Pologne : LA GREVE DES CUISINIERES ET FEMMES DE MENAGE DE L’HÔPITAL DE BELCHATOW, POUR LE TRAVAIL ET LA DIGNITE

En 2014, les femmes de ménage et le personnel de cuisine de l’hôpital provincial de Bełchatów ont remporté une grande victoire pour leurs contrats de travail, avec l’appui du ZSP-AIT.

Abandonnées par leurs employeurs, c’est-à-dire des entreprises privées extérieures qui les employaient sur des contrats pourris, les travailleuses se sont mobilisées pour lutter pour leurs droits et leurs emplois. En s’adressant au ZSP-AIT, dans le cadre d’une campagne de protestation conjointe, elles ont reçu un soutien logistique et juridique approprié qui les a conduits à la victoire.

Il convient de souligner que les femmes de l’hôpital de Bełchatów, souvent handicapées, grâce à leur attitude intransigeante dans les actions directes, ont réussi à mettre en œuvre toutes leurs revendications par une grève illégale. C’était un bel exemple d’organisation syndicale de base et d’entraide.

Action directe + Auto-organisation des employés + Aide mutuelle = Victoire

Travaillez-vous sous un contrat précaire ? Nous pouvons vous aider!

Manifestation des employés de l’hôpital de Bełchatów

25 mai 2014, ZSP-AIT, Łódź,  https://zsp.net.pl/protest-pracownic-szpitala-w-belchatowie

Le 24 mai, les employés de l’hôpital provincial de Bełchatów ont de nouveau protesté pour défendre leur emploi. Leur protestation dure depuis plus de deux semaines. Soixante femmes se sont soudainement retrouvées sans source de revenus après que la direction de l’hôpital a changé de sous-traitant. Les travailleuses devaient être transférées par leur employeur actuel – la coopérative « Naprzód » – leur nouvel employeur – l’entreprise DOZORBUD, qui ne les reconnaissait cependant pas comme ses employés. En raison de vices de forme lors du transfert d’emplois, il est probable que l’employeur légal soit toujours la coopérative «Naprzód».

Ces femmes ont travaillé pendant de nombreuses années comme femmes de ménage et cuisinières dans cet hôpital. Lorsque la direction a commencé la sous-traitance, l’emploi direct par l’hôpital a été abandonné. En conséquence, les emplois sont devenus plus précaires et les conditions de travail se sont dégradées. Les sous-traitants ont ignoré les règles sur le transfert des travailleurs – laissant les travailleuses dans la glace proverbiale. Les travailleuses sont actuellement sans assurance et sans source de revenus.

Lors de la manifestation de samedi, rejointe par des militants de l’Union des syndicalistes de Pologne (ZSP-AIT), la situation des travailleuses a été présentée au moyen d’un mégaphone et des tracts concernant leur cas ont été distribués, après quoi les manifestants sont passés par les salles de l’hôpital, scandant «Les employeurs sont des lâches» et «Nous voulons travailler, pas végéter». Après la manifestation, il y a eu une réunion de toutes les parties intéressées, au cours de laquelle d’autres mesures et actions, y compris les manifestations à venir, ont été votées.

De nombreux syndicats traditionnels ne sont pas concernés par le sort des travailleurs sous-traitants et intérimaires, craignant les difficultés juridiques liées à la défense de ces travailleurs. C’est probablement la raison pour laquelle les syndicats traditionnels n’ont pas non plus rejoint la manifestation cette fois-ci. D’un autre côté, l’Union des syndicalistes de Pologne a déjà une expérience considérable dans la lutte pour les droits des employés sous contrat précaire, dont les droits ne sont pas suffisamment protégés par les lois et les tribunaux. C’est pourquoi nous avons décidé de nous joindre à la manifestation et à d’autres actions visant à faire respecter les droits des travailleurs hospitaliers.

Nouvelle protestation des travailleurs à l’hôpital provincial de Bełchatów

05 novembre 2014, ZSP-AIT, Łódź, https://zsp.net.pl/pracownice-zsp-protestowaly-w-szpitalu-wojewodzkim-w-belchatowie

Le matin du 3 novembre, 130 personnes de l’hôpital provincial de Bełchatów ont refusé de commencer à travailler. Les raisons étaient des violations flagrant es de leur droit de la part de l’employeur, notamment le fait d’obliger les travailleurs ayant un certificat d’invalidité à travailler jusqu’à 200 heures par mois, le nombre insuffisant de personnel de nettoyage, ce qui rendait pratiquement impossible le maintien des normes d’hygiène à l’hôpital, et l’obligation pour les employés de laver leur uniforme à la maison ( cela présente un risque de propagation de matériel biologique à l’extérieur de l’hôpital). Dans cette situation, les employés avaient pleinement le droit de ne pas travailler.

De plus, le patron de Delfa n’a pas étendu les contrats à une trentaine de personnes en congé de maladie, ce qui dans la pratique doit être compris comme signifiant qu’elles ont été licenciées pour maladie. On ne sait pas quelle était la logique du directeur de Delfa de faire pression sur les employés pour qu’ils viennent à l’hôpital et infectent les patients.

Les principales revendications de la manifestation, que les médias ont immédiatement qualifiée de grève, étaient la réintégration des personnes dont les contrats n’ont pas été renouvelés et une augmentation de l’emploi. En raison de l’abstention de travail, l’hôpital a dû suspendre toutes les opérations prévues et le lendemain il a été menacé d’évacuation, le président de la société Delfa de Varsovie a été immédiatement appelé aux négociations. Les négociations ont duré de nombreuses heures. En fin de compte, le président de l’entreprise a signé un accord dans lequel il déclare qu’il réintégrera les personnes en congé de maladie, portera l’emploi à 160 personnes et n’aura aucune conséquence pour ceux qui participent à la manifestation. Après avoir signé l’accord, les employés ont repris le travail. Depuis que le travail des cuisinières et des nettoyeurs a été confié à des entreprises extérieures, les entreprises desservant l’hôpital ont constamment changé, créant une atmosphère d’incertitude parmi les employés. L’année dernière seulement, 3 entreprises de nettoyage sont passées par l’hôpital. À chaque fois, cela signifiait de pires conditions de travail, des licenciements et un passage d’un emploi permanent à des contrats précaires. L’Union des travailleurs de la région de Lodz, une section de l’Union des syndicalistes de Pologne (ZSP-AIT), a décidé de lutter pour des conditions de travail décentes pour les cuisinières et les femmes de ménage de l’hôpital. Grâce à cela, il y a deux mois, plusieurs dizaines de membres de la ZSP-AIP ont obtenu des contrats de travail et ont été réintégrés pour travailler à l’hôpital.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *