nous y trompons pas, le nucléaire comme la chimie ne sont en rien des fruits du progrès. Ce ne sont que les détritus du profit. L’industrie nucléaire produit l’énergie la plus coûteuse et la plus dangereuse de tous les temps. L’industrie de la chimie est devenue une des activités industrielles les plus polluantes de notre siècle. Les centrales nucléaires qui gangrènent la région France ne représentent que 15% de l’énergie utilisée dans ce pays. Les engrais modernes constituent la première cause de pollution des nappes phréatiques et ont depuis longtemps démontrés qu’ils ne servaient qu’à produire des denrées excédentaires.

Caché derrière l’ignorance prétentieuse des experts, déguisant en fausse concertation des décidions prises en comité de crapules, lâchant des hordes de flics à la moindre contestation populaire, les hommes politiques ont toujours approuvé avec zèle les rêves mortifères des patrons. Nul progrès dans tout cela, seulement du profit engrangé pour quelques uns et de l’exploitation subie pour tous les autres. Le progrès le vrai, c’est le progrès pour tous, décidé par tous, partagé par tous. Le partage des richesses, l’abolition des privilèges, une science au service du plus grand nombre, une terre où l’on respire, où l’eau n’est pas à vendre, voilà le vrai progrès.

Nous ne voulons pas de capitalisme, même vert. Pour en finir avec le nucléaire, pour en finir avec l’industrie de la mort, sortons du capitalisme.

CNT-AIT

7, rue St-Rémésy

31000 Toulouse

Tél-Fax : 05 61 52 86 48

========

QU’EST CE QUI EST LE PLUS UTOPIQUE :
LA REVOLUTION OU LA TRANSMUTATION ?

vendredi 1er mars 2002

(Transmutation = transformation d’éléments radioactifs en éléments non-radioactifs = aussi réaliste que de transformer le plomb en or…)

NUCLÉAIRE, VACHE FOLLE, DIOXINE, AMIANTE, OGM… LA SCIENCE EST AU SERVICE DES MARCHANDS !

Le choix du nucléaire, c’est le choix du pouvoir. Le choix du pouvoir, c’est toujours et partout le secret.

FRANCE : ON EST LES CHAMPIONS !

La France et le Japon sont les seuls États à poursuivre le développement de leur programme nucléaire. Le grave accident de Tokaï-Mura, dernier en date d’une longue série, prouve une fois de plus qu’il n’y a pas de « nucléaire sûr ». L’important programme nucléaire japonais est remis en cause, mais pas le programme français… La France est le seul pays au monde traitant les déchets radioactifs des autres pays.

DÉCIDEURS, TOUS COMPLICES…

Le système pseudo-démocratique dans lequel nous vivons nous invite régulièrement à nous prononcer sur des choix aussi secondaires que : « Souhaitez-vous être gouvernés à gauche ou à droite ? » (social mais libéral, ou libéral mais social). Par contre, l’État impose ses choix sans consultation des populations quand il s’agit de décisions réellement graves, dangereuses et irréversibles. Depuis le début du programme nucléaire français, TOUS LES PARTIS POLITIQUES AU POUVOIR ET TOUTES LES GRANDES CENTRALES SYNDICALES, CGT en tête, ont défendu et défendent encore la politique nucléaire des gouvernements successifs. Mises à part quelques concessions pour raisons électorales et économiques, ils ont tous signé des deux mains les autorisations pour construire toujours plus de ces usines à déchets mortels que sont les centrales nucléaires. Dominique Voynet, ancienne championne Verte des défilés antinucléaires, a signé en 1997 le décret d’autorisation de mise en marche de la plus grosse installation nucléaire jamais réalisée au monde : la centrale de Civaux.

ATTENTION : MANIPULATION !

Le programme – dit scientifique – d’enfouissement des déchets radioactifs est le résultat du cynisme, du mépris et de l’irresponsabilité des nantis qui nous gouvernent. En « étudiant » 15 sites potentiels, l’État sait bien ce qu’il fait, puisqu’en réalité, 1 ou 2 sites lui suffisent dans l’immédiat. A l’issue d’un faux dialogue et après consultation des « savants » au faux savoir mais aux vrais intérêts, 1 ou 2 sites seront retenus. Cette manoeuvre permettra à l’État de laisser croire aux habitants des 13 ou 14 sites non retenus « qu’ils ont gagné », que la démocratie a bien fonctionné… Pourtant, ils auraient tord de crier victoire, car la radioactivité ne connaît aucune frontière nationale, régionale ou départementale. D’ailleurs, des décharges nucléaires des pays riches existent déjà dans le tiers-monde.TOUTE DÉCHARGE NUCLÉAIRE ACCEPTÉE EST UNE VICTOIRE DU CYNISME ET DE LA MANIPULATION PAR LE LOBBY NUCLÉAIRE ET L’ÉTAT.

UNE SEULE SOLUTION : REFUSER LE NUCLÉAIRE

Les déchets s’accumulent et continueront de s’accumuler tant que les centrales nucléaires fonctionneront, et contrairement aux déclarations récentes et mensongères de Dominique Voynet, IL N’Y A AUCUN MOYEN DE LES NEUTRALISER : les générations futures devront attendre plusieurs milliers d’années que leur activité diminue. Pourquoi en produire toujours plus ? Les désastres nucléaires ne sont pas réservés aux pays de l’Est, sinon pourquoi distribuer de l’iode stable près des centrales nucléaires françaises ? L’accident majeur est évacué par le lobby nucléaire et les politiques, alors que le vieillissement des réacteurs rend son éventualité de plus en plus probable. Pourquoi le plan ORSEC-Rad, qui prévoit le bouclage militaire et policier des régions contaminées, est-il tenu secret ? Il nous faut sortir immédiatement du nucléaire sans attendre la catastrophe et ses terribles conséquences. METTRE FIN AU DANGER NUCLÉAIRE N’EST PAS UN PROBLÈME TECHNIQUE MAIS POLITIQUE.

FACE A LA POLITIQUE DU SECRET

ET DE LA DÉSINFORMATION,

NE LAISSONS PERSONNE DÉCIDER A NOTRE PLACE.

REFUSONS ENSEMBLE LA RAISON D’ÉTAT !

Contenu du tract CNT/AIT – Union Régionale Midi-Pyrénées -BP 158 – 82001 Montauban cedex. Diffusé à la manif régional Anti Nucléaire du 20/09/2001

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.