Déclaration de l’AIT pour le 1er mai 2022

https://iwa-ait.org/content/iwa-statement-may-1

A tous les compagnons de l’AIT,

À ceux qui se sentent inspirés par notre combat,

Aux ouvriers révolutionnaires du monde,

Nous nous adressons à vous tous à l’occasion de la journée internationale de la classe ouvrière. Une journée de commémoration et de mémoire, mais aussi une journée de rassemblement, de réflexion et d’action.

Ce premier mai est particulier. Cette année, notre association fête ses 100 ans. Un siècle s’est écoulé depuis la création de notre alliance solidaire des travailleurs du monde. Un siècle depuis le Congrès de Berlin de 1922.

Les organisations ouvrières réunies à ce congrès avaient répandu la devise de la 1ère Internationale même après sa disparition : « l’émancipation des classes ouvrières doit être conquise par les classes ouvrières elles-mêmes ». Ceux qui se sont réunis à Berlin ont non seulement déclaré leur indépendance vis-à-vis des partis politiques, mais se sont déclarés leurs ennemis irréconciliables. Dès le début, l’AIT a promu un syndicalisme transformateur, avec sa propre vision de la lutte pour la transformation sociale, avec ses valeurs, ses principes et ses propositions pour le changement radical de la société.

Les sections fondatrices de l’AIT partageaient le rejet des partis sociaux-démocrates qui défendaient le militarisme des États impliqués dans la Première Guerre mondiale. Ils se sont également opposés à ce que l’Union soviétique contrôle le mouvement ouvrier international et le soumette à sa dictature du prolétariat.

C’est précisément ce caractère anti-militariste et anti-autoritaire qui a défini et définit encore aujourd’hui l’essence de notre Internationale.

L’antimilitarisme fait donc partie de nos gènes. Nous sommes antimilitaristes parce que le militarisme n’est rien de plus qu’une expression de plus du capitalisme. Pour nous donc, il n’y a pas de rejet de la guerre sans rejet de l’ordre social et économique qui la promeut et l’alimente.

Nous sommes internationalistes parce que nous ne voulons pas de guerre entre les peuples. Parce que la guerre entre les peuples est une garantie de paix entre les classes. Nous sommes déclarés ennemis du nationalisme, de tous. Parce que le nationalisme est le lubrifiant dont le capitalisme a besoin pour graisser la machinerie de guerre. Ce n’est que grâce au nationalisme que les élites parviennent à faire s’identifier à elles les dépossédés et prêts à prendre les armes pour défendre les intérêts des puissants.

Aujourd’hui, nous voulons souligner les efforts de la section IWA de la Fédération de Russie pour diffuser le message de paix entre les peuples. Eux et nous sommes tous confrontés à une tâche extrêmement difficile.

Et il n’y a aucun moyen de mettre fin à la guerre si nous ne mettons pas également fin au capitalisme.

Les médias suivent le scénario des États pour créer un cadre mental limité. Dans ce cadre mental il n’y a que les blocs opposés, leurs motivations et leurs intérêts. Ils ne nous offrent que des éléments d’analyse qui ne remettent pas en cause l’ordre social qui promeut la guerre. Soit vous êtes avec Zelensky, soit vous êtes avec Poutine.

Si vous vous opposez à l’envoi d’armes en Ukraine, vous devenez automatiquement un défenseur des intérêts de l’État russe.

Et dans le cadre mental du capitalisme, une guerre ne se termine que par plus de guerre. Ils ne peuvent arrêter les bombes qu’avec plus de bombes. La paix dans le capitalisme est une véritable utopie.

Le capitalisme prétend garantir la paix avec des alliances militaristes comme l’OTAN, mais la paix ne peut être obtenue que par la justice. Et la justice n’est justice que si elle concerne la justice sociale.

Précisément, le nationalisme embrouille l’individu et l’amène à penser que l’être humain n’a de droits que parce qu’il fait partie d’une nation. C’est pourquoi les nationalistes défendent les droits nationaux plutôt que les droits individuels et se concentrent sur la justice pour la nation plutôt que sur la justice pour les individus.

Le nationalisme utilise les sentiments naturels de l’être humain pour mobiliser l’individu dans la bataille pour la patrie. Le nationalisme profite de la tendance naturelle des êtres humains à aimer ce qu’ils connaissent et à craindre ce qui leur est inconnu. Elle limite la capacité des hommes et des femmes à sympathiser avec tous les êtres humains et les fait sympathiser avec seulement un groupe déterminé de personnes.

Et ces groupes déterminés de personnes sont des groupes qui peuvent être créés et défaits en fonction des besoins de l’élite. L’édification d’une nation est un processus totalement arbitraire.

Tous les êtres humains s’identifient naturellement à des personnes qui parlent la même langue, qui vivent sur le même territoire, qui croient aux mêmes dieux. Ce sont tous des éléments d’identification individuelle que le nationalisme utilise de manière sélective pour créer l’identité nationale.

Avec ces ruses identitaires, ils parviennent à faire vivre l’individu infecté par le nationalisme dans un monde divisé entre NOUS et EUX.

C’est pourquoi il sera extrêmement difficile de convaincre un nationaliste qu’à la guerre nous perdons toujours. Car le drame de la guerre est un drame des deux côtés de la tranchée. La douleur d’une mère qui enterre son fils de 18 ans tué au combat est la même à Moscou qu’à Kiev. La mort des deux soldats est tout aussi absurde. Mais il y a ceux qui continuent à penser que certains ne faisaient que se défendre contre l’agresseur et en état de légitime défense. Mais on ne peut parler d’agresseurs et d’agressés que dans le cadre mental de NOUS et EUX.

Parce qu’en fin de compte, il s’agit toujours de NOUS, des travailleurs, du peuple. Peu importe la langue qui est parlée, la terre qui est habitée ou les lois qui nous soumettent. Nous sommes des frères et sœurs qui n’affrontons l’existence qu’avec la force de nos mains et l’intelligence de notre esprit. S’il y en a EUX, ce sont eux qui nous exploitent et nous condamnent à la simple survie.

Alors, quand NOUS nous affrontons dans les tranchées entre frères, il n’y a qu’EUX qui gagnent. Ceux qui vendent des armes pendant que les sirènes retentissent et ceux qui reconstruisent les autoroutes une fois les bombes étouffées gagnent. Ils gagnent en détruisant et ils gagnent en reconstruisant. Ils gagnent toujours. Et plus la guerre durera, plus ils gagneront dans ce métier. Et on perd toujours. Et nos fils et petites-filles perdent.

Ceux qui viendront perdre parce que la guerre engendre la haine, la haine engendre le nationalisme, le nationalisme engendre la guerre et la guerre engendre la haine. Et là où il y a du nationalisme, où le peuple s’identifie à ses élites et non au peuple voisin, il n’y a pas de place pour la lutte des classes. Et là où il n’y a pas de lutte des classes, il n’y a pas d’espoir d’un avenir meilleur. Et sinon, demandez à nos collègues de la section serbe de l’AIT ce qui s’est passé dans les Balkans.

Si nous continuons à penser qu’il y a de bons et de mauvais États, nous continuerons à vivre dans un monde où des millions de dollars d’armes sont envoyés pour aider la nation attaquée, mais les vaccins ne sont pas envoyés aux pays en développement pour sauver des vies. Nous continuerons à faire la différence entre les bons réfugiés et les mauvais réfugiés. Nous ouvrirons les portes à certains, et nous tabasserons d’autres à la frontière, comme le savent bien les camarades de la section polonaise de l’AIT.

Malheureusement, avec la bonne dose de propagande, les bons États continueront à bien paraître même s’ils s’allient à l’extrême droite, même s’ils font affaire avec des régimes totalitaires et féminicides, même s’ils continuent à torturer dans leurs prisons et à persécuter ceux qui se rebellent contre les injustices sociales.

La propagande nous fera croire que les bons États se soucient des droits et de la vie des gens. Ceux qui résistent à l’invasion russe sont des héros, mais de jeunes Kazakhs pourraient facilement être abattus en début d’année sans qu’une seule sanction ne soit infligée à ce grand allié de la Russie. Soit dit en passant, la Russie a envoyé l’armée pour réprimer la révolte du pays voisin.

Bref, étant donné que le capitalisme est la guerre, et que le capitalisme utilise le nationalisme pour mobiliser le peuple à la défense des intérêts du capital, il est clair que le meilleur investissement pour la paix est la lutte quotidienne contre le nationalisme.

C’est le vrai sens de l’Association internationale des travailleurs : promouvoir la pratique de la solidarité entre les travailleurs de tous les pays qui nous aide à surmonter les barrières mentales que les États nous imposent et qui nous maintiennent dans la servitude. La pratique quotidienne de la solidarité internationale entre les sections de l’AIT nous rapproche du monde que nous voulons construire. Au quotidien, nous avons la possibilité de renforcer notre syndicat et de mettre en pratique nos valeurs.

Nous pourrions conclure en disant que nous sommes fiers de célébrer le centenaire et que c’est un honneur d’appartenir à une organisation comme la nôtre. Mais la fierté et l’honneur sont pour les soldats, pas pour ceux qui se battent pour une société meilleure.

Nous ne ressentons pas de fierté mais de la joie et de l’espoir. L’orgueil est l’arrogance et la supériorité morale sur ceux qui ne pensent pas comme nous. Nous ne sommes pas honorés d’appartenir à l’association à laquelle appartenait Rudolf Rocker. Car nous n’adorons pas les personnalités concernées, mais nous éprouvons une saine admiration pour leur engagement. Nous apprécions leurs contributions et critiquons également leurs défauts, si nécessaire.

Efforçons-nous d’être connus et reconnus pour notre honnêteté. Soyons honnêtes avec nos collègues de travail et dans nos actions de propagande. Soyons conscients de nos limites et de nos faiblesses. Nous ne sommes pas parfaits, nous n’avons pas non plus la force que nous voudrions, mais nous sommes authentiques.

N’oublions jamais que nous ne vendons pas un produit qui peut être acheté et consommé. Nous ne cherchons pas non plus de nouveaux moutons pour notre troupeau ni ne cherchons des adeptes pour nourrir notre ego. Nous vivons et luttons simplement selon nos convictions rationnelles. Nous ne promettons pas, nous agissons.

Nous, anarcho-syndicalistes, ne luttons pas pour ce qui est possible, mais pour ce qui est juste. Nous ne promettons pas la venue de la révolution comme si nous étions des prophètes. Nous nous bornons simplement à prouver au jour le jour, avec notre manière de mener le combat de tous les jours, que nous n’avons pas besoin de gouvernements, d’États, de lois ou de dieux pour construire des relations sociales justes. En pratiquant l’autogestion et l’action directe, nous donnons vie à ce nouveau monde que nous portons dans nos cœurs.

Vive la solidarité internationale des travailleurs !

Vive l’Association Internationale des Travailleurs !

Pas de guerre entre les peuples, pas de paix entre les classes !

Mort au Capital et à l’Etat !

Vive la révolution sociale !

Vive l’anarchie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.