2017-2019 Grande-Bretagne : Succès de la grève des loyers contre G4Lets :

C’est un fait connu que le logement est particulièrement cher en Grande-Bretagne. Les locataires, et notamment les plus pauvres ou les étudiants, sont souvent les victimes d’agences de location douteuses, qui profitent du manque de logement disponible sur le marché pour louer très cher des ruines. Ces agences de location sont souvent créées par des personnes sans scrupules, qui veulent juste un faire un maximum d’argent en profitant de la vulnérabilité juridique, sociale ou économique des locataires.

Pour faire face à ce problème, depuis 2017, les compagnons de Solidarity federation, la section anglaise de l’AIT, a organisé une Union des locataires (Housing Union). L’Union édite des guides pratiques pour résister contre les agences de locations pourries, et est un centre de ressource pour l’auto-organisation des locataires. L’Union mène régulièrement des luttes victorieuses, que ce soit pour obtenir le remboursement de cautions en fin de contrat de location, ou pour faire diminuer le prix du loyer dans des logements de piètre qualité. Dernier exemple en date, une grève partielle de loyers menée à l’été 2019.

Grève des loyers : les locataires de G4Lets récupèrent avec succès leurs dépôts

À l’été 2019, plus d’une douzaine de locataires de l’agence G4Lets ont retenu avec succès le paiement de leur dernier mois de loyer pour récupérer leur caution de location.

G4Lets sont des voleurs de caution notoires, mettent généralement la main sur une grande partie ou la totalité de la caution prétextant des frais douteux et gonflés, pratique illégale qui prend des mois à contester via leur système de protection des cautions, la société MyDeposits.

Au printemps 2019, plusieurs locataires de G4Lets se sont organisés et se sont rapprochés de Solidarity federation/AIT, pour éviter par eux-mêmes ce scénario. G4Lets loue exclusivement aux étudiants et la plupart de leurs locations se terminent à peu près au même moment, pendant les vacances d’été. Au cours des deux dernières années, nous nous sommes organisés avec des locataires qui se sont fait voler des milliers d’euros de leurs cautions par G4Lets. Cavant, les locataires ne pouvaient récupérer qu’une partie de leur argent via le service de règlement des litiges de MyDeposits, et encore après une procédure longue et fastidieuse. La résolution des litiges avec MyDeposits prend de trois à quatre mois, implique beaucoup de paperasse et est par certains moments incroyablement vague, comme la définition de la catégorie notoirement floue de « l’usure normale ».

De plus, leur régime de protection basé sur l’assurance permet aux propriétaires de conserver et donc de gagner des intérêts sur le dépôt de garantie pour la totalité de la location. Il n’est pas étonnant que les agences de caniveau comme G4Lets aient choisi ce système d’assurance…

Sur la base de nos expériences précédentes, cette année, nous avons suggéré aux locataires de G4Lets que le moyen le plus rapide de récupérer leur acompte serait de ne pas payer leur dernier mois de loyer. De cette façon, l’agence conserve la caution pour payer le loyer, mais ne peut pas faire de déductions douteuses, et le locataire repart sans avoir à s’engager avec le système de protection des cautions. Il s’agit d’une tactique pour résister au propriétaire et à l’agence de location, plutôt que de s’engager dans une procédure coûteuse en temps et en argent. Nous avons suggéré aux locataires de G4Lets de le faire collectivement, en leur donnant la protection et la solidarité d’une action de masse. Plus d’une douzaine de locataires ont décidé de le faire. Nous nous sommes rendus sur place pour discuter des détails, discuter du problème avec les colocataires et les encourager à participer, et rester en contact régulier avec nous et d’autres locataires pendant la grève elle-même.

En plus de la grève, des piquets sont organisés devant la devanture de l’agence pour faire savoir à tout le monde les pratiques de cette agence.

En réponse à cette mobilisation, G4Lets a pris l’argent de leurs dépôts qui a servi payer le dernier mois, mais n’a engagé aucune poursuite contre les locataires ni n’a demandé aucune compensation pour des dépenses douteuses.

Cela a été une action vraiment encourageante ; premièrement parce que c’était un moyen simple, mais efficace de traiter le problème du vol de caution, et deuxièmement parce qu’il a été entrepris collectivement, protégeant les locataires des répercussions et montrant ce qui peut être accompli lorsque nous agissons ensemble.

Il y a également quelques leçons utiles à tirer. Si vous souhaitez récupérer votre dépôt de cette façon, il est important de retenir le montant du loyer qui correspond au coût de votre dépôt. Cela pourrait être six semaines de loyer plutôt que quatre. Vous êtes toujours à l’abri de l’expulsion si vous le faites, comme vous pouvez le voir dans notre guide pratique de retenue de loyer pour récupérer votre caution. Si vous ne le faites pas la retenue du dernier loyer, de toute façon l’agence la gardera pour n’importe quel motif, comme l’ont expérimenté de nombreux locataires.

Il est également important de se rappeler que si vous avez retenu votre dernier mois de loyer, vous éviterez de fournir les contacts de votre propriétaire ou agence de location actuel comme référence pour votre prochaine location… car ils auront probablement quelque chose à dire à ce sujet. Si vous vous trouvez dans cette situation, il existe d’autres moyens de fournir des références d’« ancien propriétaire » – contactez-nous pour obtenir des conseils à ce sujet.

Nous sommes ravis que ces locataires aient été épargnés par les difficultés d’en être de leur poche et par les tracas liés au règlement des différends. L’action directe, collective et pratique reste notre défense la plus forte et la plus utile contre les attaques de nos vies par les propriétaires et les agences de location.

Sol Fed-AIT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :