BULGARIE : LA DICTATURE PAS TOUT A FAIT MORTE …

Полицейски произвол срещу 20-годишна анархистка в Добрич

четвъртък 29ти юли 2004

L’arbitraire policier à l’encontre d’une jeune anarchiste à la ville de Dobritch, en Bulgarie

Elitsa, agée de 20 ans, habitante de la ville de Dobritch, en Bulgarie, a été arrêtée et persécutée et va être jugée pour « crimes contre la république ». « Le crime » consiste en la distribution de tracts et leur affichage dans la ville. Les tracts appellent à la liberté, l’égalité et l’anarchie. La jeune fille a rédiger ses tracts en se basant sur des anciens numéros du journal « Svobodna misal » (la Pensée libre), le mensuel de la Fédération anarchiste en Bulgarie, qui est diffusé tout à fait légalement dans tout le pays !

Certains des numéros du journal sont également déposés dans la boutique « Na Tamno » (Au Noir) à Dobritch, suite à quoi depuis environ un mois la police locale s’y rendait tous les jours pour interroger la vendeuse, en exerçant même de la pression psychologique. La future « accusée », Elitsa, raconte encore : « Ils avaient emmené au commissariat toutes les personnes correspondantes à ma description et les avaient interrogées, car “on ne peut pas émettre des propos si durs contre l’Etat et écrire certaines choses sur les tracts”… ».

Après le premier collage des affiches libertaires les policiers avaient commencé l’enquête, ils avaient fait le tour des lycées en cherchant des filles avec la description donnée. Elitsa a été arrétée et interrogée et après elle a été libérée, mais une accusation a été portée à son encontre. Même son domicile a été perquisitionné, mais de quel droit celà n’est toujours pas tout à fait clair… Aparamment son e-mail lui aussi a été attaqué et suivi (chose illégale sans une autorisation, dont probablement les policiers ne disposaient pas), parce que d’après les médias « des fonctionnaires du Département “Sûreté” (ndlr : dont on a fait disparaître le suffixe “d’Etat” après la disparition des communistes en 1989) auraient également établi ses liens par Internet avec des complisses en idées ».

Dans l’article 108 du Code Pénal (sur la base duquel est portée l’accusation) il s’agit de propagation d’une idéologie fasciste [sic ! Quand on sait que les anarchistes Bulgares ont été laminés apr le gouvernement fasciste des anénes 30-40 … ]ou de « terrorisme »… Il semble que le but de la police locale soit de prouver son efficacité dans la « lutte contre le terrorisme » par une accusation absurde contre une jeune fille. « L’infraction » d’Elitsa, consistant en la distribution de tracts et la diffusion d’un journal légal, peut être punie d’une peine de prison de trois ans !!!

Quelques précisions : L’accusation est selon l’article 108 du Code Pénal pour « fascisme » et propagande antidémocratique, ainsi que pour l’incitation à la violence (ce qui est au moins ridicule en s’agissant de collage de tracts et de diffusion d’un journal légal).

Un beau matin, vers 5 h, la maison d’Elitsa a été perquisitionnée et à l’occasion la police y a saisi des tracts, plusieurs numéros du journal « Svobodna misal », ainsi que le disque dur de son ordinateur. Après cela elle a été arrétée et intérrogée au commissariat durant près de 6 heures ( vraisemblablement sans avoir la possibilité de parler à un avocat ), interrogation menée par cinq juges d’instruction, après quoi Elitsa a été obligée de donner des explications par écrit. La jeune anarchiste a été soumise à une pression psychologique par des questions provocatrices, en lui montrant de gros dossiers avec des matériaux sur « son cas » (copie de son diplôme, dossier scolaire, listes de ses e-mail personnels…). Plus tard Elitsa se rend compte que le mot de passe de son e-mail a été changé (apparemment par le juge d’instruction du Département National de Sûreté).

Les policiers lui ont aussi proposé la « collaboration » (c’est à dire de la recruter comme dénonciatrice pour la police) en échange de quoi ses accusations auraient été annulées et Elitsa elle-même aurait été laissée « en liberté » pour diffuser ses prospectus, mais à la condition que ces tracts soient examinés et approuvés par le juge d’instruction Ivan Andréèv.

En ce qui concerne l’instruction ouverte à son encontre Elitsa n’a toujours pas été informée… il est fort probable que son téléphone et son e-mail soient sous l’écoute du DNS.

Pour plus de renseignements ou bien pour publier une note personelle ou une déclaration de solidarité avec Elitsa vous pouvez formuler vos questions sur la page spéciale du centre Indymedia en Bulgarie

http://bulgaria.indymedia.org/newsw…

Vous pouvez aussi exprimer votre solidarité à Elitsa en nous écrivant (de préférence en anglais ou en russe) à la Fédération anarchiste en Bulgarie à l’adresse e-mail anarchy@bulgaria.com ou bien à l’adresse postale :

FAB,

p.k. 59, 1220 Sofia

Bulgarie

Pour manifester votre solidarité vous pouvez également envoyer des notes de protestation aux ambassades ou d’autres institutions de la Bulgarie partout dans le monde en nous envoyant en même temps un petit mot pour nous tenir au courant.


Полицейски произвол срещу 20-годишна анархистка в Добрич – последни новини! (24 юли 2004 )

Обвинението е по член 108 на Наказателния кодекс за фашизъм (?!) и антидемократична пропаганда, както и за подстрекателство към насилие (което е меко казано нелепо, защото става въпрос за разлепване на листовки и разпространение на легален вестник.

Една сутрин към 5 часа домът на Елица е обискиран и са иззети листовки, няколко броя на вестник « Свободна Мисъл », хард-диска на компютъра й. След това тя е арестувана и разпитвана в районното близо 6 часа (най-вероятно без да има възмойност да се обади на адвокат), като са се сменили петима разпитващи следователи, след което Елица е накарана да пише обяснения. 20-годишната анархистка е подлагана на психологически натиск с провокативни въпроси, показвани са й дебели папки с материали, събрани по « нейния случай » (копие от дипломата, училищно досие, разпечатки от личния й e-mail…). По-късно Елица установява, че паролата на e-mail-а й е сменена (явно от следователите от НСС).

Полицаите са й предложили « сътрудничество » (т.е. да я вербуват за доносничка на полицията) в замяна на което обвиненията ще бъдат свалени и Елица ще бъде оставена « на свобода » да разпространява листовки, но при положение че преди това те са прегледани иодобрени от следователя Иван Андреев.

За заведеното срещу нея следствие Елица така и не е информирана… По всяка вероятност телефонът и e-mail-ът й се подслушват от НСС.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.