Primum non nocere negotium [A propos du coronavirus et d’un match de foot …]

« Primum non nocere »  (D’abord ne pas nuire, Hippocrate, 410 av JC)

« Primum non nocere negotium » (D’abord ne pas nuire au bizness, Hypocrite, 2020 ap JC)



Comme souvent, la gestion par un État des catastrophes est riche d’enseignements sur sa nature.

La polémique au sujet des 3000 supporters turinois venus à Lyon ce mercredi 26 février afin de soutenir leur équipe n’échappe pas à cette règle. Effectivement, mis devant le fait accompli nous ne pouvons qu’espérer que tout se passe bien, par contre, il faut constater que la gestion de cet événement déroge à deux principes fondamentaux de la médecine :

– Celui qui oblige tout praticien (et tout acteur de santé publique) à peser le rapport entre le risque encouru et le bénéfice attendu ;

– Un principe de prévention, lequel n’a rien à voir avec le principe de précaution, qui impose en cas de contagion le confinement des porteurs d’agents contagieux.

Nul n’a besoin d’être un grand expert pour savoir que le bénéfice d’un tel match de foot est nul en matière de santé publique, mais que dans les circonstances, il fait courir un risque à toute une population.

Justement, cette perte de prise sur leur quotidien des populations concernées est consubstantielle du système étatique, lequel comme on le voit impose des quarantaines aux uns en laissant divaguer les autres.

Remarquons que le pouvoir justifie ce comportement de bon plaisir du roi par le mépris de ceux qui n’appartiennent pas aux préoccupations de son petit monde. Pourtant si la venue des Turinois suscite l’étonnement si ce n’est l’indignation de tous, il n’en a pas été de même lorsque les rapatriés de Chine ont été accueillis en France, personne parmi les habitants concernés ne s’en est alors indigné. C’est là une preuve de bon sens populaire qui s’oppose à la cupidité irresponsable du pouvoir…

En effet pour les rapatriés les deux principes fondamentaux ont été respectés, le bénéfice pour la santé publique était évident et le rapport aux risques était d’autant plus faible que leur gestion obéissait au principe de prévention lequel s’est traduit par une mise en quarantaine systématique… Par contre, dans le cas du tournoi de football, tout le monde comprend que le bénéfice attendu l’est en matière financière et que dans ce cas le pouvoir compte nos vies pour rien.

L’assemblée de l’union locale toulousaine de la CNT-AIT, le 26 février 2020.