Soignants : De héros à salauds …

Un an après le Ségur on passe de la situation où les soignants vont passer du statut de héros qu’on applaudissait à celle de « salauds » qu’on soupçonne. Tout cela n’est pas fortuit. Alors que le gouvernement continue son programme de fermeture des lits, il faut que les soignants, qui seraient susceptibles de s’opposer à Macron en lui rappelant la vérité sur la façon dont il a géré la crise, perdent leur statut de héros dans l’opinion publique.

L’Etat se devait de casser cette dynamique de popularité et quoi de mieux que, d’attaquer les premiers concernés, sur leur implication en matière vaccinale. Et il y a des groupes ou des syndicats « de gauche » (voire « anarcho-syndicalistes ») qui préfèrent croire ce gouvernement plutôt que d’émettre un doute et de chercher à vérifier la véracité de ces affirmations.

Il est vrai que nous n’avons probablement pas assez payé l’addition dans cette crise : le nombre incalculable de contamination du personnel ; la mise au ban de sa vie intime par l’isolement pour ne pas contaminer sa famille. Les burn-out suite à cet isolement. L’implication sans limite envers les patients. Tout ça vient d’être balayé d’un geste de la main parce que certains préfèrent trouver un coupable facile à pointer du doigt.

Mais qu’en est-il vraiment ? Combien de personnel hospitalier sont réellement vaccinés ? Personne ne peut répondre à cette question, car personne n’a de chiffre réel et sérieux à fournir.

Tout ce que moi et mes collègues pouvons affirmer, c’est que oui il y a une part infime qui refuse la vaccination. Mais on estime à 30% le nombre de vacciné non pris en compte, les tests PCR et les tests antigénique toujours positif qui empêchent d’être vacciné.

Donc oui je l’affirme, ce gouvernement manipule les chiffres comme il l’a toujours fait. Et ce qui me déçoit le plus c’est de voir ceux, que je devrais considérer comme des compagnons de lutte tomber dans le panneau.

Je suis soignant et vacciné c’est mon choix, mais je suis aussi anarchiste et le principe d’équité est pour moi très important. Obliger une catégorie du peuple à se vacciner sans que ce soit obligatoire pour tout le monde est tout sauf équitable. C’est stigmatiser cette partie de la population, dont certains vous soignent sans aucun jugement. Rejeter sur ces professions le risque d’une quatrième vague est tout simplement abject. Parce que vacciné ou non ils seront là au pied de votre lit, respectant scrupuleusement les règles d’hygiènes pour éviter toute contamination, comme ils le font depuis 15 mois.


Article extrait de « un autre futur pour la santé », bulletin anarchosyndicaliste de travailleuses et travailleurs du secteur de la santé

Télécharger au Format PDF pour imprimerTélécharger

Au sommaire :

1 commentaire sur Soignants : De héros à salauds …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *