POUR LA SUPPRESSION DE TOUTES LES NUISANCES

MANIF ANTI NUCLEAIRE ROUEN 22 MAI 2004 RDV A PENLY 12 H PUIS MANIF ROUEN 15 H

jeudi 13 mai 2004


Aujourd’hui, pour pouvoir engager le renouvellement d’un parc nucléaire français en vieillissement prolongé, l’apathie des populations ajoutée au fragile lobbyisme des débris du mouvement antinucléaire ne sont pas suffisants. Encore faut-il que le nucléaire puisse être présenté comme une énergie propre.

Les nucléaristes de tous les pays ont donc mené depuis le désastre de Tchernobyl une politique de communication négationniste. Les experts des états nucléaires ont systématiquement occulté le lien entre la radioactivité des territoires contaminés (140 000 Km² selon les officiels) et les multiples maladies observées sur les millions d’êtres humains contraints de survivre dans ce « laboratoire radiologique » depuis 1986. Ils n’ont pas hésité à écarter les quelques scientifiques locaux sincères et l’un d’entre eux, Youri Bandajesvsky, a même été condamné en 1999 à 8 ans de prison par un tribunal militaire de Bélarus après avoir mis en évidence les multiples pathologies radio-induites par le césium 137. Pour les multiples équipes d’experts (la plupart du temps sous la houlette de l’industrie nucléaire française – ETHOS 1996-2001, Core 2002-2005, par exemple) qui se succèdent sur les territoires empoisonnés depuis 17 ans, la catastrophe qu’ils savent ingérables doit devenir un incident et les populations n’ont qu’à « autogérer le risque radiologique »…Pendant ce temps, on continue de mourir empoisonné par la radioactivité… Evidemment ; le chaos qui résulterait d’une catastrophe nucléaire française ne saurait être discuté.

A la base de la société, la liquidation des illusions concernant l’amélioration continue des conditions de vie, enfonce les individus dans un désespoir qui peut sous n’importe quel prétexte trouver à s’exprimer violemment. Et en même temps les décideurs doivent impérativement, pour faire tourner la machine économique, lui jeter en pâture de nouveaux aménagements, de nouveaux « grands chantiers », bref de nouveaux désastres ; sans pour autant pouvoir espérer ne serait-ce qu’enrayer la progression inexorable du chômage. Quant ceux d’en haut méprisent si ouvertement la vie, et ceux d’en bas désespèrent de la survie même, une nouvelle époque de troubles s’annonce. Ils seront loin de n’avoir que des aspects réjouissants, car ils porteront inévitablement les marques de trente années de régression historique et de malheur social accumulé. Il importe de se préparer à y défendre, contre la barbarie et la décomposition, le programme révolutionnaire qui découle tout naturellement des nécessités aujourd’hui vitales pour tout un chacun. Il faut dès maintenant développer une manière d’oser prendre l’initiative, de ne pas s’en laisser imposer par les experts-gestionnaires, parler de la vie réelle en disant ce que beaucoup de gens pourraient dire ensemble. Le divorce entre le développement de la société et le développement des individus est largement amorcé, mais rigoureusement dissimulé ; il y a là une brèche dans laquelle notre critique doit s’engager résolument.

Nous n’en finirons avec l’industrie nucléaire qu’à condition d’en finir avec le système de domination qui ravage les humains et leur planète, avec le système de valeurs et de production de faux besoins sur lequel il est bâti, avec toutes les séparations et les hiérarchies qu’il induit, bref, avec toutes les nuisances. Notre critique et notre action doivent d’abord s’attacher à mettre en évidence l’unité qui relie chaque problème aux autres et par conséquent à tisser des liens cohérents entre toutes les luttes menées ici ou là. Cela signifie que nous devons tordre le cou à l’ »écologisme » qui œuvre toujours pour les propriétaires du monde, en réinstallant la dépossession et la soumission parmi ceux qui les contestent.

Notre démarche est donc résolument libertaire et anti-industrielle, l’autonomie et l’action directe sont nos outils.

Contact :

STA

B.P. 1021

76171 ROUEN cedex 1

Lisez A trop courber l’échine…, bulletin acrate et gratuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.