SOUDAN 2022 : LECONS POUR L’ANARCHISME

Cette analyse de l‘actuel mouvement insurrectionnel au Soudan faite par les compagnons anarchistes du Soudan fait écho à une autre analyse que nous écrivions il y a 20 ans, suite au soulèvement en Argentine.

Le multiplication des mouvements dans le monde qui « fracassent les vieux moules idéologiques en mettant en pratique deux nouveaux atouts (qui seront désormais ceux de la lutte de classe internationale): la démocratie directe, le rejet des institutions étatiques« , c’est à dire l’assembléisme ainsi que le refus de la représentativité et du spectacle, loin du post-modernisme occidental tant à la mode dans les cercles universitaires, ne peut que réjouir les anarchosyndicalistes que nous sommes…

Quelle que soit l’issue de ce mouvement, les révolutionnaires du Soudan et en premier lieux nos compagnons Anarchistes ont déjà enclenché un processus irreversible de transformation culturelle et idéologique de la société soudanaise.

des compagnons de la CNT-AIT France

PS : campagne de solidarité avec les insurgés du Soudan : http://cnt-ait.info/2022/01/02/solidarite-soudan/

=========

Tendances anarchistes dans la révolution soudanaise

J’écoutais Al Jazeera interviewer plusieurs hommes sur les événements au Soudan. L’homme qui représentait la voix du groupe Al-Burhan a déclaré que les manifestations n’étaient pas pacifiques. La seule preuve qu’il a donnée à l’appui de sa demande était la participation d’anarchistes à des rassemblements.

Cette affirmation était une démonstration d’ignorance et de mensonges des excuses de la philosophie politique qui, il y a quelques jours, affirmait que les dirigeants du Parti communiste Soudanais étaient ceux qui avaient brandi des drapeaux et des slogans anarchistes.

Les anarchistes n’ont pas une vision unifiée de l’utilisation de la violence pour atteindre des objectifs révolutionnaires. Certains d’entre eux croient que l’État et le système capitaliste ne peuvent être renversés que par la résistance avec des outils violents, et certains d’entre eux sont doués pour casser des vitres et des  voitures et allumer des incendies, et ils ont été impliqués dans des assassinats célèbres à travers l’histoire.

Mais beaucoup des lumières et de pionniers de la pensée anarchiste préconisaient des moyens pacifiques et s’opposaient à l’utilisation de moyens violents. Les anarchistes anti-violents notables incluent – pour n’en nommer que quelques-uns – Noam Chomsky, Howard Zinn, Henry Clark-Bertrand Russell, un proche associé des anarchistes, et le romancier glorifié Léon Tolstoï qui a soutenu que l’anarchisme a le devoir d’être non-violent. car elle est, par définition, opposée à la coercition et aux relations de pouvoir. Parce que l’État est violent par nature, l’anarchisme déterminé doit être également pacifiste.

De nombreux anarchistes pacifistes ont été influencés par les philosophies d’Henry David Thoreau et leurs idées se sont cristallisées dans une école appelée anarchisme pacifiste, une école de pensée qui préconise l’utilisation de formes de résistance non violentes et non violentes dans la lutte pour le changement social et rejette le principe de la violence. , qu’il considère comme une forme de formes de pouvoir (autorité) sont donc en conflit avec les grands idéaux anarchistes tels que le rejet de la hiérarchie et de la domination.

La trahison des mouvements armés soudanais envers la révolution et le peuple du Sud-Soudan n’a surpris aucun anarchiste, même si elle a embarrassé l’éventail des libéraux et des gauchistes qui les avaient auparavant soutenus.

Il est certain que la révolution soudanaise qui fait actuellement rage (instinctivement, inconsciemment) a adopté une ligne anarchiste forte avant même l’apparition des drapeaux anarchistes dans les rues des villes soudanaises. Pour ne donner qu’un exemple, les Comités révolutionnaires et les Comités de quartier, qui sont le cœur battant de la révolution, suivent les meilleures traditions d’organisation anarchistes.

Les anarchistes ont toujours appelé à des comités révolutionnaires indépendants et décentralisés. Alors que les anarchistes soutiennent que de tels comités doivent toujours se coordonner et coopérer étroitement, ils doivent éviter de créer une direction hiérarchique centralisée.

L’absence de hiérarchie entre les comités et un organe central et saisissant est ce qui distingue les principes d’organisation anarchistes des autres écoles du socialisme.

La raison pour laquelle les anarchistes rejettent l’autorité centrale est leur croyance fondamentale que le pouvoir en soi, sous quelque forme que ce soit, est la principale source du mal dans la société et que la trahison réside dans l’ADN du pouvoir, et pour cette raison ils évitent de produire des relations autoritaires ou hiérarchiques dans leur les organisations et les efforts collectifs pour changer.

Une autre raison pour laquelle les anarchistes rejettent l’autorité centrale est leur conviction que le centralisme affaiblit et étouffe l’impulsion révolutionnaire et rend l’organisation fragile, ce qui signifie qu’il est facile ou du moins possible pour l’ennemi de saper les efforts révolutionnaires en soudoyant, intimidant, emprisonnant ou même tuant des dirigeants : frapper la tête et le corps meurt ou devient paralysé pendant un certain temps ou plus longtemps. La tendance anarchiste a rendu difficile la défaite de la révolution soudanaise et a confondu Al-Dish, Al-Kayzan, Al-Damaji, Al-Khawaja et Al-Qahteen.

Parmi les comités de quartier ou les comités révolutionnaires, il n’y a pas de dirigeants que l’on puisse acheter, intimider ou emprisonner pour paralyser l’énergie de la rue. C’est précisément pour cette raison que le gouvernement n’a pas eu recours à des arrestations massives pour réprimer la révolution, car il sait que l’arrestation de centaines ou de milliers de personnes n’arrêtera pas la révolution, et il n’y a pas de personne indispensable parmi les révolutionnaires, ni Gelkin (?), ni père protecteur et ni imam moderniste, prêt à faire don [de sa personne] sans quoi la nation s’égarera en son absence et mourra.

Les anarchistes croient que les preuves empiriques soutiennent leur concept théorique de la meilleure façon de s’organiser. Ils déclarent que les révolutions les plus réussies de l’histoire moderne ont suivi la tradition de décentralisation anarchiste consistant à éviter un leader ou une présidence centralisé ou hiérarchique. Les révolutions les plus réussies de l’histoire moderne ont évité la centralisation et les structures hiérarchiques, y compris le mouvement noir pour les droits civiques aux États-Unis, qui a changé les relations raciales non seulement en Amérique mais dans le monde entier. La même chose s’applique à la révolution féministe qui a changé l’histoire et la société et n’avait pas de chef, pas de papa (désolé pas de maman), pas de centre, pas de présidence, pas de vache sacrée.

Il convient de noter que les mouvements des droits civiques et féministes étaient complètement pacifiques et que le pacifisme n’était pas un obstacle à leur changement du cours de l’histoire humaine. Mais dialectiquement parlant, c’est la nature décentralisée de l’organisation anarchiste qui rend la révolution riche, vibrante et difficile à vaincre, mais elle présente également des défis de coordination difficiles et dangereux en l’absence desquels il est difficile de maximiser les fruits.

Il est important d’avoir une coopération active et étroite entre ces centaines de comités pour coordonner le travail de la résistance et formuler un programme clair et positif et planifier de manière réaliste sa réalisation. Ce besoin d’une coordination étroite pour fixer des objectifs à court terme et réfléchir à la manière de les atteindre a besoin de l’attention et de l’attention des comités de cette merveilleuse révolution.

L’essentiel est que les fondations de l’organisation anarchiste rejettent le centralisme, mais encouragent les révolutionnaires à se mettre en réseau et à établir des mécanismes solides pour coordonner l’action révolutionnaire sous une direction collective soumise à la responsabilité immédiate de ses bases dans chaque comité.

Il est possible d’y parvenir en sélectionnant des délégué pour chaque comité pour contacter les délégués des autres comités, afin que des délégués de la ville (Khartoum) en sortent pour réseauter avec les délégués des autres villes (Omdurman et Bahri) et ainsi de suite afin d’atteindre un organisme fédéral national couvrant toutes les villes et villages du Soudan

. -Mutasem Aqra-

Traduction CNT-AIT, relue par Tafayete Tanarkite المشعل الأناركي

L’anarchisme est la seule solution

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.