TECHNIQUES DE LUTTES

Ce texte (qui est issu d’une brochure) est en fait la compilation de 20 ans d’expérience des militants de la CNT-AIT en termes de luttes en entreprise. Parce que nous sommes convaincus, et notre pratique le démontre, qu’il y a d’autres alternatives pour la lutte en entreprise que de se présenter aux élections professionnelles. Nous sommes persuadés – et l’expérience le montre – que l’action directe paye, et qu’elle paye plus que la médiation et la représentation.

Ce texte cherche à faire découvrir ou populariser les techniques de lutte syndicale car dans toute bataille, il faut partir de quelques idées fortes :

Porter à l’adversaire plus de coups qu’il ne peut vous en porter, voire lui porter des coups qu’il ne peut rendre.

Analyser le rapport de force :

-  Numériquement, combien nous sommes ;
-  L’impact sympathie/rejet de la lutte par les autres salariés, par la population ;
-  Les contraintes financières, c’est à dire les moyens en fric pour continuer la luttes.

Eviter l’épuisement des forces, des luttes dures d’emblée peuvent être une faiblesse : le patronat a, dans sa gestion, programmé ce type d’effets sporadiques : production transférable, reprise de production ailleurs, stocks, jaunes, intérim, réserves financières, etc. Il peut être préférable de commencer par une action larvée, discrète, qui prépare les esprits à la résistance sur le long terme pour préparer le terrain et ne se découvrir en frappant fort que quand le terrain a été bien préparé.

Savoir stopper une lutte, éviter le jusqu’au-boutisme quand on n’est pas en situation favorable. Continuer à occuper minoritairement l’entreprise finit par offrir au patron des mécontents manœuvrables contre les grévistes. Les pertes de salaires sont telles que la reprise d’une lutte deviendra difficile. L’écœurement joue contre la mobilisation.

Prévoir des solutions de replis, que ce soit en terme de luttes ou de revendications.

Analyser l’histoire, la stratégie, les buts des forces en jeu : Bourgeoisie/salariés (patronat dur ou modéré, salariés plutôt revendicatifs ou pas) Organisation/luttes (quels sont les syndicats présents, les organisations politiques présentes dans l’entreprise ou autour, les syndicats sont-ils plutôt mous ou radicaux, quelles ont été les relations des travailleurs avec les syndicats et les organisations politique lors des luttes passées : indifférence, soutien, adhésion, utilisation opportuniste, ou au contraire rejet plus ou moins exprimé ;  est-ce que les luttes bénéficient d’expérience autonome, y-a-t-il  un risque qu’une organisation politique cherche à prendre le contrôle de la lutte, etc.)

LES LUTTES SE DEFINISSENT PAR LES CATEGORIE SALARIALE, LEUR TERRITORIALITE OU ENCORE PAR LEUR CONTENU :

Catégories salariales :

La lutte est appelée lutte catégorielle si elle ne concerne qu’une catégorie de personnel d’une entreprise ou du secteur et pour des revendications spécifiques à cette catégorie  : luttes des OS (ouvriers spécialisés), des ouvriers qualifiés, lutte des postiers, des infirmières, des IATOSS[1] ou des enseignants etc…,. Si la lutte est le fait de toute une entreprise ou établissement et qu’elle porte sur des revendications pour l’ensemble du personnel, la lutte est inter-catégorielle.


[1] Personnels ingénieurs, administratifs, techniques, sociaux et de santé

Territorialité : Si la lutte a lieu dans un seul établissement, c’est une lutte au niveau du site. Exemples : luttes au CHU de Caen, à Moulinex, Caen.

Une lutte au niveau du groupe se situe sur plusieurs sites mais au sein d’un même groupe. Exemple : luttes au niveau du groupe Moulinex, dans plusieurs usines du groupe en France.

La lutte peut être celle d’un secteur d’activité (branche). Exemples : secteur santé, chimie ou métallurgie. Une lutte peut avoir lieu sur l’ensemble des secteurs d’activité et des sites.

Contenu : Le contenu revendicatif de la lutte peut être matériel (salaires, retraites, condition et temps de travail, Sécu …), politique (retrait d’une loi, critique d’une politique anti-sociale, conquête de nouveaux droits syndicaux, constitution de contre pouvoirs salariés dans une entreprise …[1]). Les revendications peuvent aussi évidemment combiner les 2 aspects : par exemple, simplification et homogénéisation par le haut d’une grille de qualification dans une branche donnée. Cette revendication matérielle permet également de favoriser l’unification des travailleurs de cette même branche et donc d’ouvrir des perspectives de luttes plus importantes.


[1] à noter qu’en France, les grèves fondée uniquement sur des motifs politiques sans lien avec des revendications sociales ou matérielles est interdit.

Les luttes peuvent aussi être menées tout simplement en solidarité avec d’autres luttes.

LES DIFFERENTS TYPES DE LUTTE :

-  La protestation verbale : c’est le type de lutte le plus simple. c’est le type de lutte le plus simple. Il suffit de dire ce que l’on pense à son chef d’équipe, ou son supérieur hiérarchique … cela peut avoir un effet d’entraînement sur les collègues, qui à leur tour peuvent avoir envie de s’exprimer et dire ce qu’ils pensent …

-  La pétition : : c’est un écrit dénonçant, réclamant, exprimant un désaveu, un désir. La pétition peut quelque fois influencer, faire obtenir de menus avantages mais le plus souvent illusoires et démagogiques. La plupart des pétitions finissent dans la poubelle du manager ou de la direction … (après qu’ils aient recopié la liste des signataires pour identifier les fortes-têtes, même si il est interdit de faire ce genre de liste … mais les patrons ne se gênent pas …).Certains syndicats ne faisant ou ne voulant rien faire, sont spécialistes des pétitions, qui leur permettent de se donner bonne conscience «d’avoir fait quelque chose », quand elle ne sert pas à des militants politiques infiltrés dans des syndicats de constituer eux aussi leur fichier …

-  Le débrayage : c’est la cessation d’activité pendant une courte durée maximum quelques heures. Le débrayage exprime déjà un mécontentement plus grand, la naissance d’une certaine radicalité. Le débrayage est utilisé comme pression pour des négociations sur des effets à court terme ou des revendications mineures. Exemple : manque de chauffage, problèmes de primes, de salissures ou de casse-croûte etc.

-  La grève perlée : débrayage d’une partie du personnel puis reprise tandis qu’une autre partie débraye et ainsi de suite. Avantage : perte de salaire minimum par individu tandis que l’établissement est pratiquement paralysé et que l’employeur paie ses salariés devenus peu productifs voire inactifs. L’employeur tentera de faire travailler les non grévistes, l’encadrement, ou les intérimaires. Si cela ne s’avère pas suffisant, il fermera l’entreprise pour un temps, c’est le lock-out qui lui évite de verser des salaires à des gens inactifs. A noter que la grève perlée et le lock-out  sont théoriquement interdits en France.

-  Le coulage : freiner la production en étant le moins productif possible.

-  La grève du zèle : application stricte ou excessive des consignes et des règlements entravant le bon fonctionnement de la production, en utilisant plus de matières première par exemple, ou en prenant plus de temps pour respecter strictement tous les paramètres du système de management de la qualité de l’entreprise.

-  La grève limitée : les salariés cessent le travail pour une durée limitée.

-  La grève illimitée : cessation du travail par les salariés sans limite de temps annoncée, jusqu’à ce que ceux-ci décident de reprendre le travail. Avantage : exprime une certaine radicalité, une participation à la lutte, bloque tout ou partie de la production. Inconvénient : perte de salaire importante pour les grévistes. L’établissement peut continuer à produire avec des intérimaires, des non grévistes. La production peut être réalisée sur un autre site.

-  Le piquet de grève : mise en place de barrages pour empêcher les non-grévistes de pénétrer dans l’établissement pour réaliser l’ouvrage. Attention : pour être efficace, un piquet doit être préparé et fournir des conditions matérielles qui lui permettent de tenir dans la durée : prévoir notamment un abris contre les intempéries, des braseros pour se chauffer la nuit s’il fait froid, être visibles des automobilistes et des camions à la fois pour la popularisation du mouvement et pour  la sécurité…. Inconvénient : une partie des non grévistes arrivent parfois à pénétrer dans l’établissement ou bloqués à l’intérieur ils continuent d’assurer la production.

-  La grève avec occupation : les grévistes investissent le secteur visé, évacuent les non grévistes, détournent à leur profit la logistique : salles de réunions, réfectoires, dortoirs, photocopieuses, internet, téléphones et véhicules.

Occupation intra muros : se limite à l’intérieur de l’établissement. Permet de disposer d’un point d’appui stratégique à la lutte et d’un atout dans le rapport de force en cas de négociations. mais doit se combiner avec des actions extérieures pour éviter que la lutte ne se laisse enfermer dans les murs de l’entreprise et soit coupée de son environnement social.

 Occupation extra muros : aller envahir et occuper tel établissement ou une administration favorable à l’employeur : Direction Départementale du Travail et de Emploi, justice, mairie, local de parti politique, siège d’un journal, Chambre de Commerce et d’Industrie, quartier résidentiel des cadres ou de l’employeur, entreprise où a été transférée la production. Attention cependant à l’épuisement par l’activisme débordant.

LA LUTTE DOIT CHERCHER LA COMPLICITE ET LE SOUTIEN DE LA POPULATION, EXPLIQUER LES REVENDICATIONS ET EVITER DE GENER LE PLUS POSSIBLE LES SALARIES ET/OU LES USAGERS.

  La manifestation de ville : manifestation des travailleurs en lutte et de leurs soutiens dans la ville. elle fait découvrir le conflit, popularise la lutte, maintient la pression, permet de jauger le rapport de force.

  La manifestation départementale, régionale, nationale voire internationale obéit aux mêmes règles que celle de ville mais à une plus grande échelle.

  L’intox : produire rumeurs, informations en tout genre pour fragiliser l’adversaire.

  Le discrédit : rendre publiques des critiques sur la qualité des produits ou services de l’établissement. Les entreprises sont très soucieuses de leur image de marque et de ce qu’en disent les réseaux sociaux.

  Le sabotage : (voir la brochure sur le sabotage par Emile Pouget disponible en ligne sur notre site : https://cntaittoulouse.lautre.net/spip.php?article215) Cette vieille méthode de lutte est toujours pratiquée bien que non médiatisée. Elle doit être manipulée par des individus conscients des risques ou de l’effet catastrophique à terme de certaines destructions pouvant entraîner la fermeture de l’entreprise. Peut être qu’une graduation doit être introduite pour éviter des problèmes néfastes. Le sabotage est une arme très efficace, peu coûteuse pour les grévistes, très nocive pour l’employeur. Il faut toujours conserver à l’esprit que la lutte doit nuire à l’employeur mais pas aux usagers salariés eux-mêmes, ex : les services publics, les transports, EDF, santé, alimentation, etc.

  La ré appropriation : reprise sous le contrôle des salariés des machines ou des biens produits par l’entreprise c’est-à-dire par les salariés eux-mêmes. Permet de constituer un « stock stratégique » qui consistera un point fort lors des éventuelles négociations.

  La vente sauvage : vente par les grévistes des stocks de l’entreprise pour constituer un trésor de guerre qui les indemnisera.

  La production sauvage : les grévistes utilisent les machines de l’entreprise pour produire des biens qu’ils vendent directement à la population en en réduisant le prix ce qui satisfera tout le monde et apportera des liquidités aux grévistes pour tenir pendant la grève.

  Le travail sauvage : utilisant leurs propres outils les grévistes réparent fabriquent ou rendent des services aux particuliers moyennant finances. Exemples les coiffeurs de Rennes qui, sur une place publique coupèrent les cheveux. L’argent payé pour ce service allait à la caisse de grève. En Australie, les chauffeurs de tramway, pendant une grève mirent les trams en circulation gratuitement pour la population.

  Le boycott : sur demande des salariés en lutte dans une entreprise, ne pas utiliser ou acheter telle production ou tel service fournis par cette même entreprise. Exemple : le comité de lutte appelle la population à ne pas consommer telle marque de produit tant que les revendications ne sont pas satisfaites.

Exemple : appel au boycott des campings Yellow Village par la CNT-AIT de Figueras à l’été 2022.

  La désobéissance civile : refus d’appliquer, de se soumettre aux lois de l’Etat. Exemple : soutenir et aider des personnes réprimées. Ne pas payer l’impôt, refuser de présenter ses papiers d’identité, de faire l’armée… etc.

  La grève généralisée : situation de grève touchant tout un secteur ou plusieurs secteurs de production ou bien une région, un pays ou un groupe de pays.

  La grève générale : grève intercatégorielle, intersectorielle sur un territoire donné région, pays, international. Action consciente et concertée, ce qui la différencie de la grève généralisée. C’est l’arme voulue, souhaitée, défendue par les anarcho-syndicalistes. C’est l’acte ou toute une masse, qu’elle le sache ou non, s’anarchosyndicalise. En effet, à ce stade, les gens en lutte entendent défier leurs adversaires. Ils ne s’en remettent pas au verdict des urnes, ni au gouvernement qui en est issu, ni aux promesses à venir. Les gens en lutte, s’appuyant sur l’action directe, entendent ici et maintenant faire aboutir leurs revendications. La grève générale marque et exprime l’affrontement de classes clairement. Si elle est massive, le rapport de force est optimum et d’autres choix peuvent apparaître.

Le hartal : Le terme vient de la langue Gujarati, parlée en Inde, et signifie la fermeture des magasins et des entrepôts dans le but de protester. Ce terme très populaire dans toute l’Asie du Sud-Est a été popularisé par Gandhi, mais il n’en est pas l’inventeur. C’est une méthode de lutte ancestrale utilisée par les travailleurs et les exploités du sous continent indien. C’est une protestation de masse impliquant souvent une fermeture totale des lieux de travail, des bureaux, des magasins, des tribunaux s’exprimant alors sous la forme d’une désobéissance civile. En plus d’être une grève générale, elle implique la fermeture volontaire d’écoles et des lieux de commerce, paralysant tout l’activité économique.

Le hartal du Sri-Lanka de juillet 2022 a abouti à la fuite du président et du gouvernement. Sur la pancarte : pas de médecine, pas de machines, pas de carburant, pas d’électricité, pas de solution … le gouvernement dehors ! http://cnt-ait.info/2022/07/13/hartal-2022-08/

  La grève générale insurrectionnelle : les grévistes, pour diverses raisons, deviennent émeutiers, barricadiers. Partout le peuple en armes se soulève ouvrant la perspective d’une possible expropriation des capitalistes.

La grève générale insurrectionnelle du 19 juillet 1936 en Espagne en réaction au coup d’état militaire fasciste de Franco. http://cnt-ait.info/2022/07/10/revolution-et-contre-revolution-en-espagne/

  La grève générale expropriatrice : les grévistes, maîtres de la rue, s’emparent des moyens de production, d’échange, de communication. Les entreprises, les commerces, les administrations sont placées sous le contrôle des comités de luttes. C’est le prélude à un changement social profond d’où, à notre avis, devrait sortir le communisme libertaire.

QUELQUES CONSEILS

Voici donc présentés un certain nombre de techniques de luttes faisant partie de la culture syndicale. Il appartient à chacun d’en juger l’usage. Mais je pense que chaque technique doit correspondre à l’enjeu. Inutile de déployer de gros moyens pour un petit enjeu. Exemple : pour une petite revendication, le débrayage, la grève perlée, le coulage, le zèle sont suffisants.

Si cela s’avérait insuffisant, graduer le passage à des luttes plus radicales. Toujours maintenir la pression, aller crescendo car partir fort puis revenir en arrière marque une faiblesse que l’adversaire sait analyser et travailler.

Se méfier des faux radicaux, analyser si ceux qui propagent le radicalisme sont sincères, même s’ils ont raison ou tort sur le moment. Ceux qui poussent à un conflit dur non adapté, tentent soit de jouer dur pour coller avec les grévistes afin d’obtenir leur confiance et, par la suite, tuer la lutte, ou bien, sachant que l’échec est assuré, veulent capitaliser en terme d’élection la sympathie obtenue. S’ils sont de mèche avec l’adversaire, ils feront éclater un conflit dur aboutissant à un échec qui pèsera lourd quand une attaque du patron (restructuration, licenciements, etc.) sera à l’ordre du jour car les pertes de salaire subies ne permettront pas aux travailleurs de redémarrer un conflit.

Analyser les rapports de force. Exemple : la proximité d’élections syndicales ou politiques qui poussent les pouvoirs publics à éviter des conflits, ou au contraire qui incite certains syndicalistes ou membres d’organisations politiques à déclencher une lutte pour favoriser ensuite leur élection.

Analyser le niveau de mécontentement de l’opinion publique ou encore la situation financière et économique des établissements où les grévistes veulent agir.

Examiner l’état des stocks, s’ils sont importants, l’employeur pourra continuer à vendre ses produits et, parallèlement, baisser sa masse salariale (salaires versés) pour des raisons de grève. En revanche, des stocks faibles ou périssables le gênent beaucoup. Attention à l’annualisation du temps de travail (flexibilité) qui l’avantage suivant la loi d’annualisation, l’employeur peut faire faire plus d’heures de travail que la durée légale hebdomadaire et, de fait, reproduire plus rapidement ses stocks et honorer les commandes en retard suite au conflit.

Examiner l’état des commandes, l’importance des réserves financières, les possibilités de transfert de production sur un autre site. On peut préparer le terrain d’une lutte en utilisant, combinés ou pas, la grève perlée, le zèle, le coulage, le sabotage, l’absentéisme pour réduire la production.

Eviter la répression en faisant en sorte que les grévistes ne soient pas identifiés, que l’adversaire ignore le plus possible qui est qui et qui fait quoi. Occulter si possible le nombre de personnes en conflit, les dates et lieux de leurs réunions. Décider au tout dernier moment des actions pour éviter les divulgations.

Opter pour un comité de lutte plus large qu’une intersyndicale qui réunit les seules sections syndicales. Le comité de grève est ouvert à tous les travailleurs, qu’ils soient syndiqués ou pas. C’est un organe unitaire, qui est géré par l’assemblée générale des grévistes et pas par les représentants syndicaux. Les syndicats ont le droit de s’exprimer dans le comité de lutte mais ce sont les travailleurs en lutte, réunis en assemblée générale qui décident des orientations et des moyens de la lutte.

De plus sur les banderoles, tracts, etc … éviter de faire apparaitre les sigles syndicaux pour signifier que la lutte réunit l’ensemble des salariés en grève, qu’ils soient syndiqués ou pas. Permettra aussi d’éviter la récupération de la lutte a-posteriori par les syndicats lors des élections de représentants du personnel.

Multiplier les commissions : médias, bouffe, propagande, finance, production sauvage, travail sauvage. Cela oblige l’adversaire à multiplier l’intervention de jaunes contre les grévistes.

Appliquer la démocratie directe des assemblées générales (AG) souveraines pour éviter qu’un petit groupe s’empare de la lutte à des fins autres que celles décidées par l’AG. les Commissions doivent rendre compte de leurs activités à l’AG.

Inutile d’envoyer des personnes discuter avec le patron, le directeur, le conseil d’administration. Inutile d’envoyer les délégués du personnel et autres personnes soi-disant spécialistes de la négociation. Elles ne servent à rien sinon à vous faire croire à leur utilité ou vous obliger à la délégation de pouvoir et vous persuader de la nécessité des syndicats réformistes. La bourgeoisie sait utiliser et utilise des outils pour analyser un malaise. Ex : que la production ralentisse ou que la mauvaise qualité de l’ouvrage, l’absentéisme ou le sabotage augmentent, elle conclura très vite que les salariés sont mécontents même si elle le nie ou le cache. Qu’une grève éclate ne nécessite en rien que les soi-disant représentants élus des salariés se précipitent devant la direction pour le lui dire, elle le sait, elle sait même ce qu’elle proposera aux grévistes. Le délégué du personnel ne sert à rien.

Envoyez à la presse, à la population ou à l’employeur par courrier signé du comité de lutte vos revendications. Eviter les portes paroles, que les journalistes essaieront de médiatiser, ou alors faire tourner la fonction de porte parole pour éviter le phénomène de « vedétariat ».

Si l’employeur veut négocier ou proposer ou satisfaire les revendications, qu’il fasse connaître ses propositions par la presse, par voie d’affichage ou prise de parole devant les salariés. Le comité répondra par écrit. Inutile d’envoyer des délégués négocier, ils risquent fort de se contenter de miettes ou de défendre leurs idées plutôt que les vôtres surtout s’il s’agit d’élus des syndicats réformistes.

Obligez l’adversaire à signer un accord de non répression suite au conflit. Le contraindre au paiement des jours de grève. Il faut tenter de minimiser les incidences financières du conflit pour les salariés, de cette façon, si le patron tente de contre-attaquer, les salariés, non affaiblis, pourront déclencher un nouveau conflit.

Dans cette logique, organiser des collectes de soutien financier par du porte à porte dans le quartier, des diffusions de tracts sur les marchés, des plateformes internet, des concerts, des fêtes de soutien financier. Récupérer de la nourriture et organisez des distibutions de repas. Organisez des gardes d’enfants collectives. Agissez sur les mairies, les aides sociales, les caisses de secours (Sécu, ASSEDIC, Comités d’Entreprise, etc.) pour trouver du fric pour tenir ou pour organiser des cantines solidaires.

LEGALISME – ILLEGALISME

Il faut user le plus possible de la légalité et éviter ainsi des problèmes de répression éventuelle. Mais nous devons constater que la légalité s’accommode mal de nos intérêts. Très vite, pour satisfaire leurs objectifs, les travailleurs doivent agir illégalement : piquets de grève, occupations, production sauvage. Mais nous devons en analyser froidement les avantages et les répercussions. Vous découvrirez très vite que la loi légitimée par l’Etat n’est pas neutre et sert l’intérêt de la bourgeoisie.

Partant de l’idée de Bakounine « Le droit n’est que le fait illustré par la force », deviendra légal ce que nous imposerons.

VIOLENCE – NON VIOLENCE

A l’occasion ce n’est pas forcément l’une ou l’autre, ça peut être les deux un conflit plutôt pacifique avec des poussées violentes et vice versa.

Tantôt un conflit non violent et déterminé peut être efficace, tantôt ce sera le contraire. Une bonne manifestation massive et sage peut être efficace mais une manifestation violente peut l’être tout autant. C’est une question de contexte et de choix des gens en lutte.

Toutefois, se méfier de la violence et de qui la provoque (si ce sont les grévistes ou les adversaires).

Les anarchosyndicalistes sont partisans d’un monde sans violence, sans armes tel est leur but.

Hélas, nous constatons que la résistance agressive active des salariés est légitime face à la violence de la bourgeoisie : exploitations, licenciements, guerres, prisons, pollutions.. .etc.

(Pour approfondir l’approche anarchosyndicaliste sur cette question, voir « ENTRE VIOLENCE ET NON VIOLENCE » http://cnt-ait.info/2019/03/21/entre-violence-et-non-violence/)

S’ORGANISER

Nous devons aussi penser le mode d’organisation adéquat pour lutter. Le syndicalisme actuel de gauche défend-t-il réellement les intérêts des travailleurs ou quels autres intérêts ? Est-il adapté à la lutte, la défend-t-il, n’introduit-il pas des modes de concertation, de médiation favorables à la bourgeoisie ? Pacifie-t-il ? Faut-il radicaliser ? Les protections juridiques des élus sont-elles efficaces ? Les élus syndicaux sont-ils bien protégés ?

Apparemment, vu les milliers d’entre eux qui ont été licenciés, non. De fait, élu ou pas, protégé ou pas, participer à des actions illégales vous expose aux licenciements. Donc les protections dans ce cadre ne servent à rien.

Pire, essayer de se protéger par les moyens légaux conduit les adeptes de ces pratiques à respecter la loi favorable aux patrons, à ne pas participer aux luttes sortant du cadre légal donc à défendre la légalité bourgeoise et à être contre-révolutionnaire.

Jouer le double langage, légaliste en façade et illégaliste dans les faits, n’est souvent pas tenable car les élus syndicaux ou politiques, consciemment ou inconsciemment, sont obligés de défendre le cadre légal donc de le renforcer et de taire leurs critiques pour obtenir les protections légales dues à leur mandat. Surtout que, par la suite, le cadre légal offrant des avantages à l’individu, il devient difficile de le rejeter (voir cahier de l’anarcho-syndicalisme n°10, « A propos des institutions représentatives du personnel »).

Et puis, n’ayez crainte, si la lutte menace la bourgeoisie, celle-ci saura faire fi des lois et renverra les élus de toute sorte méditer sur la notion de Droit.

Nous sommes à votre écoute pour enrichir ces propositions de vos expériences et réflexions.

Des militants anarcho-syndicalistes

(publication initiale sur internet : mardi 28 mars 2006 et réactualisée constamment depuis)

Version en arabe / العربية : http://cnt-ait.info/2019/10/05/technique-ar

Version en portugais / portuguêse : http://cnt-ait.info/2019/06/05/tecnicas-de-luta

Version en anglais / in english : http://cnt-ait.info/2019/12/21/methods-of-struggle-anarchosyndicalist-tactics/

3 commentaires sur TECHNIQUES DE LUTTES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.