COUPE DU MONDE, FRIC IMMONDE

Il n’y a pas que les gilets jaunes ou les grèves dans la vie … Il y a le foot aussi !

En ce moment c’est la coupe du monde féminine … Une opportunité toute trouvée pour les Etats d’exciter la fibre nationaliste, et pour la FIFA de se parer de vertus féministes à bas coût mais avec un maximum de profit. Enfin, pas trop féministe non plus, les supportrices argentines n’ayant pas pu porter leur foulard vert pour soutenir le droit à l’avortement dans ce pays. Trop dangereux pour l’image des sponsors ?

Il n’y a pas que les gilets jaunes ou les grèves dans la vie … Il y a le foot aussi !

En ce moment c’est la coupe du monde féminine … Une opportunité toute trouvée pour les Etats d’exciter la fibre nationaliste, et pour la FIFA de se parer de vertus féministes à bas coût mais avec un maximum de profit. Enfin, pas trop féministe non plus, les supportrices argentines n’ayant pas pu porter leur foulard vert pour soutenir le droit à l’avortement dans ce pays. Trop dangereux pour l’image des sponsors ?

Les sponsors parlons-en : la coupe du monde féminine de football est une nouvelle opportunité majeure pour l’équipementier leader. Nike équipe 14 des 24 sélections de la compétition. La présentation des maillots officiels a été l’occasion pour NIKE de lancer sa stratégie de conquête des consommatrices. La FIFA espère qu’un milliard de téléspectateur suivra la finale. C’est aussi la première fois qu’un maillot est spécialement conçu et fabriqué pour des femmes.

Le rapport du Collectif « Ethique sur l’étiquette » intitulé « Anti-jeu. Les sponsors laissent (encore) les travailleurs sur la touche », et publié en 2018, montre comment Nike, mais aussi ADIDAS et tous les équipementiers, ont adopté un modèle économique visant essentiellement l’accroissement de la valeur immatérielle de leur marque, en investissant de manière prioritaire (et démesurée) dans le sponsoring et le marketing. Ce modèle se traduit par une pression toujours lus forte pour faire baisser les coûts de main-d’œuvre, qui est très majoritairement féminine. Résultat, dans les usines de fabrication, situées principalement en Asie, les travailleuses touchent des salaires nettement inférieurs au nécessaire pour vivre dignement – un salaire vital – alors que les profits s’envolent.

Sur un maillot vendu 85 euros, les ouvrières touchent 60 CENTIMES. La marque elle fait une marge de 30 € et avec le distributeur (magasins de sport, grandes surface, etc …) ils empochent 92% du prix net !!!

Le Capitalisme n’est par « fair-play », c’est une compétition truquée où ce sont toujours les plus riches, les plus forts qui gagnent. Il est temps d’arrêter d’être spectateurs de l’exploitation et de siffler la fin de la partie !

La force d’une équipe c’est la solidarité. La force des travailleurs aussi.

Soutenez les ouvrières en lutte pour leur dignité, en Asie comme ailleurs.

CNT-AIT Paris / Banlieue

Pour en savoir plus :

https://coupedumondefricimmonde.wordpress.com

https://ethique-sur-etiquette.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *