100ème jour de grève des postiers de Dreuilhe (Ariège). Solidarité !

Le 2 juillet, les postiers du centre de distribution de Dreuilhe (Lavelanet, Ariège) ont entamé leur 100ème jour de grève.

Ils se battent pour que les usagers ne soient pas traités comme des clients, pour que les travailleurs ne soient pas la variable d’ajustement d’algorithmes qui calculent les itinéraires et les temps de tournée sans prendre en compte le facteur humain.

Ils se battent pour que la notion d’Humanité reste au coeur du service public, et pas celle du profit !

Leur lutte est exemplaire, et nécessite le soutien le plus large possible.

Ce qui se passe à la Poste est représentatif de la stratégie du Pouvoir pour nous domestiquer et étouffer toute révolte : diviser pour mieux régner. Division entre salariés de catégories différentes, division entre sites de production / distribution, les réorganisation étant mises en oeuvre site par site pour éviter toute coordination.

C’est la solidarité et l’entraide, sans parti politique ni autre structure parasite, qui nous permettra dans un premier temps d’organiser la résistance populaire autonome, et dans un second temps d’entraîner la rupture révolutionnaire nécessaire pour le bien-être de l’Humanité et la planète.

CNT-AIT

Cette grève a été déclenchée suite à un projet de réorganisation du travail des facteurs (les « tournées » journalière pendant laquelle les facteurs distribuent le courrier) dans une petite zone rurale et montagneuse de Dreuilhe, dans l’Ariège. C’est une zone rurale, avec beaucoup de personnes âgées, et des tournées qui peuvent être longues car il y a des fermes ou des villages isolés.

En France la Poste est une entreprise publique mais il y a longtemps que les facteurs ne sont plus des travailleurs-fonctionnaires. Depuis au moins 10 ans, les travailleurs recrutés sur l’ancien statut de fonction publique partent à la retraite, et quand ils sont remplacés (ce qui n’arrive pas toujours) c’est par des travailleurs embauchés avec un contrat d’entreprise privé, qui est moins protecteur. Il y aussi de plus en plus de contrats précaires, de courte durée, ou de travail temporaire.

La poste prend le prétexte de la diminution du courrier papier (alors que les colis eux augmentent) et surtout de l’approche de l’âge de la retraite pour les facteurs qui avaient été embauché sous le statut de fonctionnaire pour restructurer le travail dans un sens de déshumanisation.

La Poste a décidé de diminuer le nombre de tournées, donc de diminuer le nombre de facteurs, de les faire travailler plus longtemps (42 heures par semaine au lieu de 38 heures actuellement). Pour faire passer leur projet, la direction leur dit que s’ils travaillent 42 heures, ils auront une journée de repos supplémentaire tous les 15 jours.

Les objectifs de la restructuration sont le profit et la rentabilité. Ainsi les tournées de facteurs sont calculées par des algorithmes, qui déterminent l’itinéraire et le temps que doit mettre un facteur pour effectuer sa tournée et distribuer tout le courrier. Auparavant, il y avait des agents humains (appelés vérificateurs) qui accompagnaient les facteurs en tournée, pour avoir une idée de la réalité du terrain. Ils ont été remplacés par ces algorithmes virtuels. Les tournées sont impossibles à faire dans les temps calculés par les robots, alors certains prennent des risques, notamment ils ne respectent pas les limites de vitesse en voiture (outre le risque d’accident, si ils ont des amendes pour non-respect de la limite, ils doivent la payer eux même). D’autres ramènent du courrier au centre de tri du courrier, ce qui dégrade le service rendu au client, qui se plaignent et sont alors tentés de faire appel aux entreprises privées de distribution du courrier.. Il ne faut pas s’étonner non plus que dans ces conditions les professions de foi électorales aient été bazardées dans la nature … (ce qui ne nous émeut pas particulièrement en tant qu’anarchosyndicalistes, si ce n’est la pollution que génère la propagande électorale).

Un autre exemple de cette déshumanisation : l’algorithme ne tient pas compte dans son calcul des moments d’échanges humains que les facteurs avaient avec les usagers. Les facteurs n’ont plus le  temps de dire bonjour, d’échanger des infos avec les usagers, car ces moments ne figurent pas au planning calculé par les algorithmes. Ainsi un des grévistes explique qu’il a été repris à l’ordre parce que son chef a remarqué un arrêt de 12 minutes pendant sa tournée (comment a-t-il su ? un mouchard électronique dans la voiture ? mystère …). Effectivement il s’était arrêté car un couple de personnes âgées étaient en détresse après la chute de l’un d’entre eux, et il leur portait assistance. Glacial le chef lui répondit « vous n’êtes pas payés pour cela ». Ces petits services, cette sociabilité avec l’usager qui faisait l’intérêt humain et social des facteurs a été remplacé par un service payant : le client (ou ses enfants si il s’agit de personnes âgées) peut acheter une option pour que son facteur s’arrête et discute pour prendre de ses nouvelles, mais pas plus de 6 minutes, avec le téléphone professionnel posé sur la table pour chronométrer le temps de discussion, et interdiction de dépasser pour ne pas être en retard sur le planning calculé par l’algorithme.

La notion de service public est abandonnée depuis longtemps. Ainsi, la direction bannit le terme usager, remplacé par celui de client. Pour donner une idée de l’esprit de la lutte et de ce qui est en jeu, le protocole de négociation avec la direction pour la reprise du travail commençait par la phrase ‘soucieux de l’intérêt des clients ». les grévistes ont proposé d’ajouter après clients « et des usagers ». La direction a préféré retirer la première phrase, pour empêcher toute possibilité d’une référence aux usagers …

La grève est soutenue par SUD et la CGT, mais les grévistes sont organisés en assemblée générale, qui tient un piquet devant le centre de tri. Tous les salariés ne sont pas grévistes : sur 40 salariés et 25 facteurs, seuls 15 sont en grève. Les autres soit ne rejoignent pas le mouvement pour des raisons financières, soient sont d’accord avec le projet de réorganisation porté par la direction. Ils ont l’illusion qu’avec ce mode d’organisation, le travail sera concentré sur 42 heures au lieu de 38 et qu’ils gagneront ainsi un jour de liberté de plus. Mais c’est une liberté illusoire, c’est la liberté de la chaine autour du cou du chien, qui lui permet de se mouvoir librement dans le périmètre déterminé par sa chaine, qui est désormais électronique.

C’est une grande force du Pouvoir que de tout pervertir, à commencer par les mots, et de faire passer pour de la liberté ce qui est en fait de l’esclavage. Décidément, nous vivons une époque comme Georges Orwell l’a décrit dans ses livres.

Toutefois, ce qu’ils n’ont pas encore réussi à pervertir c’est la solidarité. Un comité d’usagers s’est monté, qui épaule les grévistes : par exemple une personne amène chaque mercredi un repas pour le collectif, qu’il mijote dans le centre de vacances où il travaille. Des retraités se relaient sur le piquet de grève. Des travailleurs intérimaires du secteur du spectacle en lutte sont venus jouer solidairement sur le terre-plein occupé, et ils ont collecté de l’argent pour les grévistes…

La plupart des politiciens locaux – qui pourtant s’affichent de gauche – ont signé le projet de réorganisation avec la direction. Ce sont des vendus. Quelques uns ont essayé de faire un tour sur le piquet à l’approche des élections mais personne n’est dupe de leur double discours.

A noter que pour s’organiser, les grévistes n’ont ni page facebook, ni twitter ou autre instagram, et que cela ne les empêche pas d’être déterminés dans la lutte et d’avoir un réseau de soutien local. A méditer …

La Poste a prévu de réorganiser plus de 1044 sites en France. Cette réorganisation se fait site par site, individuellement, pour éviter un mouvement de solidarité entre site qui permettrait de bloquer leur projet. Les médias ne parlent pas de la lutte, ou très peu : la Poste est un annonceur publicitaire puissant, et on ne mord pas la main qui vous nourrit !

CNT-AIT

CNT-AIT 7 rue St Rémésy 31000 TOULOUSE

contact@cntaittoulouse.lautre.net

les grévistes appellent à la solidarité financière via leur cagnotte Leetchi :

https://www.leetchi.com/c/soutien-aux-grevistes-facteurs-et-factrices-de-dreuilhe



===============

MESSAGE de SOLIDARITE DES FACTEURS DU DISTRICT 38 DE MADRID AUX GREVISTES DE DREUILHE

Bonjour compagnons,

Nous avons été informés de votre lutte par nos compagnons de la CNT-AIT de Toulouse. Nous vous envoyons ce message du District 38 de Madrid en lutte ! Beaucoup d’encouragements et de soutien, nous sommes dans la même lutte.

La vérité est que votre combat est le même que celui que nous menons.

Nous sommes en conflit larvé avec notre direction depuis au moins 4 ans pour les mêmes motifs que vous : la réorganisation de Correos (La Poste espagnole) signifie toujours plus d’exploitation des travailleurs, pour un service public toujours de moins bonne qualité.

Vive la solidarité internationale !

¡La lucha sigue compañer@s!
¡Salud!

Sección Sindical de Correos de la CNT-AIT de Madrid
Asamblea de Trabajador@s de Correos del Distrito 38

1 commentaire sur 100ème jour de grève des postiers de Dreuilhe (Ariège). Solidarité !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *