Contre la folie (Le 11 septembre 2001 vu par les anarchistes américains du WSA)

Déclaration de l’Alliance de solidarité des travailleurs (Workers Solidarity Alliance) des Etats Unis sur le terrorisme et la guerre

Il est tragique que, dans un monde à moitié fou et totalement chaotique, l’émotion semble avoir submergé la raison. Le côté bon, intelligent et humain des femmes et des hommes a été noyé dans une mer de mensonges, d’ignorance et de cruauté, et beaucoup de ceux qui recherchent la liberté et le bien-être pour toute l’humanité deviennent découragés et inquiets. Pourtant, l’espoir reste vivant tant que nous pouvons nous arrêter, réfléchir, nous poser des questions difficiles et ne pas accepter pas les alternatives actuelles comme étant les seules possibles.

L’Alliance de solidarité des travailleurs (WSA) condamne l’attaque de la World Trade Tower le 11 septembre 2001. La WSA a toujours condamné les attaques contre des innocents et des travailleurs. Les milliers de travailleurs qui ont été tués ici aux États-Unis – employés de bureau, travailleurs des compagnies aériennes, travailleurs de la construction et de la restauration, secouristes – sont morts dans un horrible acte de terreur. Les immigrants, les communautés de couleur, tout le réseau diversifié mais interdépendant qui compose la classe ouvrière américaine a été attaqué.

Il existe des problèmes réels et urgents pour de nombreuses personnes dans le monde aujourd’hui, en particulier dans ce que l’on appelle généralement le Moyen-Orient. Beaucoup vivent dans le désespoir, la pauvreté et ne voient aucun espoir d’une vie meilleure. Mais ceux qui ont été tués dans cet acte insensé n’étaient pas les personnes responsables des politiques ou des actions qui ont causé cela, et leur mort ne changera rien.

Maintenant, les tambours de guerre battent fort, le drapeau est agité partout, et les émotions de ceux qui pleurent sont submergées dans un appel à « l’unité nationale ». Pourtant, nous sommes d’avis que c’est précisément ce qui nous a mis dans ce gâchis, et cela ne résoudra pas les problèmes, mais ne fera qu’empirer les choses. Le nationalisme, le patriotisme, le militarisme, l’idée que d’une manière ou d’une autre les riches et les pauvres peuvent être enveloppés sous le même drapeau et avoir ainsi les mêmes intérêts a conduit à une tragédie indicibles à travers l’histoire. Ce ne sont pas les corps des riches et des puissants qui seront sacrifiés sur les champs de bataille. Pourtant, l’État et les patrons (dont il sert les intérêts) appelleront les travailleurs, comme les États et les patrons l’ont fait tout au long de l’histoire, à oublier profondément leurs intérêts au nom de « l’unité nationale ».

Ce qui s’est passé le 11 septembre n’est pas non plus la responsabilité des innombrables innocents et travailleurs d’autres pays qui pourraient être massacrés alors que les États-Unis et leurs alliés lâchent leurs machines de guerre. Le peuple afghan souffre horriblement sous le régime des Taliban, tout comme les autres peuples de la région vivent sous la coupe de régimes brutaux et oppressifs. Les tuer ne résout rien, pas plus que l’usage de la terreur ne fait quoi que ce soit pour améliorer leur vie.

Il faut se rappeler que le gouvernement américain a versé de l’argent aux mêmes organisations qu’il est maintenant prêt à traquer, et qu’il a manipulé ces groupes dans un jeu de pouvoir sans fin dans cette région. Ce n’est pas nouveau, car le gouvernement des États-Unis, comme tous les autres gouvernements, est un défenseur du terrorisme depuis sa création. Le fil commence avec le massacre des Amérindiens et le travail esclave des Africains, jusqu’à la répression et le meurtre des travailleurs qui ont combattu leurs patrons et les récentes «interventions» dans lesquelles l’État américain s’est engagé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Les dirigeants américains ne sont pas seuls dans ce comportement dangereux. Les classes dirigeantes, les fanatiques religieux et les États ont été et seront aussi longtemps qu’ils seront autorisés à exister, des terroristes par définition. C’est pourquoi, en tant que travailleurs et partisans d’un changement social radical, nous ne pouvons pas faire confiance ou préconiser la guerre comme solution aux attaques insensées à New York et ailleurs. Tout comme la Première Guerre mondiale n’a pas rendu le monde sûr pour la démocratie, tout comme la Seconde Guerre mondiale n’a pas extirpé le fascisme de la face de la planète, cette nouvelle guerre qui nous attend ne mettra pas fin au terrorisme. Au lieu de cela, nos fils et nos filles nous seront volés, notre force de travail gaspillée en jouets meurtriers, et le monde ne sera pas un meilleur endroit pour autant.

Ceux qui peuvent mettre fin à la terreur et à la guerre sont ceux qui sont forcés d’y mourir et de produire pour elle, en un mot la classe ouvrière, à la fois ici aux États-Unis et dans les pays «ennemis». Même au milieu de la folie, nous entendons des voix appelant à un nouveau mouvement pour la paix. S’appuyant sur les récentes mobilisations contre le contrôle par les entreprises, les militants soucieux de bloquer de nouvelles destructions doivent tendre la main et, plus important encore, écouter les travailleurs. Les travailleurs désireux de se battre pour une société sans patrons ne doivent pas être la proie du chauvinisme actuel et des tambours de guerre. La vraie guerre pour nous doit être une guerre de classe, pas un conflit militaire. Alors que les sacs mortuaires commencent à s’accumuler, il est également temps pour les travailleurs et les antimilitaristes de se parler, de travailler ensemble dans un effort pour mettre fin à la course folle vers une possible destruction du monde.

En tant que travailleurs et militants pour la paix, nous devons continuer à tisser des liens au-delà des frontières et coopérer avec, non pas comme certains le préconiseront, les agents des élites locales et des États potentiels, mais ceux qui luttent pour se libérer de la peur, de la violence et de l’oppression. En travaillant en coopération, en résistant en coopération, la classe ouvrière peut et mettra fin au cycle de violence et d’oppression.

Pour la liberté, pour la paix, pour la révolution Alliance de solidarité des travailleurs

Workers Solidarity Alliance, 13 septembre 2001, New-York

===========

Against the Madness

Workers Solidarity Alliance Statement on terrorism and war

It is tragic that, in a world half-mad and wholly chaotic, emotion seems to have overwhelmed reason. The good, the intelligent and the humane side of women and men has been drowned in a sea of lies, ignorance and cruelty, and many of those who seek freedom and well being for all humanity grow discouraged and apprehensive. Yet hope remains alive as long as we can stop, reflect and ask ourselves hard questions and do not accept the current alternatives as being the only ones available.

The Workers Solidarity Alliance (WSA) condemns the World Trade Tower attack on September 11, 2001. The WSA has always condemned attacks on innocents and workers. The thousands of working people who were killed here in the USA, –clerical workers, airline workers, construction and restaurant workers, rescue workers — died in a horrible act of terror. Immigrants, communities of color, the entire diverse yet interdependent web that makes up the American working class was attacked.

There are real and pressing problems for many people in the world today, particularly in what is generally called the Middle East. Many live in despair, poverty, and see no hope at all for a better life. But those who were killed in this insane act were not the people responsible for the policies or actions that caused this, nor will their deaths change it.

Now the war drums beat loudly, and the flag is waved everywhere, and the emotions of those who grieve are submerged into a call for « national unity ». Yet it is our view that this is the very thing that got us into this mess, and it will not solve the problems, but simply make it worse. Nationalism, patriotism, militarism, the idea that somehow both the rich and poor can be wrapped in the same flag and thus have the same interests has led to untold tragedy throughout history. It is not the bodies of the rich and powerful who will be sacrificed on the battlefields. Yet the State and the bosses whose interests it serves will call, as States and bosses have throughout history, for workers to submerge their interests in the name of « national unity »

Nor is it the responsibility for what happened on September 11 of the untold innocents and workers in other lands that may be slaughtered as the US and its allies unleash their war machines. The people of Afghanistan suffer horribly under the rule of the Taliban, as do the other peoples of the region live under the thumb of brutal and oppressive regimes. To kill them solves nothing, any more than the use of terror here does anything to make their lives better.

It must be remembered that the US government has poured money into the very organizations it is now ready to hunt down, and manipulated these groups in an endless game of power in that region. This is nothing new, for the government of the United States, like all other governments, has been an exponent of terrorism since its inception. The thread starts with the massacre of Native Americans and kidnapped labor of Africans, to he repression and killing of working people who fought their bosses and the recent « interventions » that the American state has engaged in since the end of World War Two.

The American rulers are not alone in this dangerous behavior. Ruling classes, religious fanatics and States have been and will be as long as they are allowed to exist, terrorists by definition. This is why, as workers and advocates of radical social change, we cannot trust or advocate warfare as a solution to the senseless attacks on New York and elsewhere. Just as World War I did not make the world safe for democracy, just as World War II did not root out fascism from the face of the planet, this new war that faces us will not end terrorism. Instead, our sons and daughters will be stolen from us, our labor power wasted on murderous toys, and the world will not be a better place for it.

Those who can end terror and war are those who are forced to die in it and produce it, the working class, both here in the U.S. and in the « enemy » countries. Even in the midst of the madness we hear some voices calling for a new peace movement. Building on the recent mobilizations against corporate control, activists serious about blocking further destruction must reach out to, and more importantly, listen to working people. Workers serious about fighting for a society without bosses must not fall prey to the current jingoism and war drumming. The real war for us must be class war, not military conflict. As body bags begin to pile up, it is also time for workers and anti-militarists to talk with each other, work together in an effort to end the mad rush to possible world destruction.

As workers and peace activists, we must continue to build links across borders and cooperate with, not as some will advocate, agents of local elites and would-be States, but those fighting for liberation from fear, violence and oppression. Working cooperatively, resisting cooperatively, the working class can and will end the cycle of violence and oppression.

For Liberty, For Peace, For Revolution

Workers Solidarity Alliance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *