INDONESIE : Après les émeutes du 1er Mai a Bandung, Surabaya et Makassar et une répression féroce, les anarchosyndicalistes et l’AIT dans le viseur de la police locale.

Les manifestations du 1er mai en Indonésie ont donné lieu à différentes actions de groupes anarchistes, et anarchosyndicalistes. A Bandung, Surabaya et Makassar, plusieurs cortège dont certains de black blocks, se sont affrontés avec la police.

A Bandung, la manifestation regroupait essentiellement des jeunes lycéens, étudiants ou travailleurs précaires. Certains étaient habillés de noir ou portaient des drapeaux rouges et noirs. (cf. le communiqué de la Bibliothèque Anarchiste Catut de Bandung en [Annexe 1|/post/2019/05/03/Communiqu%C3%A9-de-la-Biblioth%C3%A8que-Anarchiste-Catut-de-Bandung|fr]). A l’issu d’une course poursuite avec les forces anti-émeutes, 619 jeunes (dont 14 jeunes femmes) ont été arrêté par la police qui les a regroupés, parqués, déshabillés et tondus. Ils ont ensuite été entassés comme des bestiaux dans des pick-up et transféré au Commissariat central.

Les manifestations du 1er mai en Indonésie ont donné lieu à différentes actions de groupes anarchistes, et anarchosyndicalistes. A Bandung, Surabaya et Makassar, plusieurs cortège dont certains de black blocks, se sont affrontés avec la police.

A Bandung, la manifestation regroupait essentiellement des jeunes lycéens, étudiants ou travailleurs précaires. Certains étaient habillés de noir ou portaient des drapeaux rouges et noirs. (cf. le communiqué de la Bibliothèque Anarchiste Catut de Bandung). A l’issu d’une course poursuite avec les forces anti-émeutes, 619 jeunes (dont 14 jeunes femmes) ont été arrêté par la police qui les a regroupés, parqués, déshabillés et tondus. Ils ont ensuite été entassés comme des bestiaux dans des pick-up et transféré au Commissariat central.

Ci dessous la chronologie des évènements survenus le 1er Mai 2019 à Bandung :

Nassage des manifestants par la police …

Les manifestants arrêtés sont regroupés dans un parc par la police …

Les manifestants parqués sont déshabillés par la police …

Les manifestants dénudés sont ensuite entassés dans des pick-up de la police …

Regroupés dans la cours du Commissariat, ils sont tondus par les policiers.

Certains manifestés arrêtés ont été marqués à la peinture rouge

Des dizaines d’autres arrestations ont également eu lieu à Surabaya et Makassar où étaient organisés des rassemblements.

Manifestation anarchiste le 1er mai 219 à Surabaya …

Rassemblement anarchiste le 1er mai 2019 à Makassar …

Ces arrestations ne se sont pas faites au hasard. A Jakarta, 26 000 policiers étaient mobilisés pour encadrer la manifestation du syndicat KSPSI, principal syndicat du pays et véritable état dans l’état, pour prévenir tout risque « d’infiltration ». Pendant la manifestation le KSPSI s’en est pris violemment aux anarchosyndicalistes qui manifestaient tranquillement.

Manifestation du 1er mai 2019 à Jakarta, le bloc anarchosyndicaliste est présent dans la manifestation …

Ce n’est pas la première fois que le KSPSI s’en prend nos compagnons. Régulièrement les rassemblements du PPSA ( »Persaudaraan pekerja anarko syndicalis », « fraternité des travailleurs anarcho-syndicalistes ») sont attaqués par des membres du KSPSI.

Lors d’une conférence de presse le 2 mai 2019 au siège de la police de Jakarta Sud, le général en chef de la police Tito a dénoncé les anarchosyndicalistes comme les instigateurs de ces évènements. Il a notamment indiqué que « L’anarchosyndicalisme est une doctrine d’origine étrangère. C’est un phénomène international dans lequel les travailleurs veulent sortir du cadre des lois et déterminer leurs propres règles. C’est ce qu’on appelle l’anarcho-syndicalisme. Cela se développe depuis longtemps en Russie, puis en Europe, en Amérique du Sud, y compris en Asie ». Selon lui, ce phénomène s’est développé en Indonésie ces dernières années.

De son côté, le Chef d’Etat major Moeldoko a appelé à intensifier la répression contre les anarchosyndicalistes, ce à quoi le général Tito a répondu que l’ensemble des groupes anarchistes et anarchosyndicalistes d’Indonésie étaient cartographiées et que des actions – y compris de rééducation – allaient être mises en œuvre. (cf. Annexe 2 de l’extrait de la presse anglophone d’Indonésie)

Par ailleurs, le Chef de la police a rappelé que l’anarchosyndicalisme était un mouvement structuré internationalement, plusieurs journaux rappelant que l’AIT (internationale anarchosyndicaliste, dont la secrétaire générale s’était rendue en Indonésie en Juin 2018) avait lancé un appel aux travailleurs pour le 1er mai ( cf. Annexe 3 de l’extrait de la presse anglophone d’Indonésie)

CNT-AIT Paris, d’après infos de la presse indonésienne et sites militants indonésiens)
contact@cnt-ait.info
http://blog.cnt-ait.info

=========

Deutche : [Indonesien: Repression gegen Anarchosyndikalist*innen|http://anarchosyndikalismus.blogsport.de/2019/05/05/indonesien-repression-gegen-anarchosyndikalistinnen/|de]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *