#CORONAVIRUS : QUAND LES POLITICIENS PARLOTENT, LES TRAVAILLEURS TRINQUENT !

À ce jour, contrairement à ce qu’il s’était produit pour le H1N1 en 2009, beaucoup d’entre nous, travailleurs de la santé, n’avons pas reçu notre dotation de masques FFP2 nécessaires pour soigner les patients. Alors que l’État disposait de deux mois pour constituer des réserves de ces protections indispensables, il semble qu’il n’a rien fait.

Un praticien explique : « Ne pas serrer la main à nos patients est insuffisant, ne nous protégera pas de la contamination par voie aérienne, il faut comprendre que la pénurie de masques FFP2 peut rapidement entraîner la pénurie de soignants, par leur mise en quarantaine, avec les conséquences que cela implique. ».

Visiblement, les choix budgétaires ont été faits, d’un côté, on paie pour des sommets, des réunions et des conseils de défense destinés à éblouir la galerie, de l’autre, on laisse les travailleurs de la santé sans protection.

PÉNURIE DE MASQUES FFP2 et PHASE 3 DE L’ÉPIDÉMIE DE #CORONAVIRUS


Comme nous l’indiquions samedi dernier, les stocks indispensables pour la protection des travailleurs n’existent pas, les ministres Buzyn et Veran nous ont menti et nous mentent. Les quelques millions de masques qui vont être distribués sont des masques chirurgicaux qui ne protègent pas de la contamination.

Le passage en Phase 3, c’est l’aiguillage de malades du coronavirus hors de l’hôpital qui va être débordé vers la ville. Les médecins et les infirmières vont devoir travailler sans protection avec des patients hypercontagieux, le droit de retrait leur est éthiquement impossible.

Aux politiciens qui dirigent les administrations, qui nous pondent des normes aussi absurdes qu’inutiles, nous n’avons qu’un mot à dire : Salauds ! Par contre des stocks de LBD et de grenades, ça, il y en a…. Le 16 juin 2019, il a su anticiper suffisamment à temps pour commander 25 millions de cartouches de fusil d’assaut et 40 000 grenades de désencerclement. Manifestement, l’Etat n’a pas les même priorités que la population

Les autres travailleurs dans les transports en commun, hypermarchés… doivent exiger de leur employeur des pauses horaires pour se laver les mains, du gel hydroalcoolique s’il le faut, et des masques adéquats ou sinon faire valoir leur droit de retrait.

DROIT DE RETRAIT


L’absence d’équipements de protection collective ou individuelle légitime le recours du droit au retrait des salariés

L’ Article L4131-1 du code du travail stipule que

« Le travailleur alerte immédiatement l’employeur de toute situation de travail dont il a un motif raisonnable de penser qu’elle présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé ainsi que de toute défectuosité qu’il constate dans les systèmes de protection.

Il peut se retirer d’une telle situation.

L’employeur ne peut demander au travailleur qui a fait usage de son droit de retrait de reprendre son activité dans une situation de travail où persiste un danger grave et imminent résultant notamment d’une défectuosité du système de protection. « 

Des militants de la CNT-AIT

CNT-AIT (Association Internationale des Travailleurs)

contact@cnt-ait.info   http://cnt-ait.info  FB: @chats.noirs.turbulents / @cnt.ait.toulouse

Liste d’info par mail : http://liste.cnt-ait.info

Pour recevoir sans engagement notre journal « Anarchosyndicalisme !», renvoyer ce coupon à : CNT-AIT   7 rue St Rémésy   31000 TOULOUSE

Nom : ………………………..  Prénom : …………………………………………………

ADRESSE : …………………………………………………………………………………………………………………………….

Code Postal : ……………………………………. Ville : …………………………………………………………………………

Imprimé par nos soins – Ne pas jeter sur la voie publique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *