Catégorie : ALGERIE

Entretien sur la situation en Algérie – 1/2 (2002)

Paru dans Combat syndicaliste de la CNT-AIT publié à Toulouse, n° 183 Septembre 2002, précédé du chapeau suivant : «Combat syndicaliste a déjà reproduit dans son numéro 182 le tract « Le grand camouflage », diffusé par “Quelques amis français des aarchs”. L’un d’eux, Robert Vasseur, s’est prêté à l’entretien que nous publions maintenant.»

Les Anarchistes, pionniers de la lutte anti-colonialiste

D’après un extrait de l’articlede Benjamin STORA :  » »La gauche socialiste, révolutionnaire et la question du Maghreb au moment du Front populaire (1935-1938 ) » » in la revue ADEN 2009
Les héritiers de la tradition anticoloniale

Face aux défenseurs de la présence française au Maghreb, de petits courants du mouvement ouvrier français se dressent. Qui sont-ils ?

Entretien sur la situation en Algérie – 2/2 (2002)

Seconde partie de l’interview de Robert Vasseur paru dans dans le Combat syndicaliste CNT AIT publié à Toulouse, no 183, précédé du chapeau suivant : «Combat syndicaliste a déjà reproduit dans son numéro 182 le tract « le grand camuflage », diffusé par “Quelques amis français des aarchs”. L’un d’eux, Robert Vasseur, s’est prêté à l’entretien que nous publions maintenant.»

SAIL MOHAMED, LA VIE ET LA REVOLTE D’UN ANARCHISTE ALGERIEN

Biographie de Saïl Mohamed (Ameziane ben Ameziane, 1894-1953), anarchiste algérien et pionnier de la lutte anti-coloniale.

Étranges étrangers
Kabyles de la Chapelle et des quais de javel
hommes des pays loin
cobayes des colonies…
Apatrides dAubervilliers
brûleurs des grandes ordures de la ville de Paris
Tunisiens de Grenelle
embauchés débauchés
manoeuvres désoeuvrés…
Enfants du Sénégal
dépatriés expatriés et naturalisés…
Etranges étrangers
Vous êtes de la ville
vous êtes de sa vie
même si mal en vivez
même si vous en mourez.

Jacques Prévert

Le grand camouflage

(Relayé dans le Combat Syndicaliste de la CNT-AIT à Toulouse , en 2002)
Alors qu’en Kabylie la répression frappe le mouvement révolutionnaire des aarchs (assemblées et comités de villages et de quartiers), le silence fait en France sur ce mouvement, depuis des mois, n’est rompu que par quelques rares informations, presque toujours assorties de mensonges et de calomnies.

APOLOGIE POUR L’INSURRECTION ALGERIENNE

« Il me semblerait plus satisfaisant, pour ma part, puisqu’il s’agit d’hommes qui se sont illustrés par des actes, qu’on ne les honorât qu’avec des actes […]. Il est difficile en effet de trouver pour les célébrer les mots justes, quand la réalité des faits n’est pas toujours admise sans peine. L’auditeur bien informé et favorablement prévenu risque, étant donné ce qu’il attend et ce qu’il sait, d’être déçu par ce qu’il entend. Et celui qui n’est pas au courant pourrait bien par jalousie, soupçonner quelque exagération, là où on lui parIe d’actions qui dépassent ses possibilités. L’éloge des actions d’autrui n’est supportable que dans la mesure où l’on se croit soi-même capable de faire ce qu’on entend louer. Une action dépasse-t-elle nos forces, des lors l’envie engendre le scepticisme. »

Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse.

Léandre VALERO, anarchiste sans frontière

(d’après différentes sources bibliographiques et des souvenirs d’un militant de la CNT-AIT Auxerre)

Léandre VALERO est né en Algérie, à Oran le 12 octobre 1923 dans une famille d’origine espagnole. Son père, militant actif de la CNT-AIT, avait dû fuir l’Espagne du fait de ses activités militantes. Il devait à ses origines multiples d’être à fois hispanophone, arabophone et francophone.

Léandre a toujours eu le goût de l’action et de l’aventure. Très sportif, il était toujours soucieux de sa forme physique. Dans sa jeunesse, pas trop porté sur les études, sa carrure et son intelligence rusée l’ont amené à exercer différentes activités dont celles de rat d’hôtel dans les palaces, où il s’amusait à détrousser les riches bourgeoises de passage tel Alexandre JACOB le fameux monte-en-l’air anarchiste qui inspira le personnage d’Arsène Lupin.

ALERTE (Tract du MLNA suite à la « Toussaint rouge », Novembre 1954)

Le Mouvement Libertaire Nord Africain estime que le véritable responsable des évènements actuels, en liaison avec ceux du Maroc et de Tunisie est le régime colonialiste, basé sur l’expropriation des terres, la surexploitation, le chômage, la répression et l’opposition au droits des peuples à disposer d’eux-mêmes, et à leurs aspirations révolutionnaires.

Le M.L.N.A. signale que l’accusation contre la propagande étrangère n’est qu’une diversion afin de détourner l’attention internationale des véritables responsabilités du régime colonialiste.

Voyage en Algerie (2003)

(Article paru initiallement dans le journal de la CNT-AIT de Toulouse en septembre 2003)

Après une longue absence, nous décidons, une amie et moi, d’aller faire un petit tour de l’autre côté de la Méditerranée. Nous arrivons donc par une belle journée d’hiver à l’aéroport d’Oran. Des amis nous attendent et nous embarquent faire un tour au centre ville et le long de la corniche.

Tard dans la nuit, on se retrouve dans une boite de nuit où les groupes de musique de raï battent leur plein. Moi qui avais pris bien soin de choisir mes vêtements pour là-bas, je n’en revenais pas de voir toutes ces filles en petites jupes (elles arrivaient avec de longs manteaux), ces garçons qui affichaient leur homosexualité et ces flots d’alcools qui coulaient ! Détail révélateur d’une société complètement schizophrène et hypocrite, où la vie n’est pas la même pour tous et où les gens ne sont pas tous des intégristes ou des mekla corrompus.

ALGERIE , UNE POPULATION MARTYRISEE : LES DESSOUS DES CARTES (été 2001)

(Article paru dans le journal de la CNt-AIT Toulouse en 2001)

Voilà presque dix ans maintenant que l’Algérie est en guerre. Le nombre de morts donné par les institutions officielles est de 150.000 et plus de 20 000 disparitions. Un décompte macabre pour l’an 2000 montre à qui l’on s’en prend dans ce terrible conflit : parmi les 9006 victimes de cette année recensées, on compte 1025 « terroristes », 603 militaires, et 117 membres des groupes d’autodéfense, tout le reste c’est-à-dire plus des trois quarts sont des civils, des villageois surtout !

Page suivante » « Page précédente