Le Mandarom a été détruit. A quand le Sacré-Coeur ? VIVE LA COMMUNE !


Le cadavre est à terre mais l’idée est debout

Alors que l’on parle dans les milieux du Pouvoir de classer le Sacré Coeur au titre des Monuments historiques, nos archéologues militants ont exhumé un texte que nous avions diffusé pour les journées du patrimoine de 2002 mais qui garde toute son actualité

=================================

LA BASILIQUE DU SACRE COEUR

L’église du Sacré Coeur est un condensé de toute la superstition et l’opposition à la laïcité exercées par la chrétienté. C’est d’abord, en entrant à gauche, une plaque commémorative qui témoigne d’une action divine : dans la nuit du 20 au 21 avril 1944 treize bombes éclatèrent dans les parages sans faire de victime. Une protection divine à n’en pas douter : la plaque atteste là d’une « intervention manifeste de la providence ». Il n’ est pas écrit pourquoi en cette période agitée de l’Histoire, « Dieu » choisit de procurer ses bienfaits à une église parisienne plutôt qu’aux millions de juifs enfermés et exterminés dans les camps nazis …

Plus loin, du côté gauche de la nef, une plaque affiche avec fierté la déclaration d’utilité publique, par l’Assemblée Nationale le 24 juillet 1873. Ce fut l’acte de naissance de la basilique actuelle construite en réaction à la Commune de Paris de 1871. Sachant que le mouvement avait été réprimé dans le sang par Thiers, il est en fait peu surprenant que l’Etat ait poursuivi son oeuvre par la construction à ses frais d’une église dans le 18ème arrondissement.

L’épisode de la Commune n’est à aucun endroit mentionné dans l’Eglise alors qu’il est l’événement moteur de sa construction. Seul le texte du voeu national au Sacré Coeur, adopté en 1872, du côté droit de la nef, y réfère de façon insidieuse :

LE VOEU NATIONAL DU SACRE-COEUR ET SA SIGNIFICATION

[Chaque phrase du voeu ci-dessous est accompagnée de sa « traduction », pour remettre ce texte dans son contexte]

En présence des malheurs qui désolent la France et des malheurs plus grands peut-être qui la menacent encore.

[Traduction : Pour expier les crimes de la Commune et prévenir de nouveaux troubles anticléricaux]

En présence des attentats sacrilèges commis à Rome contre les droits de l’église et du Saint siège, et contre la personne sacrée du vicaire de Jésus Christ.

[Trad. : Pour protester contre la suppression des États Pontificaux à Rome.]

Nous nous humilions devant Dieu, et réunissant dans notre amour l’Eglise et notre patrie, nous reconnaissons que nous avons été coupables et justement châtiés.

[Trad. : Nous courbons l’échine pour attirer à nous les naïfs et les serviles.]

Et pour faire amende honorable de nos pêchés et obtenir de l’infinie miséricorde du Sacré Cœur de Notre Seigneur Jésus Christ le pardon de nos fautes, ainsi que les secours extraordinaires qui peuvent seuls délivrer le Souverain Pontife de sa captivité et faire cesser les malheurs de la France nous promettons de contribuer à l’érection à Paris, d’un sanctuaire dédié au Sacré Coeur de Jésus.

[Trad. : Et pour faire oublier nos innombrables fautes et crimes devant l’Humanité et obtenir l’amnésie de la société, la restauration des privilèges de l’Eglise au Vatican par la chute du gouvernement italien et tuer définitivement l’esprit révolutionnaire français, nous comptons fermement que l’Assemblée Nationale finance notre église où nous pourrons à loisir poursuivre notre action anti-révolutionnaire.]

QU’EST-CE QUE LE PATRIMOINE ?

En ces temps de célébration, inutile et couteuse, du patrimoine (au sens strict l’héritage du père, notion bourgeoise s’il en est) il est utile de rappeler que nombre de monuments construits avec l’argent public se sont édifiés sur les dépouilles des ouvriers qui les ont construits. On peut citer le cas des sans-papiers ou des innombrables sans-abris qui dorment sur les trottoirs de toutes les grandes métropoles, de Tokyo à Paris, de Abu Dabi à Pékin, en passant par New York ou Moscou, et qui sont – ironie cruelle du sort – souvent les anciens ouvriers qui ont construits les tours et buildings où ils sont aujourd’ hui indésirables. Sûrement n’ont-ils jamais reçu le salaire nécessaire pour avoir la chance de se loger ? « Vous avez faim ? » disait hier le maire de Paris à une délégation d’ouvriers venus lui demander audience. « Et bien mangez-vous les uns les autres ! »

DYNAMITONS LE SACRE-COEUR !

CNT-AIT Paris

RDV Dimanche 22 septembre 2002 à 11 heures sur le marché d’Aligre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *