Tarİh , Cezayİrlİ anarþİst Saïl Mohamed’İn yaþamöyküsü

Saïl Mohamed Ameriane ben Amerzaine, Birinci Dünya Savaþý’ndan sonra Anarþist Birliðe (UA) katýldý. 1923’te Cezayir Kökenliler Savunma Komitesi’ni kurdu. 20li yýllarýn sonunda CGT-SR / AIT içerisinde Cezayirli Kökenliler Seksiyonu’nu oluþturdu. Ýspanya’daki Frankocu ayaklanmadan sonra, Saïl, Durruti Kolu’nun Fransýzca-konuþan seksiyonu olan Sebastian Faure Bölüðü’ne katýldý. Ýkinci Dünya Savaþý’nýn baþýnda, tekrar tutuklandý ve Riom’da bir toplama kampýna konuldu. 1944’den sonra diðerleriyle birlikte anarþist hareketin yeniden inþasý için çalýþtý.

Saïl Mohamed Ameriane ben Amerzaine, Birinci Dünya Savaþý’ndan sonra Anarþist Birliðe (UA) katýldý. 1923’te Cezayir Kökenliler Savunma Komitesi’ni kurdu. 20li yýllarýn sonunda CGT-SR / AIT içerisinde Cezayirli Kökenliler Seksiyonu’nu oluþturdu. Ýspanya’daki Frankocu ayaklanmadan sonra, Saïl, Durruti Kolu’nun Fransýzca-konuþan seksiyonu olan Sebastian Faure Bölüðü’ne katýldý. Ýkinci Dünya Savaþý’nýn baþýnda, tekrar tutuklandý ve Riom’da bir toplama kampýna konuldu. 1944’den sonra diðerleriyle birlikte anarþist hareketin yeniden inþasý için çalýþtý.


SAïL MOHAMED, 1894-1953: CEZAYÝRLÝ BÝR ANARÞÝSTÝN YAÞAMI VE ÝSYANI

Saïl Mohamed Ameriane ben Amerzaine, 14 Ekim 1894’te, Cezayir’de, Berberi bölgesindeki Kabylie’de yer alan Tarbeit-Beni-Ouglis’te doðdu. Pek çok Cezayirli gibi az bir eðitim aldý. Mesleði þoför-makinistti, yaþamý boyunca kültürünü geliþtirdi ve eðitimi için büyük çaba harcadý. Müslüman-Berberi bir geçmiþten ateizme yöneldi. Birinci Dünya Savaþý sýrasýnda önce emre itaatsizlikten ardýndan da, Fransýz Ordusu’ndan firar etmesi nedeniyle tutuklandý. Anarþizme yönelik sempatisi geliþmeye baþlamýþtý bile.

Savaþýn sonunda, anarþist hareketin yeniden inþasý sürecinde, Anarþist Birlik (UA) örgütüne katýldý. 1923’te, þarkýcý arkadaþý Sliman Kiouane ile birlikte, Cezayir Kökenliler Savunma Komitesi’ni kurdu. Ýlk makalelerinde sömürgeleþtirilen halklarýn yoksulluðundan ve kolonilerin sömürülmesinden söz etti. Kuzey Afrika’daki durum konusunda bir uzman oldu. Paris’in 17. mahallesindeki anarþist gruplarla birlikte, Kuzey Afrikalýlarýn sömürülmesi üzerine, Arapça ve Fransýzca dillerinde konuþmalar yapýlan toplantýlar düzenledi. Saïl, Aulnay-sous-bois’te anarþist bir grup oluþturdu ve en etkin üyelerinden birisi oldu.

1929’da, yeni bir komitenin sekreteri oldu: Yüzüncü Yýl Kýþkýrtmasý’na karþý Cezayirliler Savunma Komitesi (Fransa, 5 Temmuz 1930’da Cezayir’in fethedilmesinin yüzüncü yýlýný kutlamaya hazýrlanýyordu). Anarþist hareket içerisindeki tüm eðilimler, UA, anarko-sendikalist sendika Confederation Generale du Travail syndicaliste-revolutionnaire (CGT-SR / AIT) ve Association de Federalistes anarchistes (AFA) « Katil sömürgecilik, kanlý maskeli balo »yu kýnadýlar. Þu sloganý kullanýyorlardý « Medeniyet ? Ýlerleme ? Bizce, Cinayet ! »

Bunun ardýndan, Saïl, içerisinde Cezayir Kökenliler Seksiyonu’nu kuracaðý CGT-SR’a katýldý. Bir yýl sonra, Paris’te Kolonyal Sergi’nin açýlýþý ile birlikte, anarþist hareket sömürgeciliðe karþý kampanyasýný yeniden baþlattý. Sail bu mücadelede ön saflardaydý.

Toplumsal uyanýþ

Ocak 1932’de, « L’Eveil Social, le journal du peuple » (« Toplumsal Uyanýþ, halkýn dergisi« )nin editörü oldu. Anti-militarist bir makalesinin ardýndan, hakkýnda « orduyu itaatsizliðe kýþkýrtmak »tan dava açýldý. Komünist Parti’nin bir uydu örgütü olan Uluslararasý Kýzýl Yardým kendisine destek vermek istediyse de, Stalinizm’in kurbanlarý adýna bu yardýmý reddetti.

1934’te, « Saïl Mohamed Olayý » gündeme geldi. Faþist ve anti-semitist Birlikler’in 6 Þubar 1934’te gerçekleþtirdiði gösteri çalýþanlarýn hareketi içerisinde zincirleme bir tepkiye yol açtý. Saïl silah topladý ve bunlarý sakladý. 3 Mart’ta « yasaklanmýþ silah taþýmak »tan tutuklandý. Kendisini ajan provokatör ilan eden Komünist Parti dýþýnda, çalýþanlarýn hareketi kendisine destek sundu. Bir ay hapis cezasýna çarptýrýldý, sonrasýnda « savaþ silahlarý bulundurmak »tan bir ceza daha alarak, dört ayýný hapiste geçirdi. Mücadelesini sürdürdü.

« L’Eveil Sociale », « Terre Libre » ile birleþti (« Özgür Dünya« , Alliance Libre des anarchistes du Midi’nin aylýk gazetesi – bakýnýz Paul Rousenq). Saïl, « Terre Libre »nin Kuzey Afrika baskýsýndan sorumluydu. Anarþist basýnda yaptýðý birkaç duyuruyla, bir Cezayir Doðumlu Anarþistler Grubu oluþturmaya çalýþtý. Ayný zamanda Anarþist Birlik’te faal çalýþmasýný sürdürdü.

Ýspanyol Devrimi

Ýspanya’daki Frankocu ayaklanmadan sonra, Eylül 1936’da, Saïl, anarþist milis birimi Durruti Kolu’nun Fransýzca-konuþan seksiyonu olan Sebastian Faure Bölüðü’ne katýldý ve komutanlýðýna seçildi. Kasým 1936’da elinden yaralandý, Ýspanyol anarþist hareketinin durumunu anlayan çok sayýda mektup yazdýktan sona Fransa’ya döndü.

Yarasý iyileþtikten sonra, Anarþist Birlik tarafýndan Ýspanya için düzenlenen pek çok yürüyüþte yer aldý. Bu turun hemen ardýndan, Messali Hadj tarafýndan çýkartýlan « Etoile Nord Africaine » (« Kuzey Afrika Yýldýzý ») gazetesinin yasaklanmasý ve 16 kiþinin ölümüyle sonuçlanan Tunus’taki gösterilere yönelik baskýlara karþý Paris’teki devrimciler tarafýndan düzenlenen bir toplantýya katýldý. Yeniden tutuklanarak, Aralýk 1938’de, « askeri kýþkýrtmak »tan 18 ay hapse mahkum edildi.

Ýkinci Dünya Savaþý’nýn baþýnda, tekrar tutuklandý ve Riom’da bir toplama kampýna konuldu. Geniþ kütüphanesi, bir arama sonrasýnda daðýtýldý. Oradan kaçtý, sahte belgeler ayarladý ve Ýþgal sýrasýnda yeraltýna geçti.

1944’den sonra diðerleriyle birlikte anarþist hareketin yeniden inþasý için çalýþtý. Kurtuluþla birlikte [Ýspanyol Devrimi’nin kýdemli anarþist milisleri Paris’i özgürleþtiren ilk birliklerdi] Aulnay-sous-bois grubunu yeniden biraraya getirdi ve Cezayirli Anarþistler Komitesi’ni yeniden oluþturmaya çalýþtý. [Anarþist Birliðin devamý] Anarþist Federasyon’un haftalýk gazetesi « Le Libertaire »de Cezayir’deki durum üzerine köþe yazýlarý yazdý. « Cezayir Kökenlilerin Cefasý » üzerine bir dizi makale hazýrladý.

Nisan 1953’te öldü. George Fontenis 30 Nisan 1953’teki cenaze töreninde, anarþist hareket adýna, onun anýsýna bir konuþma yaptý.

=====

Translations :

(en) Sail Mohamed, LIFE AND REVOLT OF AN ALGERIAN ANARCHIST

(fr) SAIL MOHAMED, LA VIE ET LA REVOLTE D’UN ANARCHISTE ALGERIEN(id) Sail Mohamed adalah seorang anarkis asal Aljazair

======

Perşembe 3 Ağustos 2006

Peuple algérien, debout !

Un cri de haine et de dégoût autant que de désespoir et de révolte vient de jaillir de la poitrine d’une jeune femme pour votre délivrance.

Un cri de haine et de dégoût autant que de désespoir et de révolte vient de jaillir de la poitrine d’une jeune femme pour votre délivrance.

Entendez bien, mes frères musulmans, c’est une femme, une femme Française, une anarchiste, qui, exaspérée par l’abominable régime d’exception qui vous opprime et vous empêche d’être des hommes comme les autres, tira un coup de revolver sur un policier qui se trouvait à la bourse du travail d’Alger.C’est pour votre cause, peuple musulman, qu’une anarchiste souffre en ce moment dans la prison de cette ville. Elle n’a fait cependant que manifester son indignation à votre place, à vous qui êtes des hommes !En correctionnelle ou à la cour d’Assises où son geste doit l’amener, c’est toutes les atrocités que vous subissez, depuis un siècle que l’on vous “civilise”, qui seront évoquées. Mais vous, peuple algérien, peuple esclave, allez-vous rester indifférents à cette cause qui est la vôtre ? Laisserez-vous cette femme, cette soeur, sans défense, au milieu de l’organisme draconien qui s’apprête à la broyer, quand elle-même sacrifie sa liberté pour défendre votre liberté ? Cela serait un crime des plus lâches. Soyez donc prêts à répondre à l’appel des organisations ouvrières françaises et algériennes, soyez prêts à vous battre s’il le faut contre tous ceux qui voudront vous empêcher de demander justice et libération pour une soeur qui doit être pour vous sacrée. Pendant la guerre [de 14-18], le gouvernement de la Troisième République vous a montré comment il fallait mourir pour les beaux yeux des financiers et des banquiers de la métropole. Aujourd’hui, à votre tour, sachez lui montrer que vous êtes prêts à lutter de toutes vos forces pour votre propre cause et, en arrachant la libération de Marguerite Aspes, c’est la libération de toute une race honteusement opprimée que vous obtiendrez. Pour elle comme pour vous, debout, peuple algérien, debout !
Mohamed Sail, L’Eveil social, première année, n°2, février 1932.

Source : Mohamed SAÏL

A bas le code de l’indigénat ! Egalité totale des droits !

Au nom du groupe des anarchistes algériens, nous recevons de notre bon camarade Saïl Mohamed l’article suivant que nous insérons bien volontiers, car il rappelle opportunément aux dirigeants du gouvernement du Front populaire l’immense travail qui reste à accomplir dans ce que les patriotes de toutes espèces appellent la France d’outre-mer, pour faire des indigènes au moins des égaux politiques de leurs “protecteurs” français. En Afrique du Nord, en A.O.F. comme en A.E.F., à Madagascar comme en Indochine, “des dizaines de millions” d’indigènes attendent que soit mis fin à l’odieux régime d’exception qui les opprime. Là au moins, le gouvernement de Front populaire peut facilement accomplir la tâche urgente qui s’impose. Il n’a qu’à s’inspirer des méthodes que préconisaient dans l’opposition ceux qui le composent aujourd’hui…

Au nom du groupe des anarchistes algériens, nous recevons de notre bon camarade Saïl Mohamed l’article suivant que nous insérons bien volontiers, car il rappelle opportunément aux dirigeants du gouvernement du Front populaire l’immense travail qui reste à accomplir dans ce que les patriotes de toutes espèces appellent la France d’outre-mer, pour faire des indigènes au moins des égaux politiques de leurs “protecteurs” français. En Afrique du Nord, en A.O.F. comme en A.E.F., à Madagascar comme en Indochine, “des dizaines de millions” d’indigènes attendent que soit mis fin à l’odieux régime d’exception qui les opprime. Là au moins, le gouvernement de Front populaire peut facilement accomplir la tâche urgente qui s’impose. Il n’a qu’à s’inspirer des méthodes que préconisaient dans l’opposition ceux qui le composent aujourd’hui…

Hommes de coeur, comprenez en fin nos cris de douleur, nos appels de détresse et réclamez avec nous l’abolition totale de l’ignoble code de l’indigénat qui mine lentement le moral et le physique du peuple algérien et est une tache à l’honneur de la France dite républicaine et démocratique.

Vous qui frémissez quand une injustice se produit dans votre entourage, qui protestez avec énergie quand une victime du fascisme gémit dans une geôle, qui vous révoltez quand à l’autre bout du monde (l’Algérie n’est qu’à 750 km de la métropole), un innocent agonise, victime d’une répression, vous ne pouvez pas rester sourds à notre appel et être insensibles à cette iniquité monstrueuse : un peuple tout entier, dont le seul crime est d’avoir été vaincu et dépossédé par la force, croupit dans des conditions de vie misérables et subit un esclavage qui déshonore notre siècle. Car enfin, qu’est-ce que le code de l’indigénat ?

C’est tout simplement cet ensemble de lois qui mettent l’indigène algérien à la merci de la métropole, qui exigent des devoirs et des charges écrasants, mais qui en échange ne donnent aucun droit. Il est formellement interdit au français d’outremer de se syndiquer pour se défendre contre un patronat qui l’exploite et l’opprime. Pour lui, pas de liberté d’opinion, pas de liberté de la presse. Ses écoles sont rares, et l’instruction est à un niveau tellement bas que très peu peuvent en profiter et restent dans une ignorance complète qui permet une exploitation éhontée. L’indigène n’ayant pas le droit de vote, on lui impose une dictature qui le traque et le rançonne. Les impôts écrasants sont engloutis en partie dans de louches affaires car, malgré leur importance, les villages indigènes sont dans leur généralité privés de lumière, de postes et de télégraphe, et il n’y a pour ainsi dire pas de routes carrossables.

Pour cacher cette incurie, les gouvernants invoquent ce motif aussi absurde qui ridicule : “Pour qu’il soit mis au rang des “civilisés”, l’indigène doit renoncer à son statut personnel qui lui donne le droit de se marier avec plusieurs femmes.” Parce qu’en France, voyez-vous, il n’y a pas de harem, mais l’hypocrisie en matière sexuelle existe davantage qu’en Algérie. Et au point de vue religieux, quand les ministres laïcs s’agenouillent cyniquement et sans foi devant un dieu de carton ou en plâtre, qu’ont-ils à reprocher au malheureux bicot qui pratique dees rites qui ne sont pas plus ridicules que ceux des autres religions, car elles se valent toutes et ne sont fondées que sur la crédulité de leurs fidèles.

Mais voici qu’en l’an 1936, le gouvernement de Front populaire veut, dit-on, atténuer ce mal; l’atténuer seulement, et non le guérir complètement, même en ayant le pouvoir.

Croit-il qu’avec un os à ronger il va calmer la révolte qui gronde ? Ne songe-t-il pas que le “sidi” à qui l’on a appris à mourir pour les marchands de patriotisme sur les champs de bataille de la dernière boucherie pourrait peut-être pousser sa révolte jusqu’à la délivrance totale ? Ne voit-il pas que, là-bas, les fascistes travaillent, que les fruits de leur propagande commencent à apparaitre à une cadence accélérée. Les suppôts de l’hitlérisme vont-ils être les seuls bénéficiaires de l’incurie des gouvernants qui ne veulent pas se rendre compte que leur politique néfaste envers un peuple opprimé les jette pieds et poings liés dans les bars du fascisme. Nous qui sommes nés et avons vécu en Algérie et qui connaissons le tempérament de nos compatriotes, nous disons : “Prenez garde, si vous ne donnez pas l’égalité des droits aux indigènes, si vous leur refusez l’instruction, vous serez coupables de la révolte d’un peuple accablé qui souffre depuis cent ans et qui sera capable de tenter la pire aventure pour reconquérir sa liberté.” Nous voyons tellement ce danger que nous croyons de notre devoir de vous donner l’alerte.

Nous ne sommes pas des politiciens, mais de simples travailleurs qui voient bien plus loin qu’on le croit communément.

Notre appel doit être entendu par tous ceux pour qui la liberté n’est pas un vain mot.

A bas tous les fascismes !
_ Pour le groupe anarchiste des indigène algériens : Saïl Mohamed. Mohamed Saïl,_

 »Le Libertaire n° 506, 24 juillet 1936. »

EN MEMOIRE DE MARGUERITE ASPES, MILITANTE DE LA CGTSR-AIT D’ALGER DES ANNÉES 30

Ci dessous un article du Cheminot Indépendant d’Alger, qui évoque la mémoire de Marguerite Aspès, militante anarchosyndicaliste de la CGTSR-AIT à Alger dans les années 1930.
Il nous a semblé que la mémoire de cette féministe anarcho-syndicaliste gagne à être honorée. On verra que les temps changent mais pas les mentalités, ni celle des policiers qui font toujours la cherche inlassable aux « anarchistes-terroristes » et aux « agitateurs », ni celle des « Unitaires » dont il est question dans l’article et qui sont les militants de la CGT-U (U comme unitaire), c’est à dire les communistes.

Ci dessous un article du Cheminot Indépendant d’Alger, qui évoque la mémoire de Marguerite Aspès, militante anarchosyndicaliste de la CGTSR-AIT à Alger dans les années 1930.Il nous a semblé que la mémoire de cette féministe anarcho-syndicaliste gagne à être honorée. On verra que les temps changent mais pas les mentalités, ni celle des policiers qui font toujours la cherche inlassable aux « anarchistes-terroristes » et aux « agitateurs », ni celle des « Unitaires » dont il est question dans l’article et qui sont les militants de la CGT-U (U comme unitaire), c’est à dire les communistes.

LE CHEMINOT INDEPENDANT D’ALGER (Mars 1932) LES UNITAIRES JUGÉS PAR LEURS ACTES

Une attitude qui les dépeint, sous leur véritable jour

On se souvient de l’incident qui eut pour théâtre la Bourse du Travail d’Alger, au cours duquel une « militante affiliée à la C.G.T.S.R. « (lire : Confédération Générale du Travail socialiste [sic] révolutionnaire [1] ), la camarade Aspès, perdant tout contrôle, tirait, sans l’atteindre, un coup de revolver sur le policier provocateur Filippini.

Alors que des syndicalistes sincères, dont nous étions, se constituaient en Comité pour assurer la défense morale et matérielle de l’emprisonnée, retenant le fait qu’elle avait été conduite à ce geste malheureux par suite des excès de zèle du policier en cause, les dirigeants unitaires, passant du ridicule à l’odieux, de la lâcheté au crime se conduisaient comme de vrais goujats en accablant celle qui, dans un moment d’exaspération, avait cru être utile à la classe ouvrière.

Voici, à ce sujet, ce que la « Révolution prolétarienne » pense de cette attitude :

« Il s’est passé, à la fin du mois dernier, à la Bourse du Travail d’Alger, un incident qui en dit long sur l’état de déchéance dans lequel est tombé, en bien des lieux, le mouvement ouvrier.

« Lorsque les bourgeois « républicains » fondèrent, il y a quarante ans, les premières Bourses du Travail, les ouvriers n’acceptèrent d’y aller qu’à la condition d’y être « chez eux ». On mettait des locaux à leur disposition ! bien ; mais ils entendaient les administrer eux-mêmes et que, ni la Municipalité, ni le Gouvernement, et encore bien moins la police, n’aient rien à y voir. « Ces temps sont loins ! Aujourd’hui, à Alger, à la Bourse du Travail, la police est chez elle. on seulement il est à peu près impossible d’aller à la Bourse, à quelle qu’heure que ce soit, sans rencontrer des mouchards à la porte, mais, même à l’intérieur de la Bourse, qu’il y ait réunion ou qu’il n’y en ait pas, ceux-ci pénètrent à tout moment. Et c’est ainsi que le 18 décembre, l’un de ces mouchards n’hésita pas, de sa propre autorité, à pénétrer à l’intérieur d’un des bureaux de Syndicats de la Bourse où se trouvaient deux camarades, un homme et une femme, sous le prétexte de leur demander leurs papiers d’identité.

Pour faire une démonstration contre ce qu’elle considérait, d’après ses déclarations, comme une violation de domicile (le policier n’étant naturellement muni d’aucun mandat de perquisition ou autre), la camarade libertaire, Marguerite Aspès, tira de son sac un revolver – que le policier n’eut aucun mal à détourner – et une balle alla se loger au plafond.

Second acte : Dix minutes après, le Secrétaire de l’Union Régionale Unitaire, Sastre, arrive : il est arrêté. Quel rapport, entre sa venue à la Bourse, où devait se tenir précisément la réunion d’un Syndicat unitaire et le geste de Marguerite Aspès ? Les policiers ne s’embarrassent pas de si peu ; à Alger, plus encore qu’ailleurs, l’arbitraire est la règle ; on arrêta Sastre, parce qu’il plaisait de l’arrêter.

Troisième acte, le plus triste : Les journaux d’Alger ayant, dans leur relation de l’affaire, indiqué que Marguerite Aspès était communiste, le Secrétaire du parti dit « communiste » d’Alger, leur envoya aussitôt la lettre suivante :

« Notre parti et aucun de ses militants n’ont, rien à voir avec de pareilles gens contre lesquels nous luttons au même titre que contre les ennemis de la classe ouvrière. Nous désapprouvons complètement le geste de cette femme, « geste qui ne peut être que celui d’une malade » (« Presse Libre », 20 décembre).

Ainsi, voilà des gens qui laissent mettre la Bourse du Travail sous la coupe de la police, qui acceptent que la Bourse devienne une véritable succursale de la Tour Pointue [2], et lorsqu’une femme – par des moyens que nous n’entendons pas défendre mais dont elle a pris seule l’entière responsabilité – entend protester contre cette situation, ces prétendus révolutionnaires, – sans doute dans l’espoir de faire relâcher plus tôt leur secrétaire – n’hésitent pas à accabler publiquement cette femme, la déclarent « malade » et affirment qu’ils « luttent » contre elle. Ce n’est pas contre les policiers pénétrant dans la Bourse qu’ils en ont, c’est contre cette « ennemie de la classe ouvrière » qui, à ses risques et périls, s’est opposée à leur intrusion.

Il n’y a jamais eu, dans les annales du mouvement ouvrier, d’acte aussi vil. »


[1] En fait la CGT-SR était la Confédération Générale du Travail Syndicaliste Révolutionnaire, ancêtre de la CNT-AIT dans les années 20-30

[2] surnom du commissariat de Police

(première publication sur http://cnt-ait.info samedi 24 avril 2010)

Qui était Marguerite ASPES ?

Marguerite Aspès, dont le frère aîné Charles était également un militant libertaire, était membre au début des années 1930 de la CGTSR–AIT à Alger. Ses grands parents étaient des immigrés italiens de Venise et de Milan -le grand père Carlo (1830-1894) avait combattu avec Garibaldi- et son père Charles (1859-1934) travaillait comme menuisier ébéniste.

Marguerite Aspès, dont le frère aîné Charles était également un militant libertaire, était membre au début des années 1930 de la CGTSR-AIT à Alger. Ses grands parents étaient des immigrés italiens de Venise et de Milan -le grand père Carlo (1830-1894) avait combattu avec Garibaldi- et son père Charles (1859-1934) travaillait comme menuisier ébéniste.

Le 18 décembre 1931, alors qu’un mouchard de la police nommé Filipini pénétrait sans mandat aucun de perquisition à l’intérieur d’un bureau de la Bourse du travail où se trouvaient deux camarades, elle sortait de son sac un revolver « que le policier n’eut aucun mal à détourner et une balle alla se loger au plafond ». Après que les journaux d’Alger aient présenté Marguerite Aspès comme communiste, le secrétaire du Parti communiste d’Alger, au lieu de la défendre et de dénoncer l’intrusion de la police à la Bourse, émit le communiqué suivant : « Notre parti et aucun de ses militants n’ont rien à voir avec de pareilles gens contre lesquels nous luttons au même titre que contre les ennemis de la classe ouvrière. Nous désapprouvons complètement le geste de cette femme, geste qui ne peut être que celui d’une malade » (cf. Presse Libre, 20 décembre 1931), une position qui fut dénoncée dans les colonnes du Cheminot indépendant d’Alger (mars 1932) et de La Révolution prolétarienne. Autour de Victor Spielman, fut alors constitué le Comité de défense sociale d’Alger, regroupant militants socialistes, libertaires et syndicalistes, pour assurer sa défense.

Le 17 novembre 1933, elle fut arrêtée à Paris alors qu’elle distribuait au Palais Bourbon des tracts de solidarité avec l’objecteur de conscience Henri Ferjasse en grève de la faim après avoir été condamné à un an de prison. Elle fut l’objet d’une contravention pour distribution d’imprimés sans permis de colporteur. Elle résidait alors à Paris où son domicile, 44 rue Turbigo (IIIème) , figurait en 1935 sur la liste de vérifications des domiciles d’anarchistes. Elle était également membre du Comité de défense social (CDS).

Marguerite Aspès se rendit ultérieurement en Espagne lors de la Révolution. Espérantiste, elle était d’ailleurs abonnée à la revue en esperanto de la CNT-AIT espagnole, « Informa Bulteno ». Revenue en France en avril 1937, qui était une personne d’une grande sensibilité artistique, aimant à peindre et à faire de la musique, se suicidait le 7 juillet 1937 à Foix (Ariège) après avoir appris la mort de son compagnon Leopold.

Annonce du décès de Marguerite ASPES dans « Informa Bulteno », bulletin en esperanto de la CNT-AIT pendant la Révolution Espagnole, bulletin qu’elle diffusait « avec ferveur et qu’elle soutenait financièrement ».

REPONSE AU SECOURS ROUGE (L’Eveil social, 2e année, n° 2. Février 1933)

L’organisme intitulé « Secours rouge » ne perd pas une occasion lorsqu’il s’git de masquer son hypocrisie en matière de défense des emprisonnés et des persécutés politiques.

Aujourdhui il lui prend la fantaisie de réclamer l’amnistie pour mon cas. Le « Secours rouge » s’attache à démontrer ainsi son indépendance politique, tout comme il s’attache à démontrer le plus souvent possible un internationalisme qui n’exclut pas une soumission servile au gouvernement de Moscou qui torture et emprisonne les meilleurs révolutionnaires dans les bagnes de Russie.

Que le Secours rouge sache bien que, anarchiste convaincu, je ne tolérerai jamais que ma défense soit prise par les enfants de chœur du fascisme rouge qui sévit en Russie, pas plus d’ailleurs que par tout autre polichinelle politique qui viendra crier aujourd’hui amnistie pour m’enfermer lui-même demain ?. Ma carcasse est suffisament dure pour résister à plus d’un séjour dans les geöles des régimesblancs ou rouges qui pourront porter atteinte à ma libert&é. Ce n’est pas pour cela que k’irai implorer la pitié de gens qui ne sont que des rabatteurs de certains politiciens et les valets d’un régime qui ne le cède en rien au régme capitaliste.

Dans le journal La Défense du 31 décembre, les bons apôtres du Secours rouge consacrent quelques lignes à ma personne. A l’avenir, je les dispense entièrement d’une formalité aussi hypocrite ; je ne pourrai que mépriser une telle sollicitude tant qu’elle ne s’étendra pas aux victimes de Staline.

Mohamed SAIL

MOHAMED SAIL : UN LUTTEUR INTRANSIGEANT

Mohamed SAIL a passé en tout pas moins de 11 ans en prison : pendant la guerre de 14 en tant que déserteur insoumis, puis régulièrement dans les années 30, toujours pour des motifs d’incitation à la révolte et à la désobeissance, ainsi qu’à la démoralisation de l’armée. Gérant de l’Éveil social (Aulnay, 29 numéros, janvier 1932-mai 1934) , qui fusionna avec Terre libre en mai 1934, il fut poursuivi début 1933 pour « incitation de militaires à la désobéissance ». En 1934 il fonda le groupe anarchiste des indigènes algériens et devint le responsable de l’édition pour l’Afrique du nord du journal Terre libre(parue ?). Arrêté fin mars 1934 à Saint-Ouen par la police qui saisissait quelques grenades et pistolets, « souvenirs de la dernière guerre » selon le Comité de Défense sociale et une grande partie de sa bibliothèque, il fut condamné à un mois de prison ; à l’expiration de sa peine, il fut maintenu en détention dans l’attente d’un jugement pour détention d’armes de guerre. Condamné de nouveau à un mois de prison en juillet, il fut aussitôt libéré ; il avait été détenu pendant quatre mois et demi, temps qui dépassait de deux mois et demi celui de ses deux condamnations. Pendant sa détention, il envoya un message de sympathie au congrès de l’Union anarchiste, qui eut lieu à Paris les 20 et 21 mai 1934. Lors de son arrestation le journal L’Humanité l’avait dénoncé comme un provocateur qui « A Vincennes où il sévissait, il opérait avec une pancarte où l’on pouvait lire « Ravachol, partout ! ». Il suffit d’une telle formule pour qu’on voit bien de quoi il s’agit, d’un individu qui ne peut rien avoir de commun avec les communistes. C’est bien parce que ce provocateur était connu de la police et, comme tel, il a été arrêté, car il ne pouvait plus servir en liberté, étant brûlé » (4 avril 1934). Sous le titre « Sail Mohamed et les Autruchos-marxistes », paru à la une de La Voix libertaire (21 avril 1934), le compagnon A. Prudhommeaux dénonça cette infamie communiste, se solidarisera avec Sail, terminant son article par un appel aux révolutionnaires à s’organiser : « … Le moment est venu de se préparer à la résistance et à la contre-attaque révolutionnaire. Sail Mohamed y avait songé. Faisons comme lui ! Et…cachons nous mieux que lui ! » Sail, lui même, le 29 août 1934, avait adressé à la rédaction de L’Humanité la demande de rectification suivante qui resta sans effet :  » Dans le numéro du 4 avril 1934, à la suite de ma détention pour détention d’armes L’Humanité a publié un article par lequel j’étais présenté comme un agent provocateur. Je crois utile de rappeler l’indignation suscitée dans les milieux anarchistes et même dans d’autres milieux antifascistes, par cet article écrit avec une légèreté inconcevable. Cet article portant une atteinte grave à mon honneur de militant sincère, je vous demande de faire la rectification qui convent. Votre information était entièrement fausse, dénuée de la plus élémentaire preuve et il me semble que ma détention qui dura arbitrairement pendant près de cinq mois suffit pour établir ma sincérité aux yeux de toute personne de bonne foi. Je pense donc que vous ne voudriez pas profiter de ce que je suis réfractaire à la justice bourgeoise, c’est à dire désarmé volontairement au point de vue légal, pour étouffer cette protestation, mais que vous tiendrez au contraire à reconnaître votre erreur et à donner satisfaction à un vieux militant qui s’est toujours sacrifié à la cause prolétarienne« . (cf. Terre Libre, n°6, octobre 1934). Pour avoir, en septembre 1938, distribué des tracts contre la guerre, il fut condamné à dix-huit mois de prison (cf article paru dans  SIA – Solidarité Internationale Antifasciste –  ci-dessus). En 1939, pour le même motif, il fut arrêté et interné à la prison de la Santé ; c’est au cours de cette arrestation que sa bibliothèque, 10 rue d’Amiens à Aulnay, fut saisie lors de la perquisition puis dispersée. En 1941, il fut détenu par les autorités de Vichy au camp de Riom-ès-Montagnes (Cantal).