Les travailleurs de la santé: chair à canon du Coronavirus?

Traduction d’un texte d’un compagnon de la section britannique de l’AIT, Solidarity Federation, qui montre que les problème sont partout pareil. Il s’agit donc bien d’un problème structurel inhérent au Capitalisme et à l’Etat, donc il faut nous débarrasser pour sauver l’Humanité !

===========================

Les travailleurs de la santé: chair à canon du Coronavirus?

Par Manchester Solfed

Quiconque a déjà travaillé dans le secteur de l’aide sociale, ou l’a côtoyé, sait à quel point les employeurs de ce secteur tentent d’exploiter leur personnel et à quel point ils le traitent mal. Les travailleurs de la santé ont longtemps eu le sentiment d’être mal considérés par les autorités locales et le gouvernement, jusqu’à ce que les politiciens locaux et nationaux les qualifient récemment de « peu qualifiés ». Ce phénomène a commencé à faire la une de la presse nationale et à se propager dans l’opinion publique et n’a jamais été aussi évident que pendant la crise actuelle du coronavirus, où les employeurs ont fait preuve d’un mépris total pour la sécurité non seulement de leurs travailleurs, mais aussi des personnes qui utilisent leurs services.

Les travailleurs de la santé ont fait preuve d’un engagement et d’une compassion sans faille envers les personnes dont ils s’occupent en continuant à se rendre au travail pour les soutenir chaque jour malgré les risques, certains travailleurs allant jusqu’à rester sur leur lieu de travail, laissant leur famille à la maison, afin de contribuer à protéger du virus les personnes dont ils s’occupent.

Entre-temps, les employeurs de la santé ont montré leur engagement et leur compassion habituels envers leurs employés en les traitant aussi mal que possible afin de protéger les marges bénéficiaires. La plupart des soignants n’ont jamais eu droit à des indemnités de maladie et ne reçoivent que des indemnités de maladie légales (SSP), et cela a continué pendant la crise actuelle.

Quiconque a déjà travaillé dans le secteur de l’aide sociale, ou l’a côtoyé, sait à quel point les employeurs de ce secteur tentent d’exploiter leur personnel et à quel point ils le traitent mal. Les travailleurs de la santé ont longtemps eu le sentiment d’être mal considérés par les autorités locales et le gouvernement, jusqu’à ce que les politiciens locaux et nationaux les qualifient récemment de « peu qualifiés ». Ce phénomène a commencé à faire la une de la presse nationale et à se propager dans l’opinion publique et n’a jamais été aussi évident que pendant la crise actuelle du coronavirus, où les employeurs ont fait preuve d’un mépris total pour la sécurité non seulement de leurs travailleurs, mais aussi des personnes qui utilisent leurs services.

Les travailleurs de la santé ont fait preuve d’un engagement et d’une compassion sans faille envers les personnes dont ils s’occupent en continuant à se rendre au travail pour les soutenir chaque jour malgré les risques, certains travailleurs allant jusqu’à rester sur leur lieu de travail, laissant leur famille à la maison, afin de contribuer à protéger du virus les personnes dont ils s’occupent.

Entre-temps, les employeurs de la santé ont montré leur engagement et leur compassion habituels envers leurs employés en les traitant aussi mal que possible afin de protéger les marges bénéficiaires. La plupart des soignants n’ont jamais eu droit à des indemnités de maladie et ne reçoivent que des indemnités de maladie légales (SSP), et cela a continué pendant la crise actuelle. Les travailleurs ont déclaré avoir subi des pressions pour aller travailler et faire des changements même s’ils s’isolent chez eux, soit parce qu’ils sont eux-mêmes tombés malades, soit parce qu’un membre de leur famille est malade ou qu’il les protège, et certains de ceux qui vivent dans un ménage avec un membre de la famille à haut risque et qui veulent s’isoler pour les protéger, se sont fait dire qu’ils ne pourront même pas bénéficier du SSP et ne seront pas payés, car ce n’est pas eux qui sont malades.

Le personnel soignant a également été contraint de fournir des justificatifs de maladie pour toutes les périodes d’auto-isolement dues à des symptômes de coronavirus, malgré les conseils du gouvernement selon lesquels il suffit de fournir un justificatif d’isolement, qui peut être demandé en ligne pour alléger la pression sur les cabinets médicaux, et bien sûr le fait que toutes les absences de 7 jours ou moins peuvent être auto-certifiées.

Les messages contradictoires du gouvernement sur la rémunération des travailleurs qui se protègent pour des raisons de santé ont conduit à une confusion totale quant à savoir si le personnel soignant qui se protège à domicile pendant 12 semaines a le droit d’être mis à pied selon le programme du gouvernement et de recevoir au moins 80 % de son salaire normal.

Certains travailleurs disent que leur employeur a accepté de les mettre à pied tandis que d’autres rapportent qu’on leur a dit qu’ils ne recevraient le SSP que pendant 12 semaines. Certains employés ont même été informés qu’ils seront mis en congé pour être informés plus tard que leur employeur ne le fera pas.

Pour les employés à bas salaire qui touchent le salaire minimum et n’ont souvent pas d’économies, la perspective de bénéficier du SSP, qui n’est actuellement que de 94,25 £ (107,20 €) par semaine, pendant au moins 12 semaines sans savoir quand cela sera terminé, est assez décourageante et peut ne pas être abordable pour beaucoup.

Le manque d’équipements de protection individuelle (EPI), tels que gants, masques et tabliers, ainsi que de désinfectant pour les mains et d’équipements de nettoyage pour le personnel soignant, est un scandale national et expose le personnel soignant et les personnes dont il s’occupe à un risque massif de contracter ou de propager, sans que ce soit leur faute, le coronavirus.

La situation est devenue si désespérée que les entreprises ont essayé de s’approvisionner en EPI auprès de bars à ongles et de vétérinaires locaux, jusqu’à 80% des fournisseurs affirmant ne pas disposer d’EPI adéquat. Un rapport inquiétant a été publié par le syndicat GMB en Écosse concernant un foyer de soins qui enferme l’EPI dans un placard à l’écart du personnel.

Le personnel soignant a reçu des conseils variables, voire inexistants, sur la manière et le moment d’utiliser l’EPI, certains se faisant dire par leur employeur que certains EPI ne seront fournis que si l’utilisateur présente des symptômes de coronavirus et qu’il doit effectuer des soins personnels, malgré le fait que le virus semble être extrêmement contagieux, facilement transmissible et se propageant à un rythme rapide, et qu’au moment où l’entreprise décide de fournir des EPI, il peut être trop tard.

L’absence de tests de dépistage du coronavirus signifie également que le personnel soignant doit isoler pendant 14 jours sans savoir si lui-même ou une personne avec qui il vit est porteur du virus et qu’il risque de subir des pressions de la direction pour reprendre le travail, sans savoir s’il est toujours malade ou s’il l’a été.

Le coût humain même du manque de ressources du gouvernement et des pratiques négligentes des entreprises de soins est tragiquement démontré dans tout le pays alors que le nombre de décès augmente et que le virus se propage. Une maison de soins de Glasgow a perdu 16 résidents après la propagation du coronavirus dans le service et une autre à Liverpool a également été durement touchée, où 9 résidents sont morts, la directrice de la maison ayant déclaré que deux tiers de son personnel étaient malades. Plusieurs travailleurs de la santé à travers le pays sont malheureusement décédés.

Les travailleurs de la santé ont décrit leur état actuelle comme étant de la « chair à canon », une expression qui vient d’un conflit armé où les soldats, historiquement issus de milieux pauvres et ouvriers, étaient envoyés en première ligne et étaient considérés comme jetables. La similitude ici est qu’une fois de plus, la classe ouvrière est considérée comme remplaçable et les patrons et les politiciens ne se soucient guère de son bien-être tant que le travail est effectué et que des services sont fournis ou que des profits sont réalisés.

Pendant trop longtemps, les soignants ont été décrits comme peu qualifiés et ils restent parmi les travailleurs les moins bien payés du pays, mais récemment, nous avons pu constater leur dévouement et leur courage dans la lutte contre le coronavirus. Une main-d’œuvre composée en très grande majorité de femmes et de travailleurs migrants, qui a beaucoup à voir avec l’exploitation dont ils ont fait l’objet, a montré à quel point ils sont essentiels, tandis que les patrons et les personnes en position d’autorité ont démontré une fois de plus à quel point ils sont incompétentes et lâches avec les PDG, directeurs et cadres supérieurs des entreprises de soins qui travaillent en toute sécurité depuis leur domicile mais qui attendent du personnel de première ligne qu’il prenne d’énormes risques.

Lorsque, espérons-le, nous sortirons de cette crise, il est évident que le secteur des soins doit être complètement transformé pour travailler pour les personnes qui ont besoin de ses soins et les personnes qui les fournissent, plutôt que dans l’intérêt du profit. Le système tel qu’il est aujourd’hui ne peut tout simplement pas continuer. Si vous souhaitez vous organiser sur votre lieu de travail et améliorer vos conditions de travail, contactez la Solidarity Federation et nous vous aiderons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *