Qu’est-il arrivé à Bayram Mammadov, retrouvé mort à Istanbul le 4 mai 2021 ?

Le 4 mai 2021, le corps de Bayram Mammadov était retrouvé inanimé, flottant dans la mer, noyé dans le Bosphore à Istanbul, en Turquie. Il avait disparu depuis 2 jours.

Bayram Mamadov

Ce jeune homme, originaire d’Azerbaïdjan, avait quitté son pays pour s’exiler en Turquie en 2019, après avoir passé 3 ans en prison pour crime de lèse-majesté. En effet, avec Gias Ibrahimov, anarchiste et objecteur de conscience comme lui, ils étaient accusés d’avoir taggué la statue de Heidar Aliov, père du dictateur actuel d’Azerbaïdjan le 1er Mai 2016, en écrivant sur le socle « bonne fête des esclaves ».

Les deux compagnons furent torturés par les flics azerbaïdjanais pour qu’ils admettent les accusations portées contre eux de trafic de drogue. Mais au procès il fut clair que leurs aveux avaient extorqués sous la torture. Le régime totalitaire d’Azerbaïdjan a même tenté de les forcer à s’excuser publiquement devant la statue du dictateur Heidar Aliov, mais ils ont bravement refusé la demande politique du régime. Ils furent finalement condamnés à 10 ans de prison sur de fausses accusations ! Après trois ans de torture dans les prisons du régime totalitaire de Bakou, ils furent libérés sous la pression publique contre le régime azerbaïdjanais.

Après sa libération en 2019, Bayram Mammadov décida de parti vivre en exil en Turquie, et ainsi pourvoir reprendre ses études.

Mais le 5 mai 2021, alors qu’il avait disparu depuis 2 jours, les journaux annonçaient que son cadavre avait été retiré de l’eau (selon les informations).

« Ce qui lui est arrivé doit être clarifié. »

Pour la police, la cause du décès ne fait pas de doute, il s’agit d’un suicide. Pourtant il reste de nombreuses zones d’ombre dans le rapport de police.

Selon des médias turcs kémalistes, on l’aurait vu tenter de récupérer ses sandales tombées à l’eau à Moda (rive asiatique d’Istanbul) alors qu’il ne savait pas nager.

Or la veille de sa noyade à Moda, en plein Istanbul confiné, la police turque s’était précipitée pour flanquer une amende à un nageur qui tentait d’aller se baigner malgré l’interdiction du Ramadan. Il parait donc improbable que la noyade de Bayram ait pu passer inaperçue de la police qui surveille étroitement le respect du confinement et du Ramadan.

L’Azerbaïdjan est dirigé par un dictateur autocrate, Ilham Aliyev. Ses opposants sont régulièrement pourchassés, même en exil. Ainsi il y a peu, Mirazli Mahammad, célèbre blogueur d’Azerbaïdjan exilé à Nantes, était brutalement agressé de plusieurs coups de couteaux en plein jour en plein cœur de Nantes.

Elham Aliov est l’héritage politique du Parti communiste soviétique et du KGB. Il a succédé à la tête du pays à son père, Heydar Aliyev, pur produit du communisme soviétique.

Heidar Aliov a montré à plusieurs reprises sa loyauté envers le Parti communiste soviétique et le KGB, dont il a été membre de 1941 à 1969. En 1969, le KGB le fait nommer secrétaire général du Parti communiste d’Azerbaïdjan. Il a été membre du Comité central du Parti communiste soviétique (PCUS) de 1982 à 1987. Après l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, le bolchevique Heidar Aliov se maintient sa domination à la tête de l’Azerbaïdjan, créant le parti du Nouveau Azerbaïdjan en 1992. Il exerce le pouvoir de manière particulièrement brutale et autocratique. Finalement le bolchevik Heydar Aliyev meurt le 12 décembre 2003, à l’âge de 80 ans.

Son fils Elham Aliov, né en 1961, s’installe alors dans le trône du dictateur. Il était prédestiné pour ce rôle : outre qu’il est le fils de son père, il a étudié à l’Institut des relations internationales de Moscou (IRIM). Or il est connu que cet institut est en fait un centre de formation pour le KGB, qui y entraine ses espions et mercenaires qui sont ensuite déployés dans le monde. Elham Aliov devient même enseignant à l’Institut de 1985 à 1990, soit avant la chute de l’URSS. Il  ne fait aucun doute que le dictateur Elham Aliov, comme son père, était membre du KGB et un bolchevique.

La mort suspecte de l’anarchiste Bayram Mammadov doit être portée à l’attention du mouvement international. Le bolchevique Elham Aliov a enseigné les méthodes d’assassinat du KGB à Moscou pendant de nombreuses années. On peut penser que ces néo-bolcheviks ont tué notre camarade Bayram Memmedov.

C’est d’ailleurs l’hypothèse des anarchistes turcs, qui ont manifesté devant le Consulat d’Azerbaïdjan d’Istanbul. A ceux qui disent « Il n’y a aucun doute quant à la mort de Bayram », nous répondons « Le Tueur de Bayram, c’est l’Etat! »

Les associations de droit de l’homme et autres activistes de la société civile interrogent les autorités turcs sous le hastag #BayramaNeOldu (qu’est-il arrivé à Bayram ?), demandant à ce qu’une enquête impartiale soit menée.

Quoiqu’il en soit, les autorités turques et azerbaidjanaises devront rendre des comptes sur ce qui est arrivé à Bayram Mammadov !

D’après des informations d’anarchistes d’Azerbaïdjan, d’anarchistes turcs et d’Abtin Parsa

AZAD Kollektiv : May 5

İstanbulda yaşayan anarxist Bayram Məmmədovun ölüm xəbərini almışıq. Bu haqda çox şey yaza bilərdik. Hələdə buna inana bilmirik deyə bir az gözləməyi seçirik. Son olaraq hadisənin intihar və ya başqa şey olması dövlətin buradaki təsirini dəyişmir. Nifrətimiz artır! Səni sevirik!

===========

Témoignage du journaliste azeri viant en Allemagne Afqan Muxtarli :

https://www.facebook.com/afqan.muxtarli.9/posts/291920285814001

« Alors que je me trouvais à Istanbul, j’ai été visiter Bayram un soir. Nous avons eu une longue conversation. Il venait de réussir l’admission dans un programme d’éducation master en Europe. Sa raison d’être à Istanbul était de se préparer pour ce programme. Il était si occupé qu’il m’a dit avoir même fermé ses comptes sur les réseaux sociaux. Il avait de grands rêves pour son pays. Il a dit qu’il retrounerait en Azerbaïdjan après avoir reçu une bonne formation. Bien que les détails de l’incident ne soient pas entièrement connus, les sites Web gouvernementaux écrivent déjà que Bayram s’est suicidé. En quelque sorte, ils créent une image de suicide. Mais l’enquête n’a pas encore commencé. On ne sait pas comment Bayram est allé sur le bord de la mer, alors qu’il y a une interdiction générale de sortir [à cause du Covid la turquie est strictement confinée]. Il y a au moins 100 policiers sur le rivage où l’incident a eu lieu. Comment se fait-il qu’un policier n’ait pas arrêté Bayram alors qu’il se trouvait dehors dans la rue ? Il n’y a même pas encore 1 témoins de l’incident. Quel est le but de faire circuler qu’il s’agit d’un suicide ? »

2 commentaires sur Qu’est-il arrivé à Bayram Mammadov, retrouvé mort à Istanbul le 4 mai 2021 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *